John William Waterhouse Peintures mythiques

Pré-raphaélisme

Qui n’a jamais croisé, un jour, une oeuvre de John William Waterhouse ? Que ce soit en couverture d’un ouvrage, en affiche, au détour d’un site Internet ou d’une exposition pour les plus chanceux. C’est que les peintures de cet artiste britannique continuent aujourd’hui de ravir par leur beauté l’oeil qui s’attarderait sur elles.

Né en 1849, John William Waterhouse est issu d’un couple de peintres et suit la même voie qu’eux. C’est d’ailleurs son père qui lui enseigne cet art avant que le jeune homme n’intègre la Royal Academy of Art en 1870. Les premières oeuvres de Waterhouse s’inspirent des peintres Alma-Tadema et Frederic Leighton et sont donc de facture classique. En 1874, l’artiste présente un tableau pour l’exposition d’été de la Royal Academy. L’oeuvre remporte un grand succès, si bien que le peintre soumettra presque chaque année une nouvelle peinture pour cette exposition annuelle, jusqu’en 1916, peu avant sa mort qui survient en 1917.

Bien que les tableaux de Waterhouse soient devenus aujourd’hui emblématiques du mouvement pré-raphaélite, ce n’est que vers la fin de sa carrière que ses oeuvres se rapportent à ce mouvement. Ce sont ces dernières qui sont passés à la postérité. Et pour cause ! Ils représentent des sujets issus de la mythologie grecque, de la poésie romantique ou de la matière de Bretagne avec un souci du détail impressionnant, une mise en scène à la fois romantique et champêtre (rares sont les scènes urbaines) et des personnages, souvent féminins, en proie aux plus sévères passions. Tourments de l’amour, de la solitude, femmes languissantes, fées séductrices, nymphes fascinantes, sorcières inquiétantes… La femme est là, dans toute sa beauté, dans ce qu’elle a de plus sauvage et émotionnel, de mystère même.

Nulle surprise, dès lors, que tous ces tableaux fascinent encore aujourd’hui et hypnotisent le spectateur. A l’instar de la Belle Dame sans Merci, qui séduit et capture à jamais les hommes qui la croise, nous voilà désormais avec, gravée pour toujours au fond de la rétine, l’image flamboyante d’une Féminité indomptable et indomptée.

En savoir plus sur John William Waterhouse

  • Site Internet, en anglais, qui présente toutes ses oeuvres avec : la source d’inspiration de l’artiste, une courte analyse du tableau.  Egalement une étude sur ses modèles et une très courte biographie.
  • Un autre site, toujours en anglais, qui propose plusieurs articles sur la vie de l’artiste, celle de sa famille ainsi que des analyse de son oeuvre, son style, ses modèles et une galerie complète de ses tableaux.
  • Et, en bonus, la publicité du Musée des Beaux-Arts de Montréal au sujet de l’exposition consacrée au peintre qui eut lieu en 2009-2010.