Sire Cédric De fièvre et de sang

Thriller gothique et fantastique

Couverture de « De fièvre et de sang », de Sire Cédric

Note :
4/5
Note des Lunemauviens : 2 votes, average: 4,00 out of 52 votes, average: 4,00 out of 52 votes, average: 4,00 out of 52 votes, average: 4,00 out of 52 votes, average: 4,00 out of 5 2 vote(s). Moyenne : 4,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Le commandant Vauvert et Eva Svärta, profileuse, enquêtent sur des meurtres horribles où les victimes sont retrouvées écorchées et le visage arraché. Mais derrière ces meurtres se cache quelque chose d’ancien qui dépasse l’entendement.

Ça commence comme ça

La fille s’appelait Éloïse Lombard, elle avait seize ans, et à présent elle savait qu’elle allait mourir. Il était évident que ses ravisseurs comptaient la tuer.
Quand ils l’avaient traînée de force ici, sans qu’elle ne puisse rien faire pour se défendre, quand ils lui avaient arraché ses vêtements un par un, jusqu’à ce qu’elle soit entièrement nue, et qu’ils l’avaient attachée à des sangles, solidement serrées autour de ses poignets et de ses chevilles, sur un matelas poisseux, elle avait encore cru qu’ils ne voulaient que la violer – et cette pensée était déjà insupportable -, mais au fond d’elle, là où l’âme ne ment pas, elle le savait. Ses tripes le savait. Ce qu’ils allaient lui faire quand ils reviendraient serait bien pire qu’un viol.

Avis personnel

Ce roman est d’une efficacité redoutable. D’abord au niveau du suspens : les actions s’enchaînent sans laisser le temps à notre esprit de vouloir refermer le livre. On passe rapidement d‘une scène à l‘autre, ce qui joue aussi à maintenir le lecteur en haleine. Ensuite, Sire Cédric a su parfaitement faire entrer le lecteur dans la psychologie des personnages, les rendant vraiment intéressants et travaillés.

Le roman va au-delà du policier et embrasse le genre fantastique assez rapidement, le tout dans un cadre gothique et occulte à souhait. On côtoie notamment le groupe Moonspell dans une boîte gothique parisienne (p. 174). Loups, miroirs, rituels étranges et sanglants, tels sont les éléments récurrents qui posent un décor sombre et propice aux scènes décrites. Même s’ils amènent un côté cliché à l’ensemble, on entre facilement dans l’ambiance sans en ressortir.

Au-delà d’être un roman bien ficelé et efficace, le livre propose un autre aspect intéressant qui est l’abord de la thématique rites et cultures anciennes. Ici, Sire Cédric met en lumière le personnage d’Erszébet Bathory et le peuple des Daces et leurs rites. Même si ces aspects sont abordés assez rapidement, ils apportent un plus au roman.

Le grain de sable

L’action débute dans les Midi-Pyrénées, région où a grandit et où vit Sire Cédric.

Gramophone

Puritanical Euphoric Misanthropia de Dimmu Borgir.

Sur le mur

Un miroir.

Dans la même veine

L’anthologie Emblèmes n°12 « Polar » des Éditions de l’Oxymore, justement présentée par Sire Cédric.

Le récit romancé La contesse sanglante de Valentine Penrose aux éditions Gallimard, traitant de la vie la comtesse Bathory.

A propos de Sire Cédric

Né en 1974, Sire Cédric a fait des études d’anglais et a voyagé aux Etats-Unis. Il a ensuite évolué dans le milieu de l’édition et du journalisme. Il a notamment signé quelques chroniques dans le bimensuel Elegy. Parmi ses parutions, on retrouve L’Enfant des cimetières, Angemort ou encore Dreamworld (réédités chez Le Pré aux Clercs).

Outre sa carrière dans le monde de l’écriture, il officie comme vocaliste dans le groupe de death metal Angelizer. On le retrouve également sur la couverture de l’édition limitée de La sève et le givre de Léa Silhol aux éditions de l’Oxymore.

Références

  • Le Pré aux Clercs, 2010, 446 pages.

Liens et sources