Belenos Yen Sonn Gardis

Pagan metal

Note :
5/5
1 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 51 vote, average: 4,00 out of 5 (1 votes, average: 4,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Belenos, dieu celte (gaulois) du soleil. Derrière ce nom porteur d’un onirisme païen, se trouve Loïc Cellier, qui assure seul la composition, les instruments, l’enregistrement et l’artwork. Certains ont pu aussi entendre sa guitare dans des albums d’Artesia. Mais dans Belenos, les guitares sont électriques et délivrent un black métal épique et imprégné de celtisme. Yen Sonn Gardis est le cinquième album du groupe et il est entièrement écrit en breton. Un souhait que Loïc avait en tête depuis un bout de temps et qu’il a concrétisé lui-même, avec une aide pour la vérification. Il en sort neuf titres époustouflants.

Les ambiances créées reflètent un esprit pagan et épique, notamment grâce aux chœurs profonds et puissants. L’album possède un accent celtisant, amplifié par les violons de Gaëlle d’Artesia qui s’insinuent à point nommé sur certains passages. Les riffs et les mélodies évoquent clairement un sentiment de paganisme et de temps anciens et épiques. Les textes en sont le parfait reflet : rites anciens des celtes, légendes et batailles, mais aussi scènes hivernales, tels sont les thèmes chers à Belenos.

Le black métal de Yen Sonn Gardis bénéficie ici d’un son puissant et ample, laissant bien entrevoir les couches instrumentales. Quant au chant, il navigue entre chant black et chant clair et profond, sans oublier les chœurs majestueux dont j’ai parlé plus haut.

Cet album est une invitation onirique à voyager dans des temps anciens bâtis sur les légendes ; idée très bien illustrée par la pochette réalisée par le maître d’œuvre. Un disque dont la définition première n’est pas black métal, mais métal épique et celtique.

E Kalon ar c’hoad
Flondrenn arvarus
E kelc’h ar lann ar mein-sonn
Mein splann ha divarvel
Spered ar c’hoad prizoniet evel-henn
« Baleerien an Are »

At the heart of the forest
A precarious valley
The moor surrounds raised stones
Magnificent and immortal stones
The spirit of the forest is captured so
« Wanderers of Are »
(Traduction issue du livret de l’album)

Pour aller plus loin