Fen Dustwalker

Post black metal atmosphérique

fen_dustwalker

Note :
5/5
0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Dustwalker est le troisième album de Fen, groupe anglais de black metal atmosphérique. Avec cet album, le groupe franchit une nouvelle porte et nous emmène sur des sentiers plus post rock aux mélodies évoquant les années 70 qui laissent une place centrale aux émotions.

L’album débute par Consequence, un titre très black métal, fort, chargé de colère noire et de désolation. Mais ce titre n’est peut-être qu’un passage entre les albums précédents et Dustwalker. Car les titres suivants sont plus post rock, teintés de shoegaze, avec une grande présence de chant clair. La neige des contrées black metal a fondu pour laisser place à la pluie.

Hands of Dust donne le ton et on devine très vite une grande qualité dans la composition du groupe. Le magique Spectre est une ballade qui nous renvoie aux années 70, évoquant Pink Floyd. Au milieu du morceau le rythme ralentit, pour se poser sur de fragiles notes de guitares qui s’envolent ensuite dans un final majestueux.

L‘étonnant Wolf Sun est un titre post rock (avec un peu de chant black) au refrain très mélodique. Une étonnante surprise qui redonne du dynamisme à l’album avant de plonger dans le cosmique The Black Sound. Une composition qui nécessite une introspection pour pouvoir apprécier à sa juste valeur ce titre atmosphérique de 10 minutes.

Avec le dernier titre Walking the Crowpath, on retourne vers des sonorités et des rythmes plus black metal. Ceux qui ont la chance de posséder l’édition avec le titre bonus pourront clore cette écoute de façon magnifique. Car Epilogue est de toute beauté. Un titre instrumental fait de notes acoustiques et électriques pleines de mélancolie.

La musique de Fen est particulière et il faut bien plus d’une écoute pour en saisir l’essence. Les compostions sinueuses tentent de nous perdre. Mais le groupe, toujours, tient cette lumière, sorte de clarté obscure qui sait nous guider dans ces ambiances mystérieuses, parfois désolées, mais toujours pleines d’émotions. Un album particulièrement recommandé aux fans d’Alcest et d’Agalloch.

Dissolved in the vortex, alone in this moment
The road behind now lost in shadow
I’ll hold on to this sun
I can’t stop myself from
Fading
« Wolf Sun »

Le grain de sable

Le nom du groupe vient des Fens, une région de l’est de l’Angleterre aux paysages mystérieux, autrefois très marécageuse.

En savoir plus sur Fen