Les Fragments de la nuit Musique du crépuscule

Néo classique

Pochette de "Musique du crépuscule" des Fragments de la nuit

Note :
5/5
1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 (1 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.
Loading...

Les Fragments de la nuit…. c’est le nom donné au quintet créé par Michel Vilar (au piano) et Ombeline Chardes (au violon), auxquels se sont ajoutés deux autres violons et un violoncelle. Des voix se posent aussi sur cette formation néoclassique, achevant de donner à la musique une ambiance éthérée, aussi insaisissable que l’obscurité.

Le groupe réalisait à l’origine des bandes originales de courts et moyens métrages et leur travail avait notamment été comparé à celui de Philip Glass. Avec l’album Musique du crépuscule, ils donnent une mélodie au film de la nuit, à ce qui se déroule là, derrière nos fenêtres closes, lorsque le soleil s’est couché pour laisser place au règne de la lune et des étoiles. L’artwork de l’album, signé Aurélien Police, est au diapason de ce qui attend l’auditeur une fois le disque mis en route.

Il y a le violon entêtant mêlé à une mélodie de piano hypnotique du Scarabée bleu, les voix miaulantes et pourtant si féeriques figurant le gracieux Eveil des Fées, ces mêmes voix qui prennent un air hypnotique pour piéger le pauvre mortel dans la Ronde des Fées. Il y a aussi ce piano qui martèle les tympans, illustrant le combat Entre Ciel et Fer, ce même piano qui se fait déchirant de minimalisme dans Solitude. Et la poésie contenue dans Soleils Noirs pour Lune Blanche, où la danse des astres est magnifiquement transcrite par le jeu délicat du piano et des violons.

Musique du crépuscule est à écouter à la tombée de la nuit, ou une fois celle-ci arrivée. Pour mieux savourer ces fragments musicaux d’obscurité, ces pièces nocturnes où toute la poésie et la beauté du piano, du violon et des violoncelles se mettent au service de la Nuit, oui, celle-là même avec un N majuscule.

Les yeux fermés, on se laisse emporter par le spectacle nocturne dépeint par les Fragments de la musique.

Le grain de sable

On peut découvrir une mise en images d’Entre Ciel et Fer dans cette vidéo qui rend hommage aux étranges sculptures de Robert le Lagadec.

Lorsque le jour expire,
que s’exhale son dernier souffle,
dans la nuit apparaissent les accents
d’une musique bercée de plénitude.

Pour aller plus loin