Nicoletta Ceccoli Illustrations doucement cruelles

Peinture

Nous sommes nombreux à avoir déjà vu une illustration de Nicoletta Ceccoli. Parfois même sans le savoir. Et nombreux également à avoir été frappés par la singularité dégagée par ses peintures, ce mélange d’innocence et de danger qui fascine tout autant qu’il dérange.

Oui, vous avez déjà croisé ces fillettes au regard hanté, plein de malice. Sur les couvertures d’ouvrages policier de Camilla Läckberg, sur des carnets. Impossible d’oublier ces scènes, ce style si propre à cette artiste italienne.

Principalement illustratrice pour des éditeurs et pour des ouvrages pour enfants, Nicoletta Ceccoli a su créer un univers déstabilisant mais redoutablement séduisant. Dans ses peintures aux couleurs pastels, évoluent des fillettes au milieu d’insectes géants, de jouets vivants ou de monstres étranges. Mais le personnage fragile de l’image n’est pas forcément celui que l’on croit… En se penchant d’un peu plus près, ne voit-on pas dans le regard de la fillette le reflet du regard de la femme dangereuse et fatale qu’elle sera plus tard ? Et ces jupes soulevées pour ici, y laisser entrer un train, là, en faire sortir un dragon, sont diablement ambivalentes. Parfait écho de cet âge entre enfance et âge adulte où la sexualité s’éveille dans un mélange de désir et de peur.

On passerait des heures à contempler ces scènes d’apparence pourtant simples. Mais chez Nicoletta Ceccoli, il ne faut pas s’y fier, aux apparences. Le pastel n’est pas douceur, l’enfance n’est pas l’innocence, et les monstres pas toujours les plus menacés. Les peintures de l’italienne sont de véritables univers en soi, des symboles forts et cryptés de notre psyché.

Et un délice à contempler, à scruter. Pour tenter d’en saisir toutes les nuances de leur douce cruauté.

En savoir plus sur l’artiste