Goblin Musique du film Suspiria, de Dario Argento

Bande originale progressive

Bande originale de Suspiria, de Goblin

Note :
4/5
1 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 5 (1 votes, average: 4,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Goblin, formation italienne, avait débuté sa carrière avec la bande originale du film de Dario Argento intitulé Profondo Rosso (Les Frissons de l’Angoisse, 1975). Un très bon début dans cet exercice que le groupe réitère après leur excellent album Roller. C’est fois-ci pour le film Suspiria que le groupe collabore à nouveau avec le génial réalisateur italien.

La musique du groupe est toujours aussi particulière et propre aux ambiances mystérieuses du film. Dès les premières secondes de Suspiria qui ouvre l’album sur une douce mélodie presque enfantine, on plonge directement dans l’ambiance glauque propre à M. Argento. Ce premier titre est le parfait exemple de la musique des Goblin puisqu’il évolue vite, rappelle parfois le Pink Floyd de Meddle, en passant par une partie particulièrement pesante où une voix murmure « Witch! » de manière vicieuse et malveillante.

Et dans le genre glauque, le titre Sighs fait figure d’exemple tellement le groupe nous livre une musique qui semble possédée, cette ambiance démoniaque est d’ailleurs unique en son genre pour un groupe de rock progressif, qui fait de Goblin un groupe à part dans le courant prog italien (et international par la même) car il ne singe à aucun moment la musique de ses confrères de Le Orme, Premiata Forneria Marconi ou encore Banco Del Mutuo Soccorso. Avec cette deuxième bande originale de film d’horreur, le groupe est en train de passer maître dans cet art délicat et là où ils font très fort, c’est que ce troisième disque se suffit à lui-même, au-delà du film, l’intérêt de leur musique reste entier et l’on ne s’ennuie pas une seconde.

Nul besoin d’avoir vu le film donc (surtout qu’il s’agit d’une part d’un style particulier, l’épouvante, et d’autre part, d’un réalisateur encore plus particulier, Dario Argento, qui est loin de plaire à tout le monde), mais il est vrai que les images du film resurgissent très vite à l’écoute de cet album et lui donne encore une autre dimension très intéressante. Mais pour se faire une idée, un titre comme Black Forest (ou encore Blind Concert au groove implacable) se suffit à lui-même et ravira tout amateur de rock progressif old-school.

Ce Suspiria est certainement la plus grande réussite des Goblin en matière de musique de film et en matière de rock progressif, le groupe livre ici une œuvre à part, un univers globalement sombre, parfois même macabre, et un sens de l’occulte fascinant, passionnant et ce, rappelons-le, sans le moindre chant (si ce n’est les quelques voix d’ambiances du début). En résumé, une oeuvre unique!

Chronique initialement publiée sur le webzine Progtheater, le Refuge des Musiques sincères.