Gilles Bizien Enfants pour l’enfer

Fantastique grand-guignol

Bizien, Enfants pour l'enfer, couverture

Note :
2/5
Note des Lunemauviens : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 0 vote(s). Moyenne : 0,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Dans un orphelinat cubain, les enfants disparaissent, sans que personne ne semble s’en alarmer. Le Père Gomez décide de les retrouver : son enquête lui fera croiser la route de Génius Nedler, un assassin démoniaque, instrument du plan malsain d’un vieillard richissime pour acquérir l’immortalité.

Ça commence comme ça

La barque glissait doucement dans la nuit, déchirant le mince voile de moiteur cubaine. Dans ce silence opaque, l’embarcation s’approchait de la plage en fendant l’onde et en produisant le son quasi imperceptible d’un glissement suave et doux. Les rames, tenues à la verticale sur le fond du bateau, ressemblaient à des troncs qui auraient poussé sur la mer. Pour plus de discrétion, le moteur hors-bord avait été relevé, et l’hélice de métal ne trempait plus dans l’eau.

Avis personnel

Enfants pour l’enfer est un court roman fantastique. Découpée en 13 chapitres, l’histoire nous mène de Cuba à la Floride, sur les pas de l’assassin démoniaque Génius Nedler et du Père Gomez parti à la recherche d’orphelins disparus. Si l’intrigue n’a rien de révolutionnaire, le roman a pour originalité de se dérouler à Cuba, dans le contexte socio-économique et politique particulier que l’on connaît, où la disparition d’enfants sans toit ni famille n’émeut guère. Une réalité cruelle est ici abordée : l’exploitation des populations pauvres, dans leur chair même, par les riches, qu’ils soient cubains ou non.

Cependant, l’attrait du roman s’arrête là. Les descriptions sont lourdes, les péripéties s’enchaînent sans surprise ni transition. De cadavres en scènes de poursuite, en passant par des dialogues vides, la narration tire à fond sur les ficelles de l’horreur et du fantastique grand-guignolesques.

Le livre conviendra par conséquent davantage à de jeunes lecteurs, en période de découverte des genres policier et fantastique.

Le grain de sable

La couverture a été réalisée par Gilles Bizien lui-même, sur choix d’image par les Éditions PopFiction.

Sur le mur

Robinet Testard, « Saturne mangeant ses enfants », vers 1496, illustration pour les Échecs amoureux d’Evrard de Conty.

A propos de Gilles Bizien

Portrait de Gilles Bizien

 

Gilles Bizien est né le 27 octobre 1970 à Harfleur en Seine-Maritime. Il a fait les Beaux Arts et les Arts graphiques. Poète et écrivain, il est spécialisé dans l’imaginaire ; il a déjà publié deux recueils de poésie, Jardin de brume et Si la peur (2009), plusieurs nouvelles, ainsi que deux autres romans, Les yeux de jade (2009) et Spectres et autres noirceurs (2010). Il est membre de l’Association des Écrivains bretons.

Références

Éditions PopFiction (Canada), coll. « Balle d’argent », 2009, 104 pages.

Liens et sources