Interpol Turn On The Bright Lights

Coup de cœur de La Lune Mauve

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Interpol - Turn On The Bright Lights

Say hello, say hello the angels.

Cet album de post-punk glacé déboule dans les bacs en 2002, précisément l’année où les ersatz rock’n roll vintage et garage pullulent et obstruent désespérement le paysage.
Ce disque fait alors renaître de ses cendres le post-punk et le fait de la plus belle des manières. Les influences sont marquées, certes. Mais les mélodies sont singulières et originales… à tel point que le « son » Interpol est aussitôt reconnaissable entre mille.

Il y a dans ce disque le New York enfumé, un brin rétro… le New York de cinéma, celui en noir et blanc… Quelque chose entre réalité et fiction. Entre les ténèbres et la lumière de l’aube. Entre le désespoir le plus profond et une sérénité immaculée. Un fil tendu surlequel Interpol n’a de cesse de jouer au funambule de génie.
Parce qu’Interpol est l’incarnation parfaite de l’élégance et de la classe. Aussi bien visuellement que musicalement. Costard sur-mesure et production au couteau. Interpol marie urgence incendiaire et mélodies tirées à quatre épingles. Avec en fond, l’exaltation.

Turn On The Bright Lights est l’un des meilleurs albums du renouveau rock actuel. De fait, le groupe est directement passé d’espoir prometteur à pilier incontournable et ce bien au-delà du revival.