Cyril Carau (dir.) Pouvoir et Puissance

Puissantes nouvelles de pouvoir(s)

Couverture de "Pouvoir et puissance" dirigé par Cyril Carau

Note :
4/5
Note des Lunemauviens : 4 votes, average: 4,75 out of 54 votes, average: 4,75 out of 54 votes, average: 4,75 out of 54 votes, average: 4,75 out of 54 votes, average: 4,75 out of 5 4 vote(s). Moyenne : 4,75 sur 5.
Loading...

L’argument

Le pouvoir et la puissance. Deux notions différentes et pourtant similaires. Deux notions que l’on retrouve dans ces seize nouvelles d’imaginaires, déclinées en autant de facettes. Pouvoir des super-héros dans Heroic Anonymous d’Estelle Valls de Gomis, pouvoirs magiques alliés au pouvoir politique dans Le Serviteur de Philippe Deniel, abus de pouvoir dans Aboulanol de Charlotte Bousquet, Le catalyseur d’Aurélie Wellenstein ou encore D’un claquement de doigts de Thibault Scohier, ou encore pouvoir totalitaire dans Le standardiste de David Osmay. Pouvoir et puissance en seize textes redoutables.

ça commence comme ça

Le Principe de la Mandragore – Texte de Richard Maurel, illustrations de Guillaume Tiret

Il faisait froid dans ce bureau qui n’était même pas un bureau d’ailleurs. Juste une salle blafarde et sinistre. Francis Houque détestait avoir froid, cela lui rappelait beaucoup de mauvais souvenirs. Il souffla sur ses doigts gelés puis se frotta longuement les mains, la mine boudeuse.

– M. Houque? Vous m’avez entendu?

Avis personnel

Le pouvoir et la puissance sont deux notions que l’on connaît. Comme l’explique la préface de Cyril Carau, elles évoquent aussitôt quelque chose et il n’est pas nécessaire de nous en rappeler la définition. Seize nouvelles teintées d’imaginaire témoignent de ces deux notions, avec plus ou moins de succès.

Aboulanol de Charlotte Bousquet est un texte d’anticipation terrifiant. Ou comment le pouvoir que l’on a sur l’autre peut faire tourner la tête et conduire aux pires extrémités. Un texte qui donne le frisson.  De même avec Le Standardiste de David Osmay, qui nous décrit une société totalitaire soumise au capitalisme glaçante. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec notre société actuelle… Les pouvoirs des super-héros ne sont pas oubliés avec la nouvelle mélancolique d’Estelle Valls de Gomis, qui nous rappelle que posséder des capacités hors du commun ne permet pas forcément le bonheur. De quoi modérer son désir d’avoir, nous aussi,  des super-pouvoirs.

Les pouvoirs magiques et leurs conséquences (politiques, entre autres) ne sont pas oubliés. Entre le superbe Le Rouge, le Blanc et l’Artefact d’Anthony Boulanger qui introduit aussi la notion de liberté de belle façon, l’uchronique Le Serviteur de Philippe Deniel qui est un vrai régal, le désespéré et violent Change-peaux d’Elie Darco ou encore Bémol tragique ou la fin des Chantres d’Alsem Wiseman, où le son devient une puissance à part entière, plusieurs nouvelles traitent de ces aspect avec brio!

Malgré un premier texte plutôt faible (Le principe de la Mandragore de Richard Maurel, auquel j’ai très peu accroché), l’anthologie Pouvoir et puissance monte rapidement… en puissance, justement! Si une poignée de textes déparent l’ensemble par leurs défauts, la majorité sont de bonne qualité et c’est avec un grand plaisir que je les ai lues!

Une première anthologie à savourer, qui fait le tour de la puissance et du pouvoir dans leurs aspects positifs comme négatifs.

Le grain de sable

L’anthologie a été réalisée en partenariat avec OutreMonde, portail d’écriture et de créations graphiques autour de l’imaginaire.

Gramophone

Une marche militaire.

Sur le mur

real heros are anonymous

Real heros are anonymous de Dorothy-Shoes

Dans la même veine

Si vous avez aimé Pouvoir et Puissance, je vous recommande la lecture de L’Art de la guerre de Sun Tzu (Flammarion Champs, 2008) ainsi que celle du catalogue d’exposition de la BnF Héros : d’Achille à Zidane (Bibliothèque nationale de France, 2007) pour poursuivre votre exploration du pouvoir et de la puissance.

A propos de Cyril Carau

cyril_carauNé en 1971 à Marseille, Cyril Carau manie autant la plume que le pinceau. Ses textes de tous genres sont parus dans divers fanzines et anthologies, comme Parchemins et Traverses, Borderline, Le Calepin Jaune ou encore Black Mamba. Il a également réalisé quelques films, tels Rituel ou L’Aube rouge des émeutes. Il gère le site OutreMonde, consacré à l’imaginaire sous sa forme écrite comme graphique, ainsi que la web-revue du site : Univers. Il est également le co-directeur, avec Elie Darco, du portail et fanzine Ananké, site du polar et de l’étrange. Il a fondé la maison d’édition Sombres Rets où il a fait paraître en 2008 L’Ange de Marseille, un polar marseillais. Il a également fait paraître Masques de femmes (Le Calepin Jaune éditions, 2009) un recueil de nouvelles co-écrit et co-illustré avec Elie Darco.

Références

Editions Sombres Rets, 2009, 279 p.

Liens et sources