Vikas Swarup Meurtre dans un jardin indien

Cluedo exotique

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 0 vote(s). Moyenne : 0,00 sur 5.
Loading...

L’argument

Lorsqu’il envoie les invitations pour sa garden-party, prévue pour fêter son énième acquittement, Vicky Rai ignore qu’à cette occasion il sera assassiner par l’un de ses convives. Six suspects parmi lesquels un bureaucrate habité par l’esprit de Gandhi, une starlette bollywoodienne s’intéressant à la philosophie, ou encore un touriste américain venu chercher sa fiancée par correspondance. Leurs itinéraires se croisent au cœur de l’Inde jusqu’à se rapprocher dangereusement de la future victime, empruntant les voies de l’absurde ou du romanesque.

Ça commence comme ça

Toutes les morts ne sont pas égales. Il existe un système de caste même dans le meurtre. Le conducteur de pousse-pousse indigent qu’on poignarde est une simple statistique, reléguée dans les pages intérieurs d’un journal. Mais le meurtre d’une célébrité se trouve instantanément propulsé à la une. Parce qu’on se fait rarement assassiner quand on est riche et célèbre. Ces gens-là mènent une existence cinq étoiles et, à moins d’une overdose de cocaïne ou d’un accident, meurent généralement d’une mort cinq étoile à un âge respectable, après avoir apporté leur contribution à la fois à la lignée et à la fortune.

C’est pourquoi le meurtre de Vivek – dit Vicky – Rai, trente-deux ans, propriétaire du Groupe des Industries Rai et fils du ministre de l’Intérieur de l’Uttar Pradesh, domine depuis deux jours les gros titres de l’actualité.

Avis personnel

Voilà un polar haut en couleur! Dans le ton comme dans la forme, Vikas Swarup réussit un exercice de style fascinant. Roman à plusieurs voix, l’auteur nous présentes d’abord les personnages dans leur vie normale dans une première partie intitulée Les Suspects, avant d’approfondir leurs liens avec la victime dans une seconde section, plus longue, Les Mobiles. Enfin, on découvre le soir de la garden-party, au cours de laquelle tous les personnages se croisent de près et se rapprochent tous de Vicky Rai, l’homme à abattre, dans Les preuves. Le tout est encadré par les articles d’un journaliste à la recherche de la vérité et se termine sur des bulletins d’informations à propos de l’enquête et de ses rebondissements. On finit malgré tout par connaître la vérité -heureusement!- car ç’aurait été bien dommage d’en arriver là pour rester sur notre faim.

L’Inde se prête incroyablement bien à cette narration multiple, ce pays semblant posséder autant de visages que ses divinités hindoues ont de bras. On assiste à un grand écart des genres et des personnalités, entre le politicien véreux et les strass de Bollywood, la réincarnation d’un sage mesurant chacun de ses actes et la crédulité d’un homme qui l’entraîne dans des aventures rocambolesques.

Tout en gardant une certaine idée du réalisme, le côté très farfelu de certaines situations m’a rappelé la pièce de théâtre que montent les personnages du film Moulin Rouge, de Baz Luhrmann, d’autant plus parce qu’ils la situent en Inde. Il ne manque à ce roman qu’une cithare magique qui ne dit que la vérité. Le décor soigné oscille entre modernité et tradition, un peu à la manière d’une fantasy urbaine, dans laquelle le présent et son septicisme voit débarquer des créatures féériques ou des événéments magiques venus d’un âge où les superstitions avaient encore leur place.

L’enchaînement des événements parfaitement orchestré fait penser à un ballet étrange comme régi par les astres… Les actes dépendent les uns des autres mais tout semble converger vers un seul homme. On ne sait ce qui pousse les personnages vers lui -les forces du cosmos, leur karma, la scoumoune?- mais chacun, à son contact, peut devenir un meurtrier.

Le livre se dévore, difficile de s’y ennuyer tant les rebondissements vont bon train. Du sang et de la bonne humeur, voilà peut-être la recette pour des journées réussies.

Le grain de sable

Il semblerait que l’adaptation cinématographique de ce roman soit d’ores et déjà prévue. Le scénario serait écrit par John Hodge (Trainspotting, La plage) alors que la réalisation serait l’oeuvre de l’Argentin Pablo Trapero (Elephante blanco, Carancho). Affaire à suivre.

Sur le mur

La statue d’une divinité hindoue, de l’encens et un poulet au curry.

Gramophone

Panjabi MC – Mundian to back ke

Dans la même veine

  • Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire, du même Vikas Swarup, pour retrouver la plume énergique de l’auteur.

A propos de Vikas Swarup

Vikas Swarup est né en 1963 à Allahabad, en Inde. Il est devenu diplomate, actuellement en poste au Japon. Sorti en 2007, son premier roman Les fabuleuses aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire a connu un franc succès, jusqu’à être adapté au cinéma par Danny Boyle dans un film intitulé Slumdog Millionnaire.

Références

  • Editions France Loisirs, 2011, 652 pages (il s’agit du visuel utilisé pour cette chronique)
  • Editions Belfond, 2010, 481 pages
  • Editions 10/18, 2012, 600 pages

Lien