Simon Mardsen The Journal of a Ghosthunter

Photographie hantée

Couverture de « The Journal of a Ghosthunter »

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 1 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

Argument

Marsden s’est rendu dans trente lieux et demeures répartis dans cinq pays d’Europe (Irlande, Angleterre, Pays de Galles, France, Allemagne et Roumanie), à la réputation mystérieuse et souvent frappés par une tragédie ancestrale. Le Journal d’un chasseur de fantômes est le compte-rendu narratif et photographique de ces voyages.

Les clichés sont accompagnés de textes dans lesquels Marsden relate ses visites et les éléments historiques qu’il découvre au fur et à mesure de ses recherches ou de ses rencontres. Il nous livre également ses impressions et ses sensations, toujours empreintes de fascination et parfois de malaise.

Les photos sont en noir et blanc, et un effet légèrement brumeux y est ajouté afin d’en dégager davantage de mystère.
Le livre mesure 30 cm sur 20 et sa couverture est plastifiée, ce qui le rend très maniable à la différence de la plupart des beaux livres. Le lecteur a toutes les cartes en main pour partir à la découverte des fantômes du passé.

Ça commence comme ça…

« The piercing eyes of the grey-haired old man stared ahead at the small gathering of local people. The lights were dimmed and he slowly put his half-empty beer glass down on the wooden table. Not a sound could be heard in the small room except for the occasional crackle of burning wood in the fire and the sporadic coughing of a very frail woman. He began te speak in a low, measured voice : (…)

Avis personnel

Ce livre est tout simplement magique, le passeport d’un aller sans retour vers des temps malheureusement révolus.

Les photographies ont motivé mon envie initiale d’acheter ce livre, mais il s’est avéré que les textes m’ont transportée autant si ce n’est davantage. Marsden sait employer les mots qui toucheront le lecteur, son récit est très épuré car le propos possède suffisamment de richesse à lui seul. Je précise toutefois que je possède uniquement la version originale de ce livre et que la lecture en est aisée et le vocabulaire accessible, donc cela ne pose aucun problème particulier.

J’ouvre toujours le livre avec une sorte de gourmandise un peu inquiète, impatiente de me retrouver au coeur d’une terre hostile, isolée et peuplée d’âmes en souffrance. Tous les lieux visités possèdent une légende qui leur est propre, une histoire dramatique dont le protagoniste ne peut quitter le monde des vivants et le hante depuis des siècles.

Marsden donne d’assez nombreux détails historiques et nous livre des récits concis et complets. Chagrins d’amour, cruauté des hommes… nombreux sont les déboires pour lesquels les individus, aujourd’hui fantômes, ont péri. Ces anecdotes illustrées par des photographies vaporeuses et brillamment surannées prennent une intensité vraiment saisissante et ce livre est tout simplement passionnant.

Une étrangeté réelle, presque palpable, se dégage de ces photographies tout droit sorties d’une autre époque. Je conseille ce livre à tous les amateurs de fantômes et de jolies histoires tragiques et élégantes.

Le grain de sable

La version française a été éditée par Abbeville en 1995.

Gramophone

Je pense que « Storm of the light’s bane » de Dissection ou encore la BO du film Dracula de Coppola conviendraient très bien à l’ambiance de ce livre.

Sur le mur

Je n’ai encore jamais trouvé d’artistes similaires à Marsden, à mon grand regret.

Dans la même veine

Mais dans la même veine que le Journal d’un chasseur de fantômes on peut évidemment citer La France hantée : voyage d’un chasseur de fantômes du même artiste. Les photographies et le propos sont assez semblables.

L’auteur

Simon Marsden

Simon Marsden, de son nom complet Sir Simon Marsden Neville Llewelyn, est un photographe et un auteur anglais né en 1948. Son oeuvre porte principalement sur les lieux et maisons hantés. Ses photographies sont renommées à travers le monde et exposées à Londres, Los Angeles ou encore Paris. Ses ouvrages les plus célèbres sont Venice – City of haunting dreams, La France hantée ou Visions of Poe.

Parmi ses réalisations nous pouvons évoquer la pochette de l’album Dusk and her Embrace de Cradle of Filth.

Références

Editions Little, Brown and Compagnie, Grande-Bretagne 1994, 128 pages.

Lien

Site officiel de l’artiste