Collision de Paul Haggis

Note des Lunemauviens : 4 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 5 4 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

collision-affiche 

Synopsis

Collision, ou l’histoire de plusieurs vies qui vont se croiser d’une façon à laquelle elles ne s’attendaient pas : deux voleurs de voitures, 2 inspecteurs de police, un serrurier mexicain, un épicier iranien, un réalisateur et sa femme, un inspecteur noir et sa coéquipière, une femme au foyer et son mari district attorney ; chacun de leur chemin va s’entrechoquer, de près ou de loin…

Critique personnnelle

C’est la sensation du toucher.
– Quoi?
– Dans n’importe quelle ville, tu marches, normal, tu effleures des gens, des gens te bousculent. A Los Angeles, personne ne te touche. Il y a toujours derrière du métal et du verre. Et je crois que le fait de se toucher nous manque tellement qu’on se rentre dedans rien que pour pouvoir ressentir quelque chose.

Ce sont les premières paroles du film. Des paroles qui prendront progressivement tout leur sens au fur et à mesure que chaque délicieuse minute de ce film s’écouleront. Car ce film est un régal, et la quantité de prix qu’il a reçu peut en attester : 40 prix internationaux, dont le Grand Prix du festival du cinéma de Deauville en 2005, et surtout, l’Oscar du meilleur film, du meilleur scénario et du meilleur montage en 2006.

Un tel film ne surgit pas du néant : il est avant tout l’oeuvre de son réalisateur Paul Haggis. Oui, celui qui avait signé peu de temps avant le scénario de ce film qui avait lui aussi remporté l’Oscar du meilleur film en 2005, Million Dollar Baby (ce qui fait à ce jour de Paul Haggis le premier à avoir signé le scénario de deux films récompensés successivement aux Oscars). Ce même Paul Haggis qui signera ensuite les scénarios de Last Kiss, Mémoire de nos Pères, Casino Royale, Lettres d’Iwo Jima et Quantum of Solace, de même que celui qu’il réalisera en 2007, Dans la Vallée d’Elah. Non, donc, ce film n’est pas sorti de nulle part. Il dérive même directement d’expériences personnelles vues ou vécues par Haggis. A noter également qu’une série a ensuite été inspirée de ce film (série du même nom, Crash).

Mais venons-en au film en lui-même. Tourné en trente-cinq jours, pour un budget de 6,5 millions de dollars (il en rapportera 98 millions), Collision est un film riche : riche en expériences aussi diverses que la pluralité des nationalités qu’il représente, riche en leçons de vie, et riche dans son approche des deux notions complexes que sont le bien et le mal au sein même de l’individu. Film planant, racontant les destins croisés d’une poignée d’individus (comme ce sera le cas un an plus tard dans un autre film que je trouve assez ressemblant, à savoir Babel, d’Alejandro Gonzalez Inarritu), il nous interroge sur une nature humaine mouvante au gré des circonstances, même dans les situations les plus improbables ; pour exemple, la scène hallucinante mais aussi la plus emblêmatique du film qu’est le sauvetage d’une femme dans sa voiture en feu par ce même homme qui l’avait précédemment humiliée, sans doute le moment le plus intense du film. 

collisionpic02

C’est sans doute au rythme de toutes les histoires dont il traite que se dessine le but profond du film : en plus d’explorer la collision entre tous ces gens, il explore la collision intérieure de chaque personnage, chacun se retrouvant confronté à lui-même et devant choisir sa position en fonction des événements, en révélant ainsi la part d’humanité ou d’inhumanité qui sommeille en lui. Qui est bon? Qui est mauvais? Personne n’est ni bien, ni mal, ou tout du moins, ceux que l’on croit mauvais ne le sont pas réellement, et inversement…

Ce n’est cependant pas le seul but du film : au-delà de cette interrogation sur la conscience de chacun, Collision est également et peut-être avant tout un tableau de Los Angeles, une peinture de ses nationalités multiples et de ses classes sociales qui se heurtent. Le problème racial est récurrent (illustré par les débats virulents et parfois assez marrants que se livrent les deux voleurs de voiture « noirs », ainsi que le conflit au sein du couple du réalisateur), de même que la galère vécue par des étrangers méprisés par les « blancs » et le témoignage des nationalités qui s’entrechoquent elles-mêmes entre elles, comme l’illustre le conflit entre l’épicier iranien et le serrurier mexicain. 

crash-movie-03

Collision, c’est enfin de la magie et de la surprise au milieu de toutes ces histoires dramatiques. Et si son rythme est assez lent, c’est pour mieux nous amener au plus proche des personnages, joués par des comédiens qui se mettent entièrement au service de leur rôle, tous égaux, aucun ne ressortant d’un lot relevé où se côtoient acteurs connus (Matt Dillon, épatant, Jack Ryan, dont le rôle de jeune flic paumé devait initialement être joué par Heath Ledger, Don Cheadle, Sandra Bullock ou encore Brendan Fraser) et moins connus (mais tout aussi efficaces).

Bref, des histoires simples,réalistes et émouvantes, racontées et amenées brillement jusqu’à leur entrelacement final, tel est le secret de la qualité de ce film touchant. Et comment pourrait-on oublier cet instant qui, au bout d’une heure, trente-six minutes et quarante et une seconde, nous fait partir pour cinq minutes et quarante-quatres secondes d’apothéose au son de Bird York et son envoûtante musique « In The Deep »…

 

Pour terminer, je voudrais dire que ce film m’a fait réaliser à quel point ces quelques phrases que j’avais un jour écrites étaient vraies, et je me fais le plaisir de les partager avec vous :  « Nous devrions tous vivre en tenant compte de ce qui nous entoure. Aucun d’entre nous n’a le même environnement, mais nous pouvons faire partie de l’environnement d’un autre tout comme un autre peut faire partie de notre environnement. Nous ne sommes jamais seul. Chacun de nos choix et de nos actes a des conséquences sur quelqu’un  qui nous entoure. Avoir conscience de cela nous éviterait souvent de faire ou de prendre des choses à la légère. »

Références

  • Titre : Collision (Crash)
  • Sortie : 14 septembre 2005
  • Durée : 1h48
  • Drame, Etats-Unis
  • Réalisateur : Paul Haggis
  • Avec : Sandra Bullock, Don Cheadle, Matt Dillon, Jennifer Esposito, Brendan Fraser, Ryan Philippe, Terrence Howard, Thandie Newton, Larenz Tate, Michael Pena, Chris « Ludacris » Bridges.
  • Scénario : Paul Haggis & Bobby Moresco
  • Directeur photo : James Muro & Dana Gonzales