A Forest of Stars Opportunistic Thieves of Spring

Black metal baroque

Note :
5/5
3 votes, average: 3,33 out of 53 votes, average: 3,33 out of 53 votes, average: 3,33 out of 53 votes, average: 3,33 out of 53 votes, average: 3,33 out of 5 (3 votes, average: 3,33 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Cinq personnages sortis d’une Angleterre victorienne qui entament une séance obscure de spiritisme ; voilà la vidéo aux bandes vieillies qui illustre Raven’s Eye View, deuxième titre de l’album. Ces images offrent un bel aperçu de l’esprit des cinq anglais : occulte, victorien, obscur, fantastique et totalement baroque. Mis en musique, cela donne Opportunistic Thieves of Spring. Un deuxième album offrant six titres qui oscillent entre black métal, dark ambient et progressif, avec une touche d‘orientalisme.

Le Club des Gentlemen (c’est le nom qu’ils se sont donnés) maîtrise une variété d’instruments comme le violon, le piano-forte et la flûte. Ces derniers sont savamment mélangés pour obtenir des titres de huit à seize minutes. Certains sont totalement baroques, avec des passages tantôt black métal, tantôt ambient ou acoustique, comme l’extraordinaire Raven’s Eye View. D’autres sont plus proches du progressif comme Summertide’s Approach (et son début « cabaret ») et Delay’s Progression.

Le chant torturé de Mr Curse est parfaitement adéquat et sait se taire lorsqu’il le faut ; la plus grande partie du disque étant instrumentale. On retrouve aussi quelques vocalises de Katheryne Stone (qui a officié un temps dans My Dying Bride) sur le sombre et pluvieux Starfire’s Memory, avec son long passage dark ambient.

Opportunistic Thieves of Spring est une perle musicale, tant en créativité qu’en richesse sonore. Toujours sombre et mystérieux, A Forest of Stars intrigue et réussi à captiver avec son univers décalé et singulier.

Our sky, she’s full of lights,
glinting through all that dark, uncaring.

The Rats on the Moon are shielding their eyes,
against the creeping, the crawling…
« Thunder’s Cannonade »

Pour aller plus loin