Marina Bychkova Poupées (dés)enchantées

Poupées d'artiste

"Beauty and the Beast (or the Stockholm Syndrome in fairy tales)" de Marina Bychkova, 2010

Je ne connaissais pas le travail de Marina Bychkova avant de tomber sur un article dans le premier numéro de Fées Divers qui lui était consacré et qui comportait également une interview de l’artiste. Et là, coup de coeur ! Je découvrais sa vision des contes (mais les contes de fées tels qu’à l’origine, et non pas aseptisés). Une vision sombre, dérangeante même, mais magnifiée par l’excellence de son travail sur ses poupées.

Marina Bychkova travaille donc sur des poupées de porcelaine. Plus exactement des ball-jointed dolls, poupées possédant des articulations sphériques. Des poupées que l’artiste travaille de A à Z. Ainsi elle peint avec le plus grand réalisme traits du visage, détails de le peau (ongles, rides, cicatrices, tatouages même parfois), ainsi que les yeux et leur donne des expressions éblouissantes de vie. Puis elle élabore, minutieusement, leurs parures. Bijoux, tiares, diadèmes, vêtements, tout est brodé, emperlé, tissé et forme un ensemble chamarré, riche de détails. Tout est précieux. Marina Bychkova ayant également travaillé en joaillerie, perles et pierres précieuses sont incorporées à toutes ces parures de rêve, achevant de faire de ces poupées de véritables enchantements.

Les sources d’inspiration de cette Sibérienne d’origine – la profusion de broderies, même lorsqu’il s’agit de perles brodées, rappelle cette région d’origine – sont en majorité les contes, les mythes. Mais dans leur versant le plus sombre. Ainsi, sous les doigts de l’artiste, naissent une Belle souffrant d’un syndrome de Stockholm envers la Bête ; une triste fiancée de Frankenstein à l’odieuse cicatrice, une comtesse Bathory au regard hanté par la folie, une Blanche Neige morte couverte de bleus par un prince malade de désir… Pourtant, d’autres poupées sont enchanteresses, comme ces femmes des mille et une nuits.

Enchantements et désenchantements se mêlent sous les doigts de Marina Bychkova, préciosité et terreur, beauté et ténèbres, poésie et mélancolie. Devant nos yeux ensorcelés dansent les poupées russes vibrantes de vie et de détails.

En savoir plus sur l’artiste