Collectif Codex Atlanticus volume 17

Nouvelles fantastiques pour gentlemen

Couverture de « Codex Atlanticus 17 »

Note :
4/5
1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 (1 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Argument

Le recueil se compose de onze nouvelles fantasques et angoissantes. Je choisirai de ne parler ici que de trois nouvelles, représentatives de l’esprit de l’anthologie :

  • Les livres invisibles (par Philippe VIDAL) : Un cruciverbiste fait la surprenante rencontre du « Faiseur », écrivain de livres invisibles. Les mots sitôt formés par sa main sur des feuillets immaculés disparaissent aussitôt…
  • Une flaque (par Denis MOIRIAT) : Il s’agit d’un texte extrêmement court d’une poésie touchante et pure, l’histoire d’un être humain pas tout à fait comme les autres.
  • La sagesse du fossoyeur (par Stéphane MOURET) : Benoît est le fossoyeur un peu simplet de son village. Sa solitude n’est qu’apparente puisqu’il converse avec une mystérieuse silhouette que lui seul semble capable de voir.

Ca commence comme ça

L’épitaphe, par Jean-Jacques Muel

« Les livres, les revues, ce n’est que du papier. Des mots fragiles, imprimés sur un support perméable à l’eau, au feu, et que le vent disperse et emporte. Le papier s’altère, tombe en poussière. La littérature finira peut-être dans un vaste autodafé. C’est ainsi que pensait l’écrivain qui ne voulait pas laisser derrière lui une œuvre volatile, fût-elle immense et multiforme, une de ces milliers, de ces dizaines de milliers d’œuvres déjà couchées dans le linceul de leurs pages, offertes à l’irrémédiable du temps, à la contagion de l’oubli. »

Avis personnel

Ce numéro 17 du Codex Atlanticus est l’un de mes recueil favoris. Les sujets des nouvelles sont toujours très diversifiés, et ce livre ne déroge pas à la règle. Le lecteur est invité au cœur d’atmosphères variées et erre d’un environnement à un autre.

J’apprécie particulièrement de pouvoir m’abîmer au détour des pages dans un spectre étonnamment large de situations et d’émotions.

Cette diversité ne se retrouve pas seulement au fil du livre, mais au sein des nouvelles elles-mêmes. Dans ce Codex Atlanticus 17 et dans toutes ces anthologies en général, les textes possèdent une rare intensité car en un laps de temps très court la légèreté fait place à la pesanteur de la terreur, de la mort ou de la souffrance.

Le recueil se clôt sur une touche d’un romantisme sombre et légèrement gothique, à la beauté calme et tranquille.

Le lecteur qui souhaite voyager dans le temps et dans l’espace sera enchanté par cet ouvrage de qualité, original et éclectique.

Le grain de sable

Le nom « Codex Atlanticus » est celui qui a été donné à un recueil de dessins et de notes de Léonard de Vinci, daté du 15e siècle. Le « Codex » désigne l’assemblage de dessins collés sur de grands feuillets; « Atlanticus » (pour « atlas ») désigne le grand format de ce recueil.

Gramophone

L’album Icon de Paradise Lost accompagnerait à merveille cette lecture.

Sur le mur

Curieusement, j’associerais l’atmosphère étrange des Codex Atlanticus à un tableau dans le style de l’Ile aux Morts d’Arnold Böcklin. On entre dans un monde mystérieux, d’une couleur chaude et ancienne.
L'île des morts

Dans la même veine

Si vous avez aimé le numéro 17 du Codex Atlanticus, vous aimerez Les aventures du Club Diogène, écrites par Stéphane Mourret et Jérômes Sorre (Editions La Clef d’Argent).

A propos des auteurs

Codex Atlanticus est le nom des recueils de nouvelles annuels des éditions La Clef d’argent, offrant au lecteur avide d’aventures étranges des écrits fantastiques d’influence fin de siècle, regroupant des écrits contemporains mais parfois aussi posthumes.

Voici quelques éléments sommaires de leurs biographies respectives, destinées à donner un aperçu de leurs activités et de leurs univers artistiques :
Jean-Jacques Nuel est un écrivain lyonnais qui, après avoir publié des recueils de poèmes, se consacre à l’écriture de textes courts, d’aphorismes, de nouvelles et de récits.
– D’origine saintongeaise, Michel Rullier produit des écrits qui font revivre les réminiscences de la campagne de son enfance.
Philippe Vidal est un poète et novelliste toulousain. Il écrit également des pièces de théâtre.
Denis Moiriat est un écrivain solitaire qui a collaboré à différentes revues mais qui demeure surtout passionné de lecture.
Christian Hibon est un auteur de grand talent, narrateur notamment des aventures métapsychiques de John Coolter et Isidore Quincampoix, publiées au sein d’une collection: Ténèbres & Cie.
Gilles Bailly est l’auteur de nouvelles insolites, insolentes, caustiques et poétiques fréquemment publiées chez la Clef d’Argent.
Jean Effer est un écrivain né en 1958, sur lequel très peu d’éléments biographiques sont disponibles.
Philippe Bastin un auteur belge de poèmes, nouvelles et pièces de théâtre.
Franck Denet est un Auvergnat passionné par l’environnement qui l’inspire beaucoup. Ses écrits appartiennent majoritairement au genre fantastique.
Timothée Rey est un auteur niçois. La Clef d’Argent a publié son premier recueil de nouvelles: Caviardages.
Stéphane Mourret est notamment l’auteur des aventures du génial Club Diogène, publié par la Clef d’argent, co-écrites avec Jérôme Sorre.

Références

Anthologie Fantastique N.17, Editions La Clef d’argent 2008, 79 pages.
Directeur de la publication : Philippe GINDRE

Liens et sources

Page du site web des éditions La Clef d’argent consacrée à la collection Codex Atlanticus.