Yoshitaka Amano Estampe japonaise fantastique

Yoshitaka Amano, né le 26 mars 1952 à Shizuoka, près de Tôkyô, est un artiste japonais, notamment connu pour son travail sur Vampire Hunter D, Sandman de Neil Gaiman mais surtout, la série Final Fantasy.

C’est un dessinateur japonais qui devient rapidement concepteur de personnages après avoir été embauché par les studios d’animation Tatsunoko.

amanoestampe

En 1982, Amano quitte Tatsunoko pour fonder son propre studio indépendant, Ten Productions, où il crée quantité d’illustrations de style science-fiction et fantastique pour de nombreuses publications anglaises, américaines et japonaises et gagne plusieurs prix pour la qualité de son travail.

Ses dessins, aux accents aussi oniriques que surréalistes sont inspirés des légendes du monde entier, et issus principalement du mariage subtil entre aquarelle et encre, mais procèdent également des arts numériques.

En effet, Amano a cette patte qui lui est propre de mêler techniques traditionnelles de l’estampe japonaise (trinité de tons ocre/rouge sur fond noir), hypermodernes (comme la tablette graphique) et art nouveau (comme, notamment, Gustave Klimt), ce qui donne au tout le charme suranné des couleurs automnales.

amanoklimt

234787

ynuit

yamaterasu

yoshi12

Ce mage contemporain nous emmène dans les contrées de Morphée, d’Amaterasu, dans l’intimité de la noblesse et des samouraïs d’Edo; à moins qu’il ne nous mette face à l’une de ces créatures dont il a le secret; je me réfère là à ces femmes si particulières, fleurant bon le mystère et qui semblent toujours plongées dans une profonde mélancolie.

yoshi15

yoshitaka2

yoshitaka3

amanoegg

Animepaper-artists-yoshitaka-amano-sorcerer-and-woman-1-68208-nuniko-hires_3fa71

y13

y16

y24

y40

angels-egg-51e6a81b49d28

yoshi7

yjoker

La symétrie et les figures qui se répondent sont également caractéristiques de son art, hanté par la fuite du temps et la multiplicité des focales.

yoshi6

yoshi8

Minitokyo.Yoshitaka.Amano_.125106

yoshi11

En somme, Amano envoûte, charme l’oeil comme l’esprit, et montre dans l’errance de ses personnages suspendus dans le temps tels les mots d’un haiku qu’il est possible à l’homme de générer un monde en quelques coups de crayon au résultat léché.

Voici quelques sites qui lui sont consacrés (il n’existe malheureusement à ce jour pas de site officiel), et où il vous sera possible de trouver, après quelques fouilles archéologiques distrayantes, les personnages d’un univers feutré à l’élégance inimitable, née de l’alliance entre esthétiques occidentale et japonaise :