James Hamilton Arthur Rackham : l'enchanteur bien-aimé

Biographie et artbook

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 2 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 5 2 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Il s’agit d’une biographie détaillée d’Arthur Rackham, connu comme étant l’illustrateur féerique du début du 20ème siècle. Bien entendu, cette biographie est agrémentée de nombreux dessins et peintures en couleur de l’artiste anglais, faisant de ce livre un bel artbook riche en informations.

Ça commence comme ça

Son visage était aussi fripé et ridé qu’une noix trop mûre, et alors qu’il me scrutait de ses yeux myopes à travers ses grosses lunettes rondes, je croyais voir une de ses créatures sortie tout droit des Contes de Grimm. C’est ainsi que son neveu, Walter Starkie, se souvient d’Arthur Rackham vers l’âge de trente-cinq ans. Que Rackham eût aimé être évoqué de la sorte est une autre histoire.

Avis personnel

Rare est la littérature francophone consacrée à l’artiste, ce qui rend cet ouvrage plus que précieux ; d’autant plus qu’il est à présent épuisé… Il s’agit d’ailleurs d’une traduction de Arthur Rackham : a life with illustration de l’anglais James Hamilton. Pour celui qui s’intéresse à la vie de l’artiste, cet ouvrage répondra aisément à ses attentes. Très détaillés et riches en sources, les huit chapitres témoignent d’un vrai travail de recherche que l’auteur (et les traducteurs) a su retranscrire de manière fluide et parfois émouvante.

L’ouvrage permet aussi d’avoir un aperçu de ses illustrations et de leur évolution, mais aussi de ses peintures. Car si on connait Arthur Rackham surtout pour ses illustrations féeriques, il était aussi peintre, notamment de paysage, à la manière classique. Il peignit aussi quelques portraits.

Au fil de la lecture on suit, avec un grand intérêt, la vie de l’artiste. De ses débuts difficiles à son acceptation et sa célébrité, en passant par la 1ère guerre mondiale, on apprend de nombreuses choses lors de cette lecture. Également, le monde de l’édition et de l’impression en couleur de cette époque est mis en lumière et permet de comprendre un fonctionnement délicat pour les artistes.

Enfin, bien sûr, les nombreuses magnifiques illustrations, mais aussi les croquis et les peintures sont enchanteurs et donnent envie de se procurer tous les ouvrages illustrés par l’artiste ! D’ « Alice au pays des merveilles » au « Songe d’une nuit d’été » calligraphié (une pure merveille), les illustrations d’Arthur Rackham sont de véritables enchantements que ce livre permet d’apprécier dans le contexte où elles furent créées.

Le grain de sable

C’est grâce à Barbara Edwards, la fille unique d’Arthur Rackham, que de nombreux textes et œuvres de son père ont pu figurer dans ce livre.

Gramophone

La trilogie Elvenmusic de Caprice.

Sur le mur

Arthur Rackham : édition de 1908
Photo : http://www.chartaonline.com
Juste pour rêver, une édition de A Midsummer Night’s Dream de 1908 signée par l’illustrateur.

Dans la même veine

The Arthur Rackham Treasury: 86 Full-color Illustrations ou Rackham’s Fairy Tale Illustrations in Full Color, tous deux parus chez Dover Publications (2006 et 2002). Ces deux livres fins proposent de nombreuses illustrations de bonne qualité.

Je conseille aussi le catalogue d’exposition Edmund Dulac : 1882-1953 : de Toulouse à Londres (Du Rouergue, 2008). Un bel artbook consacré à un autre illustrateur féerique contemporain d’Arthur Rackham, dont le style en est très proche.

A propos de James Hamilton

Né en 1948, James Hamilton fut notamment conservateur aux musées de Portsmouth et Sheffield. Durant cette période, il organisa une douzaine d’expositions, dont certaines autour d‘artistes. Parmi elles, Arthur Rackham et Edmund Dulac furent à l‘honneur. Aujourd’hui, James Hamilton est conservateur à l’Université de Birmingham, et s’occupe d’une exposition autour de William Turner. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages d’art et donna un grand nombre de conférences, notamment sur Turner, Faraday et la culture de la Grande-Bretagne victorienne.

Références

  • Éditions Corentin, 1995, 199 pages

Liens et sources