Francis Thievicz Miroir Noir et autres curiosités

Curiosité élégante et relevée

Couverture du « Miroir noir »

Note :
5/5
6 votes, average: 5,00 out of 56 votes, average: 5,00 out of 56 votes, average: 5,00 out of 56 votes, average: 5,00 out of 56 votes, average: 5,00 out of 5 (6 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

L’argument

Des fantaisies incongrues d’Henry, narrateur collectionneur de crânes en tous genres, et de son ami Mycroft, trublion malicieux et déjanté, va naître un club pour le moins singulier dont les treize nouvelles du Miroir Noir et autres curiosités nous délivrent les aventures. Un groupe composé de gentlemen et d’une lady excentrique se réunit chaque jeudi soir dans une taverne pour présenter des curiosités toutes plus époustouflantes les unes que les autres. Nous voyons défiler sur fond d’uchronie des cortèges de monstruosités physiques ou morales, et de situations burlesques. Un homme poisson arraché à sa miteuse cage de foire, un miroir qui déforme le temps et les évènements ou encore un monstrueux hôte terrorisant un vieillard dans un grenier, autant d’épisodes dans lesquels le lecteur se trouve plongé au rythme de l’humour grinçant des protagonistes.

Ça commence comme ça

Club Hydrocéphale
« Des années te dis-je, impossible de mettre la main sur un crâne hydrocéphale. Certes mon crâne de nouveau-né, le microcéphale et celui que ton ami de l’université m’a donnés sont parfaits, mais il leur manquera toujours un compagnon hydrocéphale !
– Combien de fois rabâcheras-tu ce souhait? Es-tu seulement sûr de bien vouloir un autre crâne ? N’as-tu pas peur de sombrer dans la démence à ainsi t’entourer de symboles de la vanité?
– Serais-tu en train de te moquer de moi, Mycroft ? Tu loues la démence et fustiges incessamment la normalité d’esprit.
Et pour seule réponse je reçus un sourire en coin et une invitation tacite à le suivre.

Avis personnel

Avis aux amateurs de curiosité et d’humour décalé ! Il y avait très, très longtemps qu’une lecture ne m’avait pas autant régalée. Francis Thievicz réussit là un coup de maître : lier un propos passionnant et bigarré à un puissant suspense, le tout arrosé d’une perpétuelle pointe d’humour. Ce livre est d’une élégance rare. Élégance des membres du club tout d’abord, amateurs de bizarreries dont l’intelligence n’a d’égal que leur impertinence. Les pauvres hères qui exhibent leurs particularités lors des réunions du jeudi soir ou lors de virées aventureuses font l’objet de l’intérêt tout à fait irrévérencieux de ces extravagantes personnalités.
Quant aux curiosités exposées, nombreuses et vraiment insolites, elles sont l’odieux mais délicieux forfait de l’imagination débordante et subtile de Thievicz, qui laisse le lecteur médusé en proie à la stupéfaction et au rire.
Élégance des décors et de l’écriture ensuite, tous deux tissant une atmosphère quelque peu steampunk qui plaira aux férus du genre. Élégance de l’humour enfin qui, discret et malicieux, accentue la touche d’originalité de cet ouvrage à ne pas ignorer.
Pour ne rien gâcher à ce désuet bijou, l’esthétique du livre et en particulier sa couverture offrent une première plongée dans cet univers feutré fleurant bon le tabac et les étranges mixtures concoctées dans la taverne.

Gramophone

Victorienne et envoûtante, la bande originale de la série télévisée Sherlock Holmes avec Jeremy Brett, par Patrick Gowers, accompagne volontiers la lecture du Miroir Noir.

Sur le mur

Sans hésitation, l’univers élégant et inquiétant de Tiffanie Uldry alias Mélusine, qui a réalisé la charmante couverture de ce recueil, sied parfaitement à son propos désuet et déjanté.

Dans la même veine

Le Coin des fous de Jean Richepin, nouvelles fantastiques étranges et un brin moralistes, se rapprochent assez du Miroir Noir.

Grain de sable

Le Club de Curiosités n’a pas fini de nous faire frémir … de très nombreuses nouvelles aventures sont à suivre !

A propos de Francis Thievicz

On ne connaît absolument rien de Francis Thievicz … sinon qu’il serait « pied-bot et cul-de-jatte ». Tout un programme !

Références

Éditions de l’Antre, novembre 2010, 112 pages.

Liens et sources

La page myspace de Francis Thievicz

Le travail de Melusine vaut vraiment le coup d’oeil

Les éditions de l’Antre qui ont déniché cette curiosité littéraire