Armand Cabasson La Dame des MacEnnen

Roman de fantasy historique

Coup de cœur de La Lune Mauve

Couverture de "La Dame des MacEnnen" d'Armand Cabasson

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 0 vote(s). Moyenne : 0,00 sur 5.
Loading...

En octobre 2008 est paru aux éditions Glyphe le dernier ouvrage d’Armand Cabasson, auteur notamment de polars historiques et de recueils de nouvelles fantastiques. Court roman de fantasy historique, La Dame des MacEnnen est pour lui une nouvelle occasion de démontrer son talent.

Au temps de la révolte de Lucifer contre Dieu, l’archange Ennièle ne prit aucun parti. Elle fut punie pour cette neutralité et déchue, exilée sur Terre dans un loch dont elle ne peut s’éloigner. Au fil du temps, elle devient la divinité protectrice du clan d’hommes qui viennent s’installer aux abords de son loch.  Puis arrive la Guerre des Deux Roses, et sa rencontre avec Ingram, seigneur des MacEnnen, le clan qu’elle protège et dont elle chante les morts royales.

Commence alors un amour impossible entre cette archange déchue et ce seigneur mortel, tandis que la guerre menace de briser leurs liens.

La Dame des MacEnnen est un roman qui se lit très vite. Mais si la lecture se fait rapide, ce n’est pas seulement en raison de son court nombre de pages. C’est aussi parce qu’à peine la première page entamée, on refuse de poser le livre avant de l’avoir terminé, on est immédiatement happé au coeur de l’histoire.

C’est avec intérêt et passion que l’on suit la chute d’Ennièle, sa vie parmi les mortels, ses liens avec le clan MacEnnen, et surtout son évolution. Car pour sauver son amant, il lui faudra faire un choix, prendre une décision, à elle qui n’a pas pris parti lors de la révolte de Lucifer.

Armand Cabasson plante cette histoire au coeur de l’Histoire. Il s’est documenté sur cette épisode qu’est la Guerre des Roses et cela se sent. De plus, il sait comment évoquer les batailles au point que nous, lecteurs, sommes plongés entièrement dans le fracas des armées qui s’affrontent. Les cris des soldats, les heurts des épées, le sifflement des flèches qui volent, le bruit sourd des corps qui tombent, le grondement de la guerre, tout cela résonne à nos oreilles avec force et véracité. Nous sentons l’odeur âcre de la poudre à canon et du sang versé, voyons les hommes se battre, et nous sommes plongés littéralement au coeur de cette guerre civile qui déchira l’Angleterre au XVe siècle.

Et puis il y a le couple formé par Ingram, seigneur MacEnnen, et Ennièle. Leur amour interdit, la passion d’Ennièle, qui traverse également le roman de bout en bout. Et le thème du choix, de l’idéal pour lequel on se bat.

La Dame des MacEnnen est un livre comme on aimerait en lire plus souvent, solidement ancré dans l’Histoire et traversé par un souffle épique et passionnel rare. On referme le livre encore hébété par tant de fracas et de fureur, tant d’émotion et de passion.

Parution en octobre 2008, Editions Glyphe, 140 pages.