Régis Boyer Héros et dieux du Nord : guide iconographique

Guide iconographique

dieux-et-heros-du-nord

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 0 vote(s). Moyenne : 0,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Ce guide fait office de dictionnaire complet accompagné de photographies, de tableaux et d‘illustrations. On y retrouve les personnages, objets et animaux de la mythologie nordique.

Ça commence comme ça

Ce livre s’inscrit dans une série dont la pertinence n’appelle pas de démonstration : il est bon, lorsque cela est possible, de mettre derrière les dieux, les héros, les mythes des religions antiques des textes et des images qui à la fois vérifient nos connaissances, infirment si nécessaire légendes ou déformations, et témoignent de l’évolution des mentalités.

Avis personnel

Portant moi-même un grand intérêt à la mythologie nordique, ce guide est pour moi ce qu’il y a de mieux dans le genre. L’auteur, d’une part, fait figure de référence sur le sujet (voir plus bas à propos de l’auteur) ; le contenu des fiches, d’autre part, offre quelque chose de complet. On y trouve une éventuelle traduction des termes, une description, des sources pour aller plus loin, une bibliographie et des renvois à l’intérieur du guide. Ayant une vocation artistique, le guide propose aussi pour chaque terme les diverses représentations de ce dernier au sein de l’art.

La qualité de l’écriture est aussi grandement appréciée. Les informations sont accessibles à tous et expliquées de façon très claire et vivante, sans pour autant perdre en détails. L’auteur remet toujours les faits dans leur contexte et n’oublie pas de démystifier certaines idées préconçues que tout lecteur du XXIème siècle peut avoir.

Enfin, de nombreuses images ponctuent les pages de ce guide. Des tableaux de la période romantique, aux pierres gravées datant du VIIIème siècle, la richesse et l’éclectisme des œuvres offrent une large vision des représentations de la mythologie nordique au fil du temps. Par exemple, on peut remarquer la vision idéalisée du 19ème siècle des mythes nordiques, comme des vikings.

Le grain de sable

Dans l’introduction, toujours dans un but de démystification, l’auteur se permet une digression sur Richard Wagner pour rappeler que ce dernier n’offre qu’une vision personnelle de la mythologie nordique qui n’est en rien une « réalité historique » (p.7-8).

Gramophone

Les titres « Sigmundskvadet » et « Frøyas Smykke » d’Enslaved.

Sur le mur

Odin chevauchant Sleipnir

Odin chevauchant Sleipnir, son cheval à huit pattes, et se rendant à la Valhöll (ou Walhalla). Détail de la pierre de Tjängvide au Gotland (VIIIème-IXème siècle)

Dans la même veine

Du même auteur, je conseille la lecture d’Yggdrasil : la religion des anciens scandinaves (Payot, 2007). Certes moins abordable que ce guide, il n’en est pas moins d’une très grande richesse en reprenant l’histoire de cette religion de l’âge de pierre jusqu’à l’arrivée du christianisme.

A propos de Régis Boyer

Né en 1932, Régis Boyer fait figure de référence dans l’étude du monde scandinave. Il fut d’abord agrégé en philosophie et en lettres avant de partir pour la guerre d’Algérie. A son retour, il part enseigner à l’étranger. C’est en Pologne qu’il découvre une saga, celle d’Erik Le Rouge. De là est née sa passion pour le monde scandinave. De 1970 à 2001, Régis Boyer est professeur de langues, littératures et civilisations scandinaves à la Sorbonne. Il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages sur le sujet. Parmi eux, on compte le livre de référence Les Vikings (Perrin, 2002).

Après avoir créé un institut de langue scandinave, il se met à la traduction. En littérature médiévale, on lui doit les traductions d’un grand nombre de saga, dont l’Edda poétique. Mais il a aussi traduit des textes contemporains comme l’œuvre de H.C. Andersen ou d’Henrik Ibsen.

Régis Boyer est aussi connu pour vouloir démystifier les représentations  « non réelles » du monde nordique, notamment des Vikings. Pour le citer : « Mon travail de scandinaviste est bipolaire. Je dois vulgariser mon enseignement et faire un travail de démystification, car le français moyen véhicule des idées fixes et fausses. Ce travail a démarré il y a plus d’un demi-siècle, mais il faudra encore beaucoup de temps » (source n°1 ci-dessous).

Régis-Boyer

Photo : Canal académie

Références

  • Flammarion, 1997, collection « Tout l’art. Encyclopédie », 185 pages

Liens et sources