Laurence Caruana Première Ébauche du Manifeste de l'Art Visionnaire

Manifeste artistique fantastique

Le Premier Manifeste de l'Art visionnaire

Note :
4/5
Note des Lunemauviens : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 0 vote(s). Moyenne : 0,00 sur 5.
Loading...

Argument

Il existe bel et bien ce territoire obscur où se sont aventurés maints artistes, que l’on nomme leur pratique « art visionnaire », « néo surréalisme », « réalisme magique », « art onirique », « art fantastique », « réalisme fantastique » ou bien « art marginaire ».

Ça commence comme ça

Première partie : Qu’est-ce que l’art visionnaire ?

Entrer à travers l’image

Tandis que les Surréalistes ont essayés d’élever le rêve à la réalité (et se sont opposés à l’utilisation des narcotiques), les artistes visionnaires utilisent tous les moyens à leur disposition – s’exposant même à de grands risques- pour accéder à différents états de conscience et extérioriser la vision résultante. L’Art Visionnaire tente de montrer ce qui gît au-delà des portes de notre perception. A travers les rêves, la transe, ou d’autres états seconds, l’artiste tente de percevoir l’imperceptible – atteignant un état visionnaire qui transcende nos modes réguliers de voir. La tâche qui l’attends, par la suite, est de communiquer sa vision sous une forme reconnaissable de ‘perception quotidienne’.

Avis personnel

Quelques personnages tentent de mettre le doigt sur  l’essence de ce mouvement pictural qu’est l’art visionnaire. Dispersé, divers, multiple, il est plus une galaxie multiforme en perpétuelle révolution qu’un mouvement assumé à l’égal du mouvement DADA par exemple. Pas de pape, ni  de chef de file, ni d’école mais un étonnant réseau de points d’achoppement, une toile qui fait dire à l’amateur étonné que, oui,  ce gens là ont bien foulé les mêmes chemins, bu aux mêmes coupes, eu les mêmes visions. Laurence Caruana tente, très honnêtement et humblement, de tirer à nous ce fil rouge de l’émerveillement visionnaire:

« Qu’est-ce que l’art visionnaire ?  Me demandait un ami lors d’une longue conversation nocturne à la librairie canadienne de Paris, Abbey Bookshop[…] C’est alors que j’ai réalisé que même si j’avais peint des œuvres visionnaires toute ma vie, je ne pouvais pas expliquer facilement ce que je faisais. »

Point par point, l’auteur expose les piliers fondamentaux de cette galaxie habitée :

  • Un art de la vision, intrinsèquement dépendant de ces perceptions étranges que l’artiste se persuade de vivre, ou vit littéralement.
  • Un art témoin et passeur, capable de vous transporter ailleurs, de vous faire voir l’invisible, entendre l’inaudible, goûter l’insondable et de faire de l’artiste visionnaire une sorte de shaman ou de sorcier, intermédiaire entre le spectateur et un monde au-delà de nos perceptions communes.

De la généalogie assumée du mouvement visionnaire à ses techniques, en passant par ses expérimentations, l’auteur vous ouvre les yeux sur cette mouvance singulière, dont les membres, dilettantes ou affirmés, transfigurent le monde tel que nous pensons le voir.
Des sortes de mages qui peignent comme je voudrais écrire.
Des voyants dispersés entre ombre et lumière.
Des sorciers littéralement.

Le grain de sable

L’ouvrage a le mérite de faire passer/dépasser des références religieuses (visions, mysticisme) pour les transcender en un matériel neutre assimilable par le sceptique et par l’athée.
Aussi rationnel que vous puissiez l’être, le manifeste est évident à qui pratique toute forme d’art, un texte clairvoyant dans sa connivence avec l’artiste.

Gramophone

Tout son, bruit, musique, dysharmonie, perceptions sonores sont à retenir si ils vous permettent d’ouvrir votre imagination et de divaguer. Le choix est vaste comme la perspective visionnaire est ouverte. La vision est un processus intérieur, non extérieur.
Pour le plaisir, je dirais  cependant : Louisa John Krol et Oophoi, I hear the water dreaming.

Ou  bien, pour de plus obscures voyages , la bande son du site du peintre visionnaire Z Beksinsnki, composée par Zbigniew Preisner.

Sur le mur

Deux tableaux illustrant le manifeste, deux tableaux hérauts des deux principaux courants de l’art visionnaire entre obscurité et lumière :
Dans les ombres tout d’abord H R Giger et son Incantation.

H R Giger L'incantation

Dans la lumière, The transfiguration of the resurrected,  d’Ernst Fuchs.

E Fuchs Transfiguration of the resurrected

L’art visionnaire explore la demeure cachée des fondations au grenier.

Dans la même veine

Il existe sans doute peu de théoriciens de l’art visionnaire à ce jour. Les deux noms que j’ai pu relevé sont ceux de Laurence Caruana et de Jon Beinart, artiste peintre et plasticien australien, qui s’efforce, dans une optique légèrement différente et moins mystique de faire la promotion de ce mouvement pictural au travers de son association’ Beinart International Surreal Art Collective’. Vous trouverez donc un os à ronger dans la préface, en anglais, d’une beau livre dont il est l’instigateur, Metamorphosis, sorte de port-folio des principaux artistes visionnaires du moment. Des précisions, et réflexions, vous attendent également sur son forum’ Beinart International Surreal Art Forum’.
Laurence Caruana enfin ne cesse d’approfondir sa réflexion dans sa revue en ligneThe Visionnary Revue’, notamment dans un article consacré au mouvement visionnaire français qui offre un bon complément au texte du manifeste.

A propos de Laurence Caruana

Laurence Caruana, peintre canadien d’origine maltaise qui fut l’assistant du peintre visionnaire Ernst Fuchs, est un des principaux théoriciens et publicistes de la peinture visionnaire à laquelle il fait référence et révérence dans le présent manifeste, et dans d’autres ouvrages comme « Entrer à travers l’image : l’ancien langage d’images dans les mythes, l’art et les rêves » et sa revue en ligne « The Visionary Revue ».
Il vit actuellement à Paris. Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur sa page Wikipédia ou sur son site et , le cas échéant , le contacter pour obtenir un exemplaire du manifeste.

Références de l’ouvrage

Première ébauche du Manifeste de l’Art Visionnaire
Laurence Caruana
Traduit de l’anglais par Florence Ménard
Première édition 2001 Editions du Reclus
2004 pour la présente édition en français, limitée à 200 copies signées et numérotées par l’auteur.
65 pages, 21 illustrations en noir et blanc.

Ouvrage disponible, en anglais et en français, sur le site de l’auteur (10 euros).

Liens et sources

Sur l’art visionnaire

Sur les artistes visionnaires

Quelques artistes visionnaires cités dans le manifeste, pour le plaisir des yeux et de tous les sens :