H. P. Lovecraft L'Affaire Charles Dexter Ward

Novella fantastique

Couverture de « L'Affaire Charles Dexter Ward »

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 3 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 5 3 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

Argument

Un homme s’échappe d’un asile d’aliénés : le respectable Charles Dexter Ward, brillant jeune sujet de la meilleure société, tombé dans les affres de la folie après avoir frayé avec les forces occultes d’une très ancienne sorcellerie.

Comme pour chaque histoire de Lovecraft, nous, lecteur, connaissons l’argument et la ligne du récit depuis le début, pour mieux l’éplucher, à loisir, comme un oignon, vers la très et trop inquiétante étrangeté.

Vous aurez trouvé de vieux papiers au fond d’une malle, et peu à peu, au fil de votre lecture, vous comprendrez, l’indicible.

Genre littéraire

Une novella fantastique, aux allures d’histoire vécue, à l’aboutissement formel et symptomatique du conte d’horreur matérialiste lovecraftien.

Ça commence comme ça

I Résultat et prologue

1

Un personnage des plus étrange a récemment disparu d’un asile d’aliénés privé près de Providence, Rhode Island. Il s’appelait Charles Dexter Ward, et avait été interné fort à contrecoeur par un père accablé de chagrin qui avait vu son abberation passer de la simple excentricité à une noire folie alliant à la fois la possibilité de tendances meurtières et une profonde et singulière modification du contenu apparent de son esprit. Les médecins s’avouent complètement déconcertés par son cas car il présentait des bizarerries affectant l’ensemble de la physiologie aussi bien que la psychlogie.

Avis  personnel

Miroir, mon miroir me chuchote amicalement que cette histoire tient de l’aboutissement, le summum très équilibré du conte matérialiste d’épouvante lovecraftien. Tout y est, tous ces éclats de sa vaste et froide constellation : la sous jacence du mythe de Cthulhu, le héros typique, un gentlement WASP sensé et de bonne famille, la brutale entrée en force dans le récit, l’inversion de la chronologie. Du Howard pur jus, et bien plus que vous ne le pensez. Plus qu’une impression tenace, vous avez vite la certitude que l’auteur s’est investi dans son roman jusqu’à se fondre, presque, avec la vie, les rêves, les espérances et les tragédies de son héros. Lovecraft est Charles Dexter Ward, mettant en scène sa propre déchéance, celle d’une pensée réactionnaire dont il sait , à présent, qu’elle ne peut que le mener à sa ruine.

Et plus encore, si la petite vie d’Howard ne vous intéresse pas plus que cela, c’est l’histoire, d’elle même qui vous tirera par la manche, comme un spectre, malgré…malgré tout. Howard écrit mal, parait-il, adepte d’un très sec style johnsonnien. Il ne parvient pas à vous effrayez, ni à rendre crédible son dégoulinant bestiaire d’outre espace ? En êtes-vous sûr? Pourquoi alors relire pour la dixième fois, presque en récitant religieusement les premières lignes du texte, l’affaire Charles Dexter Ward ? Admettez, vous doutez. Vous avez malgré tout, méchant lecteur, l’impression de lire de poussiéreux papiers tirés d’un antique grenier. Cela fait plus « vrai » qu’il n’y paraît. Vous aimeriez bien y croire. Vous relisez, attentifs. Vous en rêveriez, n’est-ce pas, de ces manuscrits et du portrait de Curwen trouvé dans l’antique maison d’Olney Court. Vous l’accrocheriez bien à vos murs.

Le pouvoir de cette histoire tient à ces mauvaises habitudes qu’elle vous fera prendre, lorsque l’oeil torve et l’index tremblant, vous y penserez, constamment, en feuilletant quelques vieilles lettres chez vous, dans une brocante, aux puces. Vos aurez malgré tout l’amer désir de les trouver – si cela pouvait être vrai! –  et vous n’aurez pas retenu la leçon.

Howard est un forgeur d’artefacts. Tout réside dans ce « malgré tout » qui ne lâchera plus.

Le grain de sable

Une petite incohérence du récit, un détail négligé qui se développe comme malgré lui comme du chiendent : l’identité d’un mystérieux personnage n’ayant pour nom qu’un numéro de jarre : materia n°118.

Qui est le numéro 118?

Gramophone

Un vieux 33 tour, un peu grippé, peu importe, en sourdine. Une comptine pour enfant, juste assez naïve pour être inquiétante.

Sur le mur

Le portrait de Joseph Curwen. Des gravures tirées de vieux grimoires d’anatomie ou de sorcellerie. De vieilles  cartes postale de Providence. Des photos d’anonymes,écornées, du début du vingtième siècle. Votre propre portrait.

Dans la même veine

Une autre nouvelle de Lovecraft, Le monstre sur le seuil, une thématique similaire, moins délicate. La nouvelle existe en lecture audio ( Site des Xénobiohiles, lecture par Jacques Dufilho)

A propos d’Howard Phillips Lovecraft

Howard Phillips Lovecraft

Howard Philipps Lovecraft, représentant mâle commun de la bourgeoisie WASP déclinante de Providence, état du Rode Island, Etats Unis d’Amérique , dans la première moitié du vingtième siècle.

Contradictoire spécimen de salaud ordinaire, raciste et antisémite, peu à peu transformé par la grâce d’une écriture pratiquée en parfait amateur, en cette figure mythique du mage de Providence, ami fidèle et dévoué de ses chers R. Howard, S. Loveman, R. Bloch et A. Derleth, créateur du mythe de Cthulhu et formidable forgeur d’artefacts.

Le plus grand écrivain fantastique américain depuis Poe, selon Francis Lacassin.

Celui qui, malgré tout, vous fera prendre des vessies pour des lanternes.

Références

L’affaire Charles Dexter Ward,The case of Charles Dexter Ward,  Howard Phillips Lovecraft, in Lovecraft Oeuvres complètes, Tome 1, Robert Laffont éditeur, Collection Bouquins, 1174 pages, pages 122 à 226, 1927.

Liens et sources

Livres

Je ne peux que vous recommander l’édition des Oeuvres de Lovecraft en trois volumes chez Robert Laffont, collection Bouquins. Du nécessaire et du solide pour mieux connaître l’oiseau, son nid et son univers : ses nouvelles, ses poèmes, ses textes théoriques, les nouvelles de ses amis inspirées de son univers, des témoignages aussi.

L’Herne a consacré un de ses cahiers au mage de Providence. Un colloque de Cerisy sur Lovecraft a également été publié.

H. P. Lovecraft, de François Truchaud,L’Herne,Les Cahiers de l’Herne, 1984,383 pages.
H.P Lovecraft : fantastique, mythe et modernité : Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, août 1995,Dervy (11 février 2002),Cahiers de l’hermétisme,464 pages.

Les éditions de la Clef d’argent vous propose de multiples textes lovecraftiens (revues, essais, textes de ses amis).

Sur la toile

L’oeuvre d’HPL , en anglais, sur the HP Lovecraft archive.

Le site de ST Joshi, le spécialiste de Lovecraft.