Alain Pozzuoli (dir.) French Gothic

Coup de cœur de La Lune Mauve

Couverture de « French Gothic »

Note :
4/5
Note des Lunemauviens : 6 votes, average: 4,00 out of 56 votes, average: 4,00 out of 56 votes, average: 4,00 out of 56 votes, average: 4,00 out of 56 votes, average: 4,00 out of 5 6 vote(s). Moyenne : 4,00 sur 5.
Loading...

L’argument

La littérature fantastique et a fortiori sa tendance gothique méritent d’être légitimées et estimées à leur juste valeur. Cette anthologie propose un florilège de nouvelles ou extraits de nouvelles signées des plus illustres auteurs français du genre. Je n’attribuerai volontairement que quelques mots aux nouvelles qui sont selon moi les meilleures afin d’en exposer la thématique et l’ambiance générales : il est tellement préférable de découvrir un texte soi-même, au fil de la lecture.

  • Alphonse KARR, Berthe et Rodolphe : Un homme évoque le fantôme de sa femme par la musique, ce qui donne lieu à d’étranges concerts improvisés ;
  • Théophile GAUTIER, Le Chevalier double : Un étranger bien énigmatique fait halte dans une contrée glaciale et donne naissance à un fils épouvantable ;
  • ERCKMANN-CHATRIAN, L’Araignée-crabe : Une créature recluse et répugnante terrorise une petite région montagnarde ;
  • VILLIERS de L’ISLE-ADAM, Souvenirs occultes : Il s’agit de deux extraits des Contes cruels traitant de guerre et de spectres ;
  • Anatole le BRAZ, Histoires de l’Ankou : Suite d’anecdotes délicieuses et effrayantes sur le fameux convoi de la Mort breton ;
  • Marcel BEALU, L’Araignée d’eau  : Histoire de l’étrange attraction entre une araignée mutante et un homme banal ;
  • Léa SILHOL, Lumière noire : Une amatrice d’antiquités sombre dans la déchéance en raison d’une bien étrange obsession ;
  • Claude MAMIER, Acqua Alta : Voyage au cœur d’un cauchemar vénitien

ça commence comme ça…

Alexandre DUMAS ouvre le bal des pendus avec Les tombeaux de Saint-Denis.
 » -Eh bien ! qu’est-ce que cela prouve, docteur? demanda monsieur Ledru.
– Cela prouve que les organes qui transmettent au cerveau les perceptions qu’ils reçoivent peuvent se déranger par suite de certaines causes, au point d’offrir à l’esprit un miroir infidèle, et qu’en pareil cas on voit des objets et on entend des sons qui n’existent pas. Voilà tout.
– Cependant, dit le chevalier Lenoir avec la timidité d’un savant de bonne foi, cependant il arrive certaines choses qui laissent une trace, certaines prophéties qui ont un accomplissement. Comment expliquez-vous, docteur, que des coups donnés par des spectres ont pu faire naître des places noires sur le corps de celui qui les a reçus? comment expliquerez-vous qu’une vision ait pu, dix, vingt, trente ans auparavant, révéler l’avenir? Ce qui n’existe pas peut-il meurtrir ce qui est ou annoncer ce qui sera?
– Ah! dit le docteur, vous voulez parler de la vision du roi de Suède?
– Non, je veux parler de ce que j’ai vu moi-même. »

Avis personnel

Cette lecture a été un vrai plaisir du début à la fin. Tout d’abord, parce que tous les ingrédients sont réunis pour conquérir un lecteur amateur de belle écriture. L’ensemble des auteurs ont en commun un vocabulaire et une stylistique fins et élégants, ce que j’apprécie énormément, n’étant pas férue des écritures elliptiques et peu soutenues. Ensuite, parce que ce livre m’a ouvert des pistes inconnues et m’a donné l’envie d’aller plus loin car j’ai découvert des auteurs attrayants dont j’ignorais l’existence, en particulier Marcel BEALU dont les intrigues rocambolesques sont délicieuses. Enfin, l’angoisse, la folie et une sorte de marginalité subversive planent sur les personnages, embaument l’atmosphère page après page et l’on se rend compte que l’on se trouve bien au coeur d’un fantastique très réussi. Aucune nouvelle ne m’a déçue, toutes m’ont captivée.
Par ailleurs, je trouve fabuleux que l’on ne remarque aucune différence entre la première partie du livre (auteurs des 18ème et 19ème siècles) et la seconde partie du livre (auteurs contemporains). Cela montre que l’écriture et les ambiances d’antan ne se sont pas évanouies, ce qui est très important à mes yeux.
Selon moi, l’objectif de cette succincte mise en bouche est atteint en tous cas : à travers cette plongée dans les méandres d’imaginaires passionnants traduis par d’habiles plumes, on est plus que jamais convaincu de l’importance de la littérature fantastique gothique dans le corpus littéraire français. A quand le même ouvrage international ?

Le grain de sable

Plusieurs auteurs présents dans le recueil et Alain POZZUOLI lui-même ont été publiés par les regrettées éditions de l’Oxymore. Les amateurs auront une raison supplémentaire pour ne pas hésiter à lire cette anthologie.

Gramophone

La musique qui accompagnerait parfaitement cette lecture serait un fond discret d’orgue à un rythme désordonné.

Sur le mur

Une photographie de Paul Nadar, photographe du 19ème siècle qui a entre autres immortalisé Cléo de Mérode, représente à merveille l’atmosphère désuète qui empreint cette anthologie.
NADAR

Dans la même veine…

L’anthologie du fantastique par Roger CAILLOIS propose un choix de plusieurs auteurs étrangers. Les anthologies fantastiques sont nombreuses mais le gothique demeure modeste.

A propos de Alain POZZUOLI

Il serait trop long et fastidieux de présenter les 27 auteurs présents dans cette anthologie. Une biographie de chacun est présente à la fin du livre.
Alain POZZUOLI, à qui l’on doit l’initiative de ce recueil, a de multiples cordes à son arc puisque passionné par tout ce qui émane du fantastique, il est entre autres scénariste et écrivain. Précisons simplement qu’il est biographe de Bram Stoker et l’un des spécialistes français les plus célèbres de Dracula.
pozzuoli

Références

French Gothic, Les Belles Lettres, 2004, 464 pages.

Liens et sources

http://www.yozone.fr/article.php3?id_article=1391
Un entretien avec Alain POZZUOLI sur Yozone, site consacré à l’imaginaire.