Biographie de Rasputina

Rasputina

Rasputina est un groupe de cello-rock, autrement dit il se caractérise par l’utilisation des violoncelles pour faire de la musique rock. Créé et mené par Melora Creager, Rasputina aime les ambiances victoriennes revues de façon fantaisistes et ses chansons reflètent cette passion. Parfois étiqueté comme groupe white goth, Rasputina n’est pourtant pas enfermé dans ce seul courant. Il échappe à toute tentative de classement et revendique des influences tant classiques, gothiques que rock et recycle même parfois des comptines ou les actualités internationales pour en faire des morceaux. Il s’amuse également à glisser dans ses disques des plages parlées sur fond instrumental, contant de mini-histoires. La voix particulière de la chanteuse, Melora Creager, achève enfin de donner à ce groupe une identité unique et totalement décalée.

Extrait

Saline, the Salt Lake Queen (album Frustration plantation):

Oh Saline
Under desert skies.
She’s a bromide.
She makes green fire in a tunnel of thorns,
and she’s got yellow eyes.

Membres du groupe

  • Melora Creager (1992 – ): chant, violoncelle
  • Sarah Bowman (2007 – ) : violoncelle
  • Jonathon TeBeest (2002 – ): batteur

Membres passés du groupe

  • Julia Kent (1989-1999) : violoncelle
  • Serena Jost (1990-1993): violoncelle
  • Lisa Haney (1993-1995) : violoncelle
  • Agnieszka Rybska (1996-1998) : violoncelle
  • Nana Bornant (1998-2001) : violoncelle
  • Kris Cowperthwaite (1999-2002): violoncelle
  • Ariana Arcu (2001) : violoncelle
  • Daphne Klondike (2001) : violoncelle
  • Zoe Keating (2002-2006) : violoncelle
  • Perry James (1998-1999): batteur
  • Tom Martin : batteur
  • Mark Hutchins : batteur
  • Steve Moses : batteur

Discographie

  • Thanks for the ether, album, 1996, Columbia Records
  • How we quit the forest, album, 1998, Columbia Records
  • Cabin fever!, album, 2002, Instinct Records
  • Frustration Plantation, album, 2004, Instinct Records
  • A Radical Recital, live, 2005, Filthy Bonnet Recording
  • Oh perilous world, album, 2007, Filthy Bonnet Recording
  • Melora a la Basilica, live, 2008, label inconnu

Projets parallèles

  • Zoe Keating : One Cello X 16 Natoma, album, 2005, Zoe Keating
  • Melora Creager : Perplexions, album, 2006, Filthy Bonnet Recording
  • Julia Kent : Delay, album, 2007, Important Records

Biographie

Rasputina a été créé en 1992 suite à l’annonce passée par Melora Creager, violoncelliste accomplie qui désirait former un groupe de rock avec d’autres joueuses de violoncelle. Les guitares comme les hommes n’y étaient alors pas admis. Julia Kent a répondu à cette annonce et ainsi est née la Ladies’ Cello Society qui est mentionnée dans le livret du premier album du groupe, Thanks for the Ether. Rasputina est ensuite repéré par un employé de Columbia Records lors d’un festival et a pu ainsi faire paraître son premier album en 1996.

Thanks for the Ether révèle d’emblée la couleur de Rasputina : textes pleins d’imagination, à mi-chemin entre le rêve fantasmagorique et le cauchemar baroque, et où plane une atmosphère victorienne déjantée. Il permet au groupe de se joindre aux tournées d’artistes de plus grande notoriété comme Marilyn Manson qui, en 1997, remixe l’un des titres parus sur leur premier album, Transylvanian Concubine, déjà connu grâce à la série télévisée Buffy contre les vampires qui l’avait diffusé lors d’un épisode.

A partir de ce moment, Rasputina est reconnu par ses pairs et, pour son second album, accueille Chris Vrenna comme co-producteur. Ce dernier vient du groupe Nine Inch Nails et il influence quelque peu l’évolution musicale de Rasputina en apportant des sons plus électroniques et distordus. How we quit the forest, paru en 1998, apparaît donc comme un album de transition entre Thanks for the Ether, où le violoncelle demeurait clair, et Cabin Fever, sorti en 2002, où le groupe distord le son rendu par ses instruments, accentuant encore plus leur particularité musicale et leur côté rock.

Au fil du temps comme des albums, les musiciens entourant Melora Creager défilent. Certains restent quelques années, d’autres, quelques mois. Seule Melora ne quitte pas Rasputina. Elle en est la fondatrice, de plus c’est elle qui compose et écrit la majorité de ses chansons, qui en est la voix principale et qui créé la plupart des artworks des albums, singles et du site Internet du groupe. En un mot, Melora Creager est l’âme de Rasputina.

En 2004, le quatrième album du groupe paraît : Frustration plantation. Musicalement, Rasputina poursuit sur la lancée de Cabin Fever. Il faut attendre 2007 et la sortie de Oh Perilous World pour avoir apparaître un nouveau tournant dans son évolution musicale. Entre-temps, le groupe a fait paraître un album live, intitulé A Radical Recital et où l’on peut goûter à l’humour de Melora.

Oh Perilous World distord encore plus le son du violoncelle et y ajoute celui du dulcimer, également distordu par endroit. Le dulcimer a fait son apparition dans l’album Cabin Fever mais dans Oh Perilous World sa présence se fait davantage ressentir du fait de ces distorsions. C’est l’album le plus difficile d’approche du groupe. De plus, Melora a conçu l’album selon un concept différent. Jusqu’alors, elle puisait son inspiration dans l’ère victorienne revue à sa façon, créant parfois des chansons à partir de faits réels : « My Little Shirtwaist Fire » au sujet d’un feu d’usine de 1911, « Rose K. » sur Rosemary Kennedy qui fut lobotomisée à 23 ans, ou encore « Rats », qui fait référence à la décision du Pape, au 16e siècle, de déclarer le capybara (un rongeur) comme étant du poisson afin que les catholiques puissent se nourrir pendant le Carême. Pour Oh Perilous World, Melora s’est inspirée en majorité de l’actualité du monde moderne, jugeant qu’elle était suffisamment bizarre pour être utilisée pour son album. On retrouve donc sur ce disque « We Stay Behind » au sujet des personnes demeurées en Nouvelle-Orléans lors du passage de l’ouragan Katrina en 2005, « Draconian Crackdown » mentionne les conséquences de l’attentat du 11 septembre 2001 sur les lois de sécurité, en particulier l’autorisation de l’usage de la torture, ou encore « In Old Yellowcake » sur la bataille de Fallujah en Irak, en 2004, où l’armée américaine fut soupçonnée d’avoir utilisé des armes chimiques.

Comme à son habitude, Melora a tourné cela à sa manière, fantasque, en imaginant une histoire à partir de faits réels mais elle a laissé dans le livret de l’album des mots-clés qui font clairement le lien entre le texte plus ou moins fantaisiste de ses chansons et l’actualité dont elle s’est inspirée.
Rasputina est un groupe totalement décalé, qui a sa propre personnalité musicale et dont l’univers fantasmagorique et victorien achève de donner un côté délicieusement suranné et déjanté.

Lien

Site officiel : http://www.rasputina.com/