Bat For Lashes Two Suns

Indie pop

Coup de cœur de La Lune Mauve

Pochette de "Two suns" de Bat For Lashes

Note :
5/5
6 votes, average: 4,67 out of 56 votes, average: 4,67 out of 56 votes, average: 4,67 out of 56 votes, average: 4,67 out of 56 votes, average: 4,67 out of 5 (6 votes, average: 4,67 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Bat For Lashes, c’est une femme : Natasha Khan. D’origine anglo-pakistanaise, titulaire d’un diplôme de musique et arts visuels, cette institutrice de maternelle qui écrivait des chansons finit par se lancer et livre avecTwo Suns son deuxième album.

Two Suns s’annonce comme la continuité logique de Fur and Gold, l’album précédent. Bat For Lashes a dès le départ ouvert son monde intérieur au public. Elle renouvelle ce dévoilement avec Two Suns. Mais ce second album recèle une profondeur, une maturité qui étaient absentes de Fur and Gold. On y rencontre le double de Natasha, Pearl, un double né de l’expérience de Natasha de ses tournées et de ses séjours dans de grandes villes.

Deux femmes en une, deux planètes, deux soleils : Two Suns balance entre les deux dans un mouvement qui berce. « Moon and Moon » reflète à merveille ce lent balancement. Le titre d’ouverture, « Glass », embarque l’auditeur avec son début tout en douceur qui évolue lentement grâce ses percussions et entraîne vers un univers de conte de fée. Embarqué, on le reste jusqu’à la fin! Two Suns est un disque qui capture l’attention, un cocon douillet et coloré qu’on ne veut pas quitter.

Chaque titre a son histoire à raconter, de « Daniel », né d’un rêve de Natasha, à « Siren Song », magnifique chanson douce au refrain fort et violent qui exprime la dualité de la chanteuse, avec ses envolées de piano qui nous emportent. « Sleep Alone » est un déchirant appel pour contrer la solitude et « The Big Sleep » évoque les vieilles chansons d’autrefois.

Two Suns est un voyage musical au pays intérieur de Natasha Khan, un monde qui trouve ses échos dans le nôtre, une musique inclassable et toute personnelle, qui ne colle vraiment pas à l’étiquette pop même si son influence est présente. Le tout livré dans un artwork  à la fois kitsch, étincelant et plein de rêve. Ecouter Two Suns, c’est être capturé dans ses filets et ne plus vouloir en arrêter la petite musique ensorcelante!