Warren Ellis Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island

Steampunk sous haute tension

Note :
4/5
Note des Lunemauviens : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 0 vote(s). Moyenne : 0,00 sur 5.
Loading...

L’argument

1830. Dans une Londres aux mains de magistrats véreux et de flics pourris, le mystérieux capitaine d’un bateau volant rencontre un jeune policier pas encore corrompu ni blasé. Celui-ci découvre l’électricité et les valeurs étonnantes de ces pirates du ciel donc le chef se fait appeler Captain Swing.

Ça commence comme ça

warren-ellis-captain-swing-debut

Avis personnel

Trop court, pas assez fouillé, l’histoire pourtant m’attirait énormément, notamment grâce à son cachet steampunk.

J’aurais aimé « plus ». J’ai lu avec un grand plaisir cette bande dessinée malgré ce sentiment d’inachevé qui m’en reste à la fin. Il faut dire qu’il y a matière à développer : outre l’invention de l’électricité, le thème de la lutte des classes, de la domination des plus riches, apporte une dimension supplémentaire à cette œuvre, qui se veut un peu plus que divertissante.

On y philosophe sur l’avenir, et le savoir.

On ne s’ennuie pas, c’est certain, mais quelque part, les choses ne semblent guère naturelles à arriver si vite. Peut-être est-ce une volonté de l’auteur de boucler la chose en une nuit, mais j’ai du mal à imaginer qu’on puisse faire confiance si vite, s’attacher si vite, etc. Tout est trop rapide.

Côté graphisme, si je n’ai pas été transcendée par les dessins, j’ai apprécié la mise en page entrecoupée: l’action en bande-dessinée et les pages d’un journal de bord ou intime, expliquant certaines choses de manière très fluide, tout à fait complémentaire avec le déroulement de l’histoire. J’ai d’abord cru qu’on avait le point de vue du policier en bande-dessinée et celui du pirate en journal, ce qui me semblait également un très bon choix narratif.

Au final, c’est un peu différent, mais c’est agréable à lire. Tout est très sombre -en même temps tout se déroule de nuit- et on remercie la fée électricité qui nous permet de voir un peu mieux ce qui se passe.

Pour les amateurs du genre, une oeuvre à lire, pour se faire sa propre opinion, et savourer l’originalité de la chose.

Le grain de sable

Pour la promotion lors de la sortie du livre, Milady a édité de faux journaux de l’époque. J’ai raté ça et je le regrette.

Sur le mur

Une bobine Tesla

Gramophone

Abney Park – Airship Pirates

A propos de Warren Ellis

Né le 16 février 1968 en Angleterre, Warren Ellis est scénariste de comics depuis 1990. Il a travaillé sur de nombreux projets, notamment chez DC Comics (Hellblazer, Transmetropolitain, etc) et Marvel (Excalibur, Thor, Wolverine, etc).

À propos de Raulo Caceres

Né en 1976 en Espagne, l’illustrateur se démarque par sa tendance à l’extrême: du gore, de l’érotique, il a adapté en bande dessinée des œuvres du Marquis de Sade (Justine et Juliette), et la légende d’Elizabeth Bathory, entre autres.

Références

Editions Bragelonne Milady, Collection Milady graphics, 2012, 128 pages.

Liens