Posy Simmonds Tamara Drewe

Graphic novel cynique

Tamara Drewe de Posy Simmonds

Note :
3/5
Note des Lunemauviens : 1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 1 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Tamara Drewe est belle (elle a le nez refait), jeune (elle virevolte d’aventure en aventure) et cool (elle travaille pour un magazine people). Lorsqu’elle débarque dans la campagne anglaise, décidant de s’installer dans un cottage hérité de sa mère après s’être lassée de Londres, Tamara débarque surtout dans la vie d’un petit groupe de bourgeois bohèmes anglais réunis au sein d’une retraite pour écrivains, loin de la foule déchaînée. En apparence paisible, ce hâvre de paix cache pourtant la frustration d’un universitaire, les adultères d’un auteur à succès, les remises en question d’une femme au foyer, la petite délinquance et l’addiction à la drogue des ados du coin ou encore une rock star de seconde zone, le tout dans une charmante odeur de bouc.

Bref, ils sont tous et toutes autant attirés qu’agacés par Tamara, petit grain de sable dans une mécanique humaine pas si bien rôdée. Son magnétisme, sa candeur ainsi que ses liaisons dangereuses éveilleront les passions, aboutissant à une tragédie dans le plus pur style Simmonds: « à la fois poignante et absurde« , pour reprendre les mots de l’éditeur.

Ça commence comme ça

Première planche de Tamara Drewe

Avis personnel

Après Gemma Bovery – son précédent graphic novel librement inspiré de l’Emma Bovary de Flaubert -, Posy Simmonds croque à pleines dents les frustrations égotiques, les mésaventures sentimentales et l’ennui tenaillant plusieurs générations d’Anglais. On assiste à un va-et-vient incessant entre tradition et modernité, où l'(anti-)héroïne se fait ange et démon, et où la nature, omniprésente, assiste comme nous à des bluettes souvent amusantes, toujours déchirantes. L’auteure prend un malin plaisir à lâcher sa Tamara – bombe intello-chic – dans un repère pour petits bourgeois, bouleversant leurs vies et, par extension, celui de tout un village.

Ce livre est passionnant de bout en bout, notamment grâce à sa mise en page originale qui alterne dessin et texte pur (où Tamara Drewe s’inscrit dans la plus pure tradition du graphic novel, cousin romanesque de la bande-dessinée), mais aussi grâce à la narration chorale du récit (les personnages principaux se font tour à tour narrateurs). On ne peut s’empêcher de s’identifier qui à Beth – quinquagénaire replette dévouée mais bafouée -, qui à Glen Larson – universitaire dont les aspirations livresques se heurtent aux sarcasmes d’un auteur à succès -, qui à Andy Cobb – le gentleman farmer amoureux transi… et éconduit.

La patte de Simmonds s’est encore acidifiée depuis Gemma Bovery. Pourtant, on pourra regretter que l’auteure ne prenne pas plus de risques au niveau du scénario: déjà, l’action de Gemma Bovery se passait à la campagne (française, certes), et déjà, son héroïne était une beauté pyromane adultérine. Ajouté à cela un dessin parfois très (trop?) rétro qui ralentit un peu la fougue inhérente au pitch.

Cependant, l’irrésistible humour anglais font de Tamara Drewe un livre acidulé et délicieusement cruel qui se savoure, ne serait-ce parce qu’il tourne en ridicule des intouchables (les gens de lettres), et qu’il offre un éclairage particulier sur des stéréotypes féminins finalement pas si caricaturaux…

Le grain de sable

Tamara Drewe est une adaptation libre du roman Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy – ce qui a valu à le patronyme d’Hardiman à deux des personnages du livre.

Gramophone

Parasol de Tori Amos

Sur le mur

Femme assise avec parasol de Georges Seurat: où la musique est née de l’image… Image elle-même liée à notre lecture!

Georges Seurat - Femme assise avec parasol

Dans la même veine

Gemma Bovery, bien sûr! A notre avis, un poil supérieur à Tamara Drewe, d’ailleurs.

A propos de Posy Simmonds

Posy Simmonds
Illustratrice de longue date pour le célèbre journal anglais The Guardian, Posy Simmonds a publié de nombreux livres pour enfants tout en créant les séries Gemma Bovery et Tamara Drewe, initialement publiées dans le quotidien.

Le style Simmonds se caractérise par une ironie farouche à travers laquelle l’auteure fait la satire de la classe moyenne anglaise, tout en mettant en lumière des héroïnes empreintes d’une mélancolie très 19e siècle, transposée de nos jours.

Liens et sources

Tamara Drewe a été publié pour la première fois dans The Guardian, à raison d’une planche par jour. Vous pouvez donc lire le livre sur le site du quotidien: notez cependant que c’est en anglais, et que les planches sont un peu différentes de celles contenues dans le livre.

Références

Tamara Drewe, de Posy Simmonds – Editions Denoël, Collection Denoël Graphic, octobre 2008 (133 pages)