Christophe Lartas Saturne

Court roman affamé

Couverture de « Saturne » de Christophe Lartas

Note :
4/5
Note des Lunemauviens : 2 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 5 2 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Saturne est un être marginal et extrême. Il souhaite voir l’humanité disparaître de la surface de la Terre et pour ce faire, il dévore tous les humains qu’il croise sur son passage. L’histoire de ce qu’il considère comme son labeur est racontée à travers le livre.

Ça commence comme ça…

« C’est une nuit d’un violet lipide; après avoir sommeillé Saturne a repris son chemin. Toutefois il fait assez souvent halte, et, comme répondant à un impérieux rappel, lève les yeux au ciel, contemplant, émerveillé et un peu suffoqué, les étoiles scintillant par myriades. »

Avis personnel

Saturne est un récit qui surprend le lecteur, et que les âmes sensibles devront s’abstenir de lire. Le personnage est selon moi comparable à un Sisyphe téméraire et solitaire, qui s’est fixé un but a priori inatteignable : être seul au monde. Le livre renferme un mélange détonnant de laideur et de beauté, de cruauté et de douceur. En effet, Saturne un monstre. Pourtant, les mots employés pour décrire ce qui lui traverse l’esprit et ses motivations sont très purs, et on peut le voir comme un individu blessé et éprouver de l’empathie.

Le registre est tour à tour très cru et poétique. Le livre n’a probablement aucune finalité philosophique, mais il tend pourtant à nous faire réfléchir. C’est justement cette absence de commentaire, ce choix permanent de la description, qui plonge le lecteur dans l’embarras et qui l’oblige à prendre part pour Saturne ou pour l’espèce menacée par son ventre et sa haine insatiables. Ce que j’apprécie beaucoup c’est l’effacement de l’auteur, cette narration nue des faits.

Je trouve très réussi ce livre si bien écrit, si étrange dans son propos comme dans son écriture.

Le grain de sable

Dans la mythologie romaine, Saturne obtient de son frère aîné Titan la faveur de régner sur la Terre à condition que sa descendance disparaisse. C’est ainsi qu’il dévora chacun de ses fils, afin que les enfants de Titan soient assurés de régner à leur tour.

Gramophone

Je pense que la musique du groupe Marduk siérait à merveille à ce livre, en raison de son agressivité et de son imagerie liée à la guerre au sens vaste du terme.

Sur le mur

La représentation de Saturne par Rubens, Saturne dévorant l’un de ses fils, est superbe et très parlante, violente et belle à la fois.
240px-rubens_saturn

Dans la même veine…

Les chants de Maldoror (Garnier Flammarion, 1999) de Lautréamont mettent en exergue un personnage central très semblable à Saturne. Maldoror est un être farouche, solitaire qui a pour principale distraction celle de faire le mal autour de lui. Les deux ouvrages ont une tonalité fantastique et poétique. Je pense que les amateurs de la folie de Lautréamont ne manqueront pas d’apprécier Saturne.

A propos de Christophe Lartas

Christophe Lartas est un auteur français contemporain. Il a publié plusieurs recueils de textes et de poésies parmi lesquels des Gens de Néant ou Howard Phillips Lovecraft, bloc d’éternité. Ses auteurs de prédilection sont entre autres Lovecraft, Kafka, Baudelaire ou Cioran, ce qui transparaît dans ses écrits.

Références

La Clef d’argent, Collection Nokhthys, 2007, 77 pages.

Liens

Page du site des éditions La Clef d’argent consacrée à Christophe Lartas.