Vert d'âtre

Junko Mizuno

Enfin de retour dans ce petit cabinet de curiosités, dans ce petit container d’émotions, sous cette couette moelleuse cousue de fil noir.

Comme l’envie de me rafraîchir, d’en finir avec cet été moite et malodorant, cette ville qui piétine et ne se retourne pas quand d’aventure elle vient à bousculer ma quiétude.

L’espace d’un instant, jeter un coup d’œil énamouré sur ces taches de noir et de vert, complémentaires idéales de mon violet, glissées là à la postérité de vos esprits grands et délicats.

Vendredi 13, jour de chance.