Porcupine Tree Fear of a Blank Planet

Metal progressif

Coup de cœur de La Lune Mauve

Porcupine Tree - Fear of a Blank Planet

Note :
5/5
Note des Lunemauviens : 8 votes, average: 5,00 out of 58 votes, average: 5,00 out of 58 votes, average: 5,00 out of 58 votes, average: 5,00 out of 58 votes, average: 5,00 out of 5 8 vote(s). Moyenne : 5,00 sur 5.
Loading...

Porcupine Tree est bien connu pour être le groupe de rock progressif emmené par Steven Wilson. Avec ce 9ème album, les britanniques montrent que le tournant métal emprunté depuis peu porte ses fruits ; et de quelle façon… Car cet album est une merveille, et il n’est pas dénué de raison qu’il est été nommé album de l’année 2007 par certains magazines musicaux.

Tout au long de l’album les titres glissent les uns derrière les autres, comme une route qui s‘étire à l‘infini, et tout au long de laquelle on traverse une multitude d’ambiances. D’un titre plutôt rock à la basse puissante  ( « Fear of a Blank Planet »), on passe à une ballade mélancolique portée par des claviers voluptueux ( « My Ashes »).

Les mélodies sont touchantes, blessantes, car elles nous renvoient à quelque chose de naïf, de pur, comme une innocence oubliée, à l’image des enfants qui ornent la pochette et le livret du disque. La pureté se retrouve aussi dans les sons, comme celui des guitares acoustiques de « Sentimental » (avec son clin d’œil à « Trains » de l’album In Absentia), ou encore celui des notes de claviers qui sonnent comme des gouttes d’eau tombées sur du cristal.

Et que dire du fabuleux « Anesthetize » de 17mn42, aux accents très métal… La ligne de basse y est prodigieuse, accompagnée d’effets de guitares qui confèrent un côté magique à l‘ensemble. Ce titre aux mélodies sublimes est un univers à lui seul et reste à mes yeux la pièce majeur de l’album.

La mélancolie est toujours présente, et prégnante sur « Way Out of Here », où l’on note la participation de Robert Fripp. Une rage s’insinue en surface sur le titre final « Sleep Together ». Mais en vain. Car à la fin du disque, ce sont toujours les mots douceur et pureté qui me viennent en tête…

Fear of Blank Planet est une œuvre d’art qu’il faut contempler bien plus d’une fois pour la saisir toute entière et découvrir ses multiples couches d’instruments. Porté par des musiciens incroyables, ce 6 titres est d’une richesse difficilement épuisable, où l’on découvre toujours une note, un instrument, une mélodie, qui se serait égaré quelque part dans ces 50 minutes où le temps semble finalement suspendu.

We’re lost in the mall, shuffling through
the stores like zombies
Well what is the point ? What can money buy ?
My hands on a gun and I find the range, God tempt me
-Anesthetize-