Franck Ferric La Loi du désert

Anticipation

la-loi-du-desert

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 3 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 5 3 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Après des siècles de guerre, le monde fragile des Cités-Etats tente de survivre dans le désert qui recouvre peu à peu le monde. Mathian, soldat de la République de Salina, déserte l’armée pour partir à la recherche de son frère Raul, condamné à l’exil dans le no man’s land, ce qui revient à une mort lente dans le désert… Deux parcours difficiles plein de mystères et de rencontres inattendues.

Ça commence comme ça

Caporal Mathian DeSalvo
8ème compagnie d’infanterie civile de Salina Cruz
Le vingtième jour de juin
Quelque part entre El Ventoro et Cuartel del Norte

Raul, mon frère,
Je profite d’un transit vers le nord-ouest pour t’écrire cette lettre. J’espère qu’elle te parviendra vite et qu’elle te trouvera en bonne santé.
Malgré la fatigue et la lassitude, je vais bien. La compagnie a passé ces deux dernières semaines à arpenter les alentours d’El Ventoro afin de s’assurer qu’aucun blafard n’y traînait encore et, hormis quelques groupes épars qui tentaient de récupérer ce qu’ils pouvaient dans les ruines du pueblo, nous n’avons rencontré aucune résistance sérieuse.

Avis personnel

Ce roman fut un excellent moment de lecture !

D’abord, par la qualité indéniable du récit : tout s’enchaîne avec force et on ne décroche pas un instant. Les scènes vécues par Mathian puis par Raul, les deux frères, sont alternées, ce qui dynamise la lecture. Les actions se suivent sans nous laisser le temps de songer à refermer le livre.

Dans ce monde rude et sans pitié perce une certaine magie. Et c’est là, pour moi, ce qui a rendu cette lecture si précieuse. La cité légendaire du désert et sa lanterne rouge, sorte de lieu mythique ; les blafards, les terribles blafards… Sont-ils si terribles ? Ou seulement différents ? La rencontre que fait Raul avec l’une d’entre eux nous permet d’en apprendre un peu plus… Ils m’ont beaucoup fait penser aux Fay de Léa Silhol (une des influences de l’auteur) dans Musiques de la Frontière… Par leur nom d’abord (Riot et Jail) ; puis par leur apparence physique : « ses cheveux blancs longs et parsemés de fines tresses mêlées à des morceaux de métal » ; et par leur mystère…

D’autres éléments fabuleux invoque la magie dans le récit : les terribles traques-songes, sortes de blafards très anciens, ou encore les cavernes mystérieuses sous le désert et leurs lacs dont il ne faut surtout pas regarder l’eau…

Mais la magie créée est aussi celle des liens qui lient les personnages : Mathian et Blaine ; puis l’équipe du Pantéleimon, ce zeppelin qui arrive, presque comme par magie, au milieu du désert (il orne la couverture), à deux pas du no man’s land, puis Gidéon… Des liens précieux que l’on ne s’attendrait pas à trouver dans ce monde, et pourtant… L’auteur a su donner une vraie dimension à ses personnages, impliquant le lecteur avec force dans leur parcours et leurs liens.

Franck Ferric a su créer de la magie dans un monde où cela semble impossible. Telle est la force de ce roman. Un récit poignant qui donne à rêver. On regrette alors que la fin approche et que l’on doive refermer ces pages parsemées de sable… et de quelques grains de magie.

Le grain de sable

Il n’y aura pas, à priori, de suite directe à ce roman. Mais on peut trouver au moins une nouvelle sur cet univers : No man’s land (dans le recueil Marches nocturnes). Et, heureusement, d’autres récits sur les blafards sont à prévoir…

Gramophone

Pour citer Franck Ferric dans son interview par ActuSF : « La Loi du désert a été écrite sur pas mal de morceaux de blues (Mississipi John Hurt, Leadbelly, Joplin…) ».

Dans la même veine

Musiques de la Frontière de Léa Silhol pour des raisons que j’ai citées plus haut.

À propos de Franck Ferric

franck-ferricNé en 1979, Franck Ferric a écrit de nombreuses nouvelles parues dans diverses revues et anthologies. Il a aussi publié un autre roman, Les Tangences divines (fantasy urbaine), aux Éditions du Riez en 2011. La Loi du désert a été finaliste du Prix Futuriales 2010 et du Prix Rosny Aîné 2010.

Références

  • Editions du Riez, collection Brumes étranges, 2009, 292 pages
  • Disponible en format numérique
  • Couverture de Bastien Lecouffe Deharme

Liens et sources