Ladyhawke Anxiety

Rock grungy

Pochette d'Anxiety de Ladyhawke

Note :
5/5
2 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 52 votes, average: 5,00 out of 5 (2 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Ladyhawke, pour beaucoup, c’est le titre d’un film. Mais c’est aussi le pseudonyme (en hommage au dit-film) de Philippa Brown, une néo-zélandaise à la musique pleine d’énergie. Ladyhawke – la chanteuse, donc – a connu une enfance marquée par des problèmes médicaux et a été diagnostiquée récemment comme atteinte légèrement du syndrome d’Asperger (une forme d’autisme). On peut comprendre, donc, le titre de l’album.

Anxiety est son second album, le premier ayant été assez bien accueilli – Peaches a d’ailleurs remixé l’un des titres de ce premier opus. Dans Anxiety, on retrouve la patte pétillante de Philippa Brown, bourrée d’énergie, avec ce rock où se retrouvent les influences tant du grunge que du new wave. Le titre de l’album fait référence à l’état d’angoisse dans lequel se trouvait la chanteuse pendant l’enregistrement, l’album ayant été écrit et produit alors qu’elle sortait très fatiguée des tournées réalisées à l’issue du premier album.

D’ailleurs, dans Anxiety, si les paroles témoignent d’angoisses, d’états d’âme mélancoliques, tristes ou coléreux, les mélodies, elles, sont emplies d’un punch incroyable. Ainsi de Girl like Me, où une femme surprend son petit ami en train de danser dans les bras d’une autre qui lui ressemble, le tout sur une rythmique qui donne furieusement envie de se déhancher. Il y a Vaccine, où elle tente de rejeter ses angoisses de la nuit en se plongeant dans ses rêves et en se confiant à son compagnon. Et que dire de The Quick and the Dead, qui évoque la folie d’une personne autant que l’arrivée d’un zombie avide de chair fraîche ? Et toujours, ces guitares pleines d’ardeur, ces percussions entraînantes, ces synthés qui aspirent et vous font vous lever de votre siège avant même que vous vous en rendiez compte.

Écouter Anxiety revient à teinter de couleurs flashy son spleen, à écarter ses idées noires par une infusion d’énergie – ou à danser avec, c’est selon. Écouter Ladyhawke, c’est se retrouver infusé d’une pêche d’enfer tout en retrouvant, dans ses chansons, les angoisses, les peurs et les rancoeurs qui nous hantent. En un mot, Anxiety est un album jubilatoire.

Regarder le clip de Blue Eyes

Leave behind all the mess that you’ve made
And never ever do it again
Balance out all the love that you saved
You will need it to the bitter end

Le grain de sable

L’artwork est réalisé par Sarah Larnach, une artiste néo-zélandaise avec laquelle Ladyhawke avait déjà travaillé pour son opus précédent ainsi que pour le clip du titre My delirium (issu du premier album).

En savoir plus sur Ladyhawke