Biographie d'Enya

Enya

Depuis ses débuts, Enya, artiste irlandaise, a été qualifiée comme chanteuse et musicienne New Age mais elle n’a jamais revendiqué cette appartenance. C’est en 1982 qu’elle a débuté sa carrière solo. Sa musique est caractérisée par le son des claviers et la duplication des voix et elle n’a pas changé depuis les débuts de sa carrière, ce qui la rend aisément reconnaissable. La voix d’Enya, douce et calme, est elle aussi un élément qui donne son identité à sa musique. Le style musical d’Enya a marqué les esprits et, de ce fait, a souvent été imité. Il s’inspire du monde celte ancien, de ses légendes, et, plus largement, du rêve.

Extrait

« China Roses » (album The Memory of Trees)

Who can tell me if we have heaven,

who can say the way it should be;

Moonlight holly, the Sappho Comet,

Angel’s tears below a tree.

Discographie

  • Enya, album, 1987, EMI
  • Watermark, album, 1988, EMI
  • Shepherd Moons, album, 1991, EMI
  • The Celts, album, 1992, EMI
  • The Memory of Trees, album, 1995, EMI
  • Paint the Sky with Stars, best of, 1997, EMI
  • A Day without Rain, album, 2000, EMI
  • Amarantine, album, 2005, EMI
  • And winter came, album, 2008, EMI

Filmographie

  • Moonshadows, VHS, 1991, Warner Music Vision (compilation de clips)
  • The Video Collection, DVD, 2001, Warner Music Vision (compilation de clips)

Biographie

Enya est née en 1961. Son véritable nom est Eithne Patricia Ní Bhraonáin. Issue d’une famille de musiciens, elle fait partie du groupe Clannad à partir de 1980, Clannad étant composé, entre autres, d’une de ses soeurs, de deux de se frères et deux de ses oncles.En 1982, Enya quitte le groupe Clannad pour commencer une carrière solo. Elle travaille dès le départ avec Nicky Ryan, ancien producteur et gérant de Clannad qui a quitté le groupe à la même époque, et avec Roma Ryan. Le trio ne se séparera plus et travaille encore ensemble aujourd’hui, Nicky Ryan produisant les albums et Roma Ryan écrivant les textes d’Enya.

En 1985, Eithne apparaît sous le nom d’Enya comme compositrice de certains titres de la bande originale du film The Frog prince (film de Brian Gilbert). Enya est la traduction phonétique approximative d’Eithne, en gaélique. Le choix de ce nom a été fait en raison des difficultés de prononciation du véritable prénom d’Enya par les personnes ne connaissant pas le gaélique, ce qui aurait été un frein pour une carrière internationale. Suite à ce travail, Enya est sollicitée pour réaliser la musique d’une série documentaire pour la télévision. Cette série traite des Celtes, de leurs traditions et de leurs anciens mythes. Elle sera diffusée en 1987. La même année, Enya sort son premier album, intitulé Enya, qui reprend une sélection de titres issus de ce travail. Dès le départ, la musique d’Enya est donc liée au monde celte ancien et à leurs légendes. Mais l’album fut à peine remarqué. Ce n’est que l’année suivante et avec le second album, Watermark, qu’Enya rencontre enfin le succès. Cette réussite est notamment due au titre « Orinoco Flow », qui connaît un grand succès auprès du public. Watermark est empli d’une atmosphère onirique et sensible, tout en douceur et émotion. En 1991, Enya sort son troisième album, Shepherd Moons, et les ventes de ce dernier disque sont supérieures à celles, déjà importantes, du précédent. Ce disque permet à Enya de remporter un Grammy dans la catégorie « meilleur album de musique New Age », bien qu’elle n’ait jamais mentionné sa musique comme appartenant à ce genre. L’album est particulièrement propice à la rêverie, tant les morceaux y sont doux et solennels.

Suite à ces succès, Enya réédite son premier album sous le titre The Celts en 1992, accompagné d’un livret où le contexte légendaire de chaque morceau est expliqué, permettant aux non-connaisseurs des mythes celtes de mieux s’imprégner de la magie de la musique. Puis, en 1995, Enya sort l’album The Memory of Trees et remporte grâce à lui un autre Grammy en 1996, toujours dans la catégorie « meilleur album de musique New Age ». Après ces cinq albums, Enya sort en 1997 un best-of de son travail sous le titre Paint the sky with stars, agrémenté de deux titres inédits. L’artwork de cet album témoigne de la principale caractéristique de l’univers d’Enya : le rêve, la légende, de même que le titre du best of : peindre le ciel avec des étoiles… la musique d’Enya permettant, elle, d’emplir nos nuits de rêves calmes et magiques. Il fallut ensuite attendre 2000 avant que la musicienne ne lance son sixième album, A Day without Rain. Ce dernier s’éloigne quelque peu de l’onirisme habituel, de par les textes et l’artwork, mais la musique propre à Enya ne change guère : on retrouve toujours les claviers et les voix dupliquées.

En 2001, Enya signe deux des titres de la bande originale du film The Lord of the Rings : the Fellowship of the Ring de Peter Jackson. Il s’agit d’ »Aníron (Theme for Aragorn and Arwen) » et de « May it be ». Cette participation s’insère naturellement dans l’univers musical d’Enya, tourné vers les légendes celtes. L’artiste avait par ailleurs déjà composé sur son album Shepherd Moons un morceau, « Lothlórien », qui s’inspirait de l’oeuvre de Tolkien. Habituée à chanter dans diverses langues (anglais, gaélique, latin, espagnol), Enya chante en Sindarin sur « Aníron » et une partie de « May it be » en Quenya, deux langues elfiques créées par Tolkien. Elle chantera à nouveau dans une langue imaginaire dans son nouvel album, Amarantine, qui paraît en 2005. Cette langue, le Loxian, qui possède ses caractères propres, a été créée par Roma Ryan spécialement pour Enya.

La musique d’Enya est donc vouée à l’imagination, au rêve et à la magie. Il suffit de fermer les yeux et de se laisser porter par sa voix douce. Et si le sommeil vous prend, laissez-le venir. Il sera empli, n’en doutez pas, de songes délicats et vaporeux.

Lien

Site officiel: www.enya.com