Flëur Magic

Heavenly voices slaves

Pochette de l'album "Magic" de Flëur

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 3 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 53 votes, average: 5,00 out of 5 3 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

Flëur. Voilà un nom qui sied à merveille aux douces et délicates voix des chanteuses de ce groupe venu d’Ukraine, aux morceaux aériens et mélancoliques qui s’égrènent tout au long de l’album. Mais ce serait faire erreur que de s’arrêter à l’image romantique de ce végétal.

Olga Pulatova et Elena Voynarovskaya chantent en russe. Décrypter les paroles des chansons n’est donc pas aisé, mais, déjà, les mélodies parlent à l’âme. Les instruments, tous classiques – violoncelle, piano, guitare, percussions, violon, claviers, flûte, contrebasse – parent ces morceaux de leurs sonorités douces, touchantes, comme pour enrober dans un cocon. Dès le début, on est pris dans la douceur de ce cocon, dans le bercement d’un vague à l’âme à la fois empli de tristesse et de douceur. Flëur, c’est la fameuse âme slave mise en musique, cette mélancolie jamais loin, malgré toute la beauté dont se parent les morceaux.

Une mélancolie que l’on accueille, où l’on se blottit comme dans du coton, d’Almost real à The String. The Ballad of White Wings and Scarlet Petals est en ce sens un petit bijou avec sa mélodie semblable à la ritournelle calme des vagues, avec la voix de la chanteuse qui achève d’ensorceler l’auditeur et de lui infuser poésie et spleen dans le coeur, parsemées de quelques flocons de givre. On en aurait presque l’haleine qui forme de la buée, tant ce morceau nous emmène au coeur des étendues gelées de l’Est. Parfois, la nostalgie s’en mêle comme dans Repair dont le vidéo-clip permet d’en comprendre le sens sans avoir à en comprendre les paroles. Regrets de l’enfance enfuie, du constat que le présent laisse entrevoir les traces du passé enchanté mais perdu, à la façon de ces traces que laissent les réparations derrière les rénovations.

Cependant, quelques titres se font un peu plus inquiétants, plus noirs – comme je le disais, s’arrêter à la douceur et à la tristesse pour qualifier l’atmosphère de Magic est une erreur. Lorsqu’on creuse un peu, on découvre quelques anomalies. Formalin qui, derrière ses innocentes flûtes, est le conte d’une femme qui affirme être mieux qu’une autre, absente au rendez-vous pour diverses et macabres raisons et qui a terminé dans du formol. Ou encore Medallion, ou une femme a perdu ce qui contenait tous ses rêves et sa lumière.

Écouter Magic, c’est découvrir une musique à la fois lumineuse et sombre, douce et triste, tendre et cruelle. Une musique résolument slave, mais ô combien belle !

Regarder le clip de Formalin

Она не прийдёт – руки были в змеиной норе
Голова в осином гнезде
А спина в муравьиной куче

Буду я – я из более прочного теста
Я достойна занять это место
Я многое делаю лучше

Elle ne viendra pas : elle avait les mains dans un trou de serpent
La tête dans un nid de guêpes
Et le dos dans une fourmilière

Ce sera moi : je suis d’une pâte plus solide
Je suis digne d’occuper cette place
Il y a beaucoup de choses que je fais mieux

Le grain de sable

Les membres du groupe qualifient leur musique comme appartenant au genre cardiowave, un terme qu’ils ont créé pour suppléer à la difficulté de leur apposer une étiquette musicale.

En savoir plus sur Flëur