John Cameron Mitchell Shortbus

Comédie dramatique chorale

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 2 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 5 2 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

Synopsis

Le Shortbus est la version réduite du fameux Schoolbus jaune qui emmène des milliers d’enfants américains à l’école, à la différence près qu’il est réservé aux handicapés, aux surdoués ou aux caractériels. À New York, c’est aussi le nom d’un club atypique de sexe, musique et art, et où se croisent nos personnages. Entre sentiments et sexualité, ce lieu particulier se fait l’image de l’aventure tragi-comique qu’ils mènent chaque jour.

Critique personnelle

Pour la plus large part du public français, John Cameron Mitchell sort de l’inconnu. Entre son premier film, Hedwig and the Angry Inch, et Shortbus, il passe du festival de Sundance à Cannes, repartant primé dans un cas, royalement ovationné dans le second (mais les mains vides, étant hors compétition). Cette dernière réalisation entre parfaitement dans le genre du film choral décalé, dont le dernier avatar intéressant est sûrement le très sucré Moi, toi, et tous les autres de Miranda July. Le concept est simple, on met en scène une brochette de personnages qui se croisent, parlent et se rapprochent les uns des autres, avec dans sa version comédie dramatique un ton fantaisiste qui n’est pas sans créer le fameux « effet poétique » (sic) inhérent à ce genre de film. Le schéma ne se dément pas et dès l’ouverture, c’est par un New York en carton que l’on passe d’un personnage à un autre, tous attachants ou presque. Chacun ses petits problèmes, chacun ses aspirations, la formule et connue. Elle sonne naïve – elle l’est – à l’écran c’est tout autre chose : le film est capable d’être d’émotion, et à même de déclencher un engouement qui s’empare finalement des esprits les plus blasés.

Shortbus - Sook-Yin Lee

Entre les murs d’un appartement transformé en club, c’est une dernière utopie qui fleurit. « It’s like in the sixties only with less hope ». Moins ? Pas sûr ; pas chez John Cameron Mitchell en tout cas. À l’intérieur, l’effervescence se veut renversante, et saisit les chevilles de ceux qui passent pour les entraîner dans un cercle où ils auront leur place. Plus personne ne refait le monde autour du feu, mais des personnages se retrouvent ensemble dans un appartement ; du sexe, pas que. L’acte reste politique, dans une veine plutôt libertaire bien entendu, chacun entre dans le dialogue sous une forme ou une autre. Si le scénario faiblit dans la seconde moitié, le rêve persiste et trouve toute sa mesure dans un final éclatant qui brille d’un idéalisme revendiqué.

Une nostalgie de liberté sexuelle complaisante, pour la défense d’un pornographe éhonté ? Shortbus est sexuellement très explicite, très. Même Bruno Dumont n’en fait pas tant ; sauf que ça parait beaucoup moins dérangeant que dans ses films. Le sexe y est un sujet très important –sûrement pas le plus important d’ailleurs. Et pourtant, presque rien ne semble obscène. Tout aussi surprenant que cela paraisse, le réalisateur a réussi ce pari culotté et les nombreuses scènes qui font tant jaser sont dénuées de tous les codes généralement utilisés, se révélant ainsi d’un naturel étonnant. La sexualité en partie comme une métaphore de l’identité des personnages. Libéré des représentations conventionnelles, des clichés sexistes, bien plus dans l’humour que dans le grotesque ; le ton est frais, euphorique. La nudité n’y est pas gênante et s’assume sans aucun complexe avec au contraire beaucoup de naturel.

Cette spontanéité bienheureuse n’est pas uniquement l’effet d’une atmosphère rose bonbon, elle se trouve avant tout dans la sincérité produite. Les rôles ont été construits avec les comédiens, en leur laissant une large part d’improvisation et c’est palpable. On peut ironiser sur l’investissement corps et âme des acteurs, il n’en est pas moins certain ; leur justesse s’accordant à exprimer en cœur une humanité qui explose à l’écran, colorée et resplendissante. Utopique – j’insiste.

Shortbus - Justin Bond

A voir sur le web

Références

  • Acteurs : Sook-Yin Lee, Paul Dawson, Lindsay Beamish, PJ DeBoy, Justin Bond
  • Année : 2005
  • Durée : 1h42
  • Pays : États-Unis