Barry Sonnenfeld La Famille Addams

Comédie gothique

Coup de cœur de La Lune Mauve

Affiche du film La Famille Addams (Barry Sonnenfeld, 1991)

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 1 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

Synopsis

À l’écart de la ville se trouve un lugubre manoir. C’est là que vit la famille Addams, composée, aux yeux des autres habitants, de membres excentriques et fous dangereux. Pourtant, ils n’ont rien de tel : il y a la mère, Morticia, adepte des sciences occultes et des plantes carnivores ; le père, Gomez, fantasque et exubérant escrimeur ; Pugsley et Mercredi, les enfants aux jeux macabres ; Lurch (Max en version française), le majordome qui ressemble à s’y méprendre au monstre de Frankenstein ; la grand-mère, sorcière qui correspond aux poncifs connus du personnage et enfin la Chose, une main de compagnie qui se balade dans le manoir.

Mais sous des dehors heureux, quoique d’une façon morbide, la famille – surtout Gomez – ressent l’absence de l’oncle Fester (Fétide en version française). Ce dernier a quitté la maison suite à une violente dispute avec son frère, Gomez. Or, une femme arrive avec un homme, Gordon, et prétend qu’il s’agit de l’oncle disparu. Ce que les Addams ne savent pas, c’est qu’il s’agit d’un stratagème pour leur voler leur or, ourdi notamment par l’avocat de la famille.

Mais on ne s’attaque pas impunément à la famille Addams

Bande-annonce

Critique personnelle

En 1991 sortait sur les écrans un film réalisé par un presque inconnu : Barry Sonnenfeld. Si ce dernier avait auparavant pu travailler sur des films connus, comme Quand Harry rencontre Sally (Rob Reiner, 1989), c’est la toute première fois qu’il présente une oeuvre cinématographique avec la casquette de réalisateur. Et ce film-là, qui allait devenir un film culte, va lui permettre de se faire un nom. Quel est donc ce fameux film ? Il s’agit de La Famille Addams.

Wednesday (Christina Ricci) et Pugsley (Jimmy Workman) Addams

Les personnages de La Famille Addams ont tout d’abord été imaginé par le dessinateur Charles Addams, qui en croquait la vie quotidienne dans le magazine The New Yorker pendant les années trente et leur a donné son patronyme. Entre 1964 et 1966 furent ensuite diffusés à la télévision les épisodes d’une série reprenant ces mêmes personnages, sous le titre La Famille Addams. Voilà pour les origines du film.

Mais si celui-ci a marqué davantage les esprits, c’est pour son savant mélange de comédie, de macabre, de sentiments mais toujours avec un esprit très décalé qui continue de faire mouche aujourd’hui.

Car la famille Addams est en fait composée de personnages qui semblent tous issus de romans gothiques ou de classiques d’épouvante. Pourtant, malgré leur aura ténébreuse, ce sont des personnes charmantes, tout à fait disposées à accueillir un nouveau membre dans leur famille, même un simple humain – à condition que celui-ci ne cherche pas noise à la famille Addams…

Ce film est l’occasion de faire connaissance avec tout ce petit monde qui vit dans un manoir digne des meilleurs films d’horreur. Les occupations de la maisonnée vont à l’encontre des occupations dites « normales » de toute famille américaine moyenne : Morticia coupe ses fleurs pour ne garder que les épines, les enfants jouent à se tuer, Gomez vit de sa fortune… Fortune qui va attiser bien des convoitises !

Fester Addams (Christopher Lloyd)

Les tentatives multiples et avortées des apprentis-cambrioleurs vont d’ailleurs participer à solliciter les zygomatiques des spectateurs, après les présentations de la famille Addams. C’est que le manoir est labyrinthique, truffé de pièges aussi loufoques les uns que les autres, et le trésor – comme le verra Fester – digne d’une caverne d’Ali Baba ! Mais un bon film, même placé sous le signe de la comédie, ne serait rien sans une petite dose de drame.

Le ton est déjà donné dès le départ, lorsque Gomez regrette la dispute ayant provoqué le départ de son frère, Fester. Et c’est sur ce levier affectif que vont s’appuyer Tully Alford (l’avocat de la famille) et Mme Craven, qui a recueilli un homme ressemblant comme deux gouttes d’eau au frère disparu. Leur plan va d’ailleurs presque fonctionner et manquer de provoquer la chute de la famille Addams. À ceci près que personne n’avait prévu le retour du véritable Fester !

La Famille Addams, bien que doté d’un scénario des plus classiques selon les codes d’Hollywood pour les films à potentiel « culte », tire son épingle du jeu par sa peinture d’une famille pas comme les autres, par sa reprise des codes macabres et gothiques sous un jour décalé – ni trop sérieux, ni trop moqueur, mais le ton exact pour que le spectateur s’attache à ces Addams si différents des familles normales !

Alors que les comédies gothiques se font plutôt rares au cinéma (seul Tim Burton nous en propose), La Famille Addams offre une perle du genre qui n’a pas pris une ride.

Un film qui ne serait rien sans ces personnages à part imaginés par Charles Addams et la merveilleuse interprétation de ses acteurs – Anjelica Huston, beauté occulte, Christina Ricci, inquiétante innocence, Christopher Lloyd, aussi cinglé que lorsqu’il joue le savant fou de Retour vers le futur, le côté mort-vivant en plus… Et, bien entendu, la musique aisément reconnaissable, avec ses notes de clavecin ponctuées d’un claquement de doigt, à la fois inquiétante et drôle.

Morticia (Anjelica Huston) et Gomez (Raul Julia) Addams

Film culte s’il en est, La Famille Addams n’est pas près de tomber dans l’oubli et continue de ravir le public au fil des années. Son succès lui a valu une suite tout aussi excellente et aurait pu connaître une troisième film si l’équipe n’avait pas connu la perte prématurée de l’acteur interprétant Gomez Addams.

Le grain de sable

On notera que l’actrice Mercedes McNab, qui incarne la girl scout vendeuse de cookies, figurera également dans la suite du film, Les Valeurs de la Famille Addams, dans le rôle de l’horripilante Amanda. Mais elle incarnera aussi, bien plus tard, la non moins horripilante Harmony dans la série Buffy contre les Vampires.

Références

  • Acteurs : Anjelica Huston, Christina Ricci, Christopher Lloyd
  • Année : 1991
  • Durée : 1 h 39
  • Pays : États-Unis