Edgar Allan Poe & Benjamin Lacombe Les Contes macabres

Nouvelles fantastiques

Coup de cœur de La Lune Mauve

Contes macabres

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 4 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 54 votes, average: 5,00 out of 5 4 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Ce magnifique livre-album contient sept nouvelles d’Edgar Poe traduites par Charles Baudelaire : Bérénice, Le chat noir, L’Ile de la fée, Le cœur révélateur, La chute de la maison Usher, Le portrait ovale et Morella. Ces contes sont suivis d’Edgar Poe, sa vie, ses œuvres par Charles Baudelaire. Pour conclure ce beau volume, on trouve des biographies synthétiques et des bibliographies des deux auteurs et de l’illustrateur Benjamin Lacombe. Ses superbes dessins agrémentent le livre du début à la fin.

Ça commence comme ça

Le malheur est divers. La misère sur terre est multiforme. Dominant le vaste horizon comme l’arc-en-ciel, ses couleurs sont aussi variées, – aussi distinctes, et toutefois aussi intimement fondues. Dominant le vaste horizon comme l’arc-en-ciel ! Comment d’un exemple de beauté ai-je pu tirer un type de laideur ? Du signe d’alliance et de paix une similitude de la douleur ? Mais, comme, en éthique, le mal est la conséquence du bien, de même, dans la réalité, c’est de la joie qu’est né le chagrin ; soit que le souvenir du bonheur passé fasse l’angoisse d’aujourd’hui, soit que les agonies qui sont tirent leur origine des extases qui peuvent avoir été.
J’ai à raconter une histoire dont l’essence est pleine d’horreur. Je la supprimerais volontiers, si elle n’était pas une chronique de sensations plutôt que de faits.

– Bérénice –

Avis personnel

Ce livre est un tout ; un ensemble qui forme une unité parfaite. Une couverture d’abord, avec un design qui attire l’œil, irrémédiablement. Un magnifique dessin orne la couverture, entouré d’impressions en reliefs de la tête de Poe, de têtes de morts, d’un sourire, d’un squelette de chat. Un livre que l’on a envie de découvrir.

Lorsque l’on ouvre les pages, on découvre des dessins magnifiques, emprunts d’une douce mélancolie. Le choix des contes est adéquat ; il permet de former un ensemble d’une grande étrangeté où se mêlent folie, mort, obsession, et toujours, la beauté. Les dessins sont alors comme des miroirs ; ils offrent des fenêtres sur la beauté étrange des histoires de Poe.

A la suite des contes, on retrouve le texte hommage Edgar Poe, sa vie, ses œuvres de Charles Baudelaire. Hommage passionné, il nous offre ce regard de l’époque, celle où Poe fut dénigré par certains. Un hommage avec des mots qui sont parfois comme de la magie.

Un livre magnifique, tant pour le contenu que le contenant.

Le grain de sable

Les dessins du livre ont fait partis de l’exposition « Métamophose », consacrée à la très belle collection de l’éditeur Soleil Productions. Cette exposition a eu lieu à la galerie Artludik à Paris début 2010.

Gramophone

Weiland d’Empyrium, ou la musique tourmentée d’Elend.

Sur le mur

L’illustration du Chat noir de Benjamin Lacombe.

Dans la même veine

La Mandragore de Jean Lorrain (Éditions du Chat rouge, 2005) et Chat siamois de Guillaume Bianco illustré par Ciou (Soleil productions, 2009).

À propos d’Edgar Allan Poe et de Benjamin Lacombe

Edgar Poe est né à Boston en 1809. Orphelin à l’âge de deux ans, il est recueilli par la famille Allan (d’où lui vient son deuxième prénom). Après des études en Angleterre, il rejoint l’armée suite à une dispute avec sa famille adoptive. Il publie son premier recueil de poésie, Tamerlan et autres poèmes en 1827. Il quitte l’armée et s’installe en 1829 chez une tante dont il épouse la fille alors que celle-ci est âgée de quatorze ans. Il se consacre alors à sa carrière littéraire et travaille pour divers journaux. C’est en 1845 qu’il connaît son premier grand succès, avec son poème Le corbeau. Sa femme décède en 1847, ce dont il ne se remettra pas. Il meurt en 1849 d’une crise de delirium tremens.

Benjamin Lacombe naît en 1982, à Paris. Il n’est pas seulement illustrateur, mais aussi auteur, surtout dans le domaine jeunesse. On lui doit notamment Généalogie d’une sorcière, Les amants papillons et Cerise Griotte ; ce dernier a été nommé l’un des dix meilleurs livres jeunesse de l’année 2007 aux États-Unis par le Time Magazine. En effet, plusieurs de ses livres sont publiés à l’étranger, preuve d’un succès et d’un talent reconnu.

Références

  • Soleil Productions, collection Métamorphose, 2009, 186 pages.

Liens et sources