Amanda Palmer: viol, avortement et scandale en Angleterre

Amanda Palmer Amanda Palmer, leader des Dresden Dolls, actuellement en tournée pour promouvoir son premier album solo, le brillant Who Killed Amanda Palmer, est actuellement sous la coupe de censeurs anglais. La faute aux paroles et au clip d’Oasis, un morceau de la musicienne dont les paroles traitent de viol et d’avortement sur le ton de la rigolade.

Réalisée par Michael Pope, le clip donne une interprétation très littérale de la chanson, et met en scène Palmer dans le rôle d’une adolescente écervelée fan d’Oasis, qui, après avoir trop bu pendant une soirée, se fait violer, tombe enceinte puis se fait avorter dans une clinique tout en devant faire face à des Chrétiens intégristes – mais tout cela lui paraît bien dérisoire, car elle a reçu une photo dédicacée de son groupe préféré.

Scénario évidemment très, très ironique et très, très second degré que n’ont goûté ni Oasis, ni la censure anglaise. Accusée de banaliser l’avortement, de tourner en ridicule la religion et de cautionner le viol, Amanda Palmer a vu sa chanson et son clip bannis des ondes et des chaînes de télévision musicales en Angleterre, notamment par « NME tv, Scuzz, kerrang, MTV, Q, the box« , d’après le blog de l’artiste.

Sur son blog, Amanda écrit notamment:

i think it makes people uncomfortable to hear the truth about a very real and sick situation:
if you don’t know – or have never encountered – a teenager who is going through intense heavy experiences (like rape, abortion, eating disorders, abuse, fill-in-the-blank)
and is laughing these things off like THEY DON’T MATTER, then you are not ALIVE and AWAKE and living on this planet.
IT’S HAPPENING EVERYWHERE. i see it all the time. it’s called being a confused teenager. it’s real. it SUCKS.

abortion is serious. rape is serious. lots of things are serious. do they think i’m blind?

the song isn’t even so much ABOUT those topics, it’s about denial, it’s about a girl who can’t find it in herself to take her situation seriously.
that girl exists, everywhere. you probably know her. you’ve probably met her. you might be her.

you might not even like this song.

it doesn’t matter.

our COLLECTIVE freedom to approach situations with humor, with irony, with anger, with sadness, with darkness, with an edge, from a different perspective, from within the situation…it’s ESSENTIAL.
we have to agree about this or we ALL get in trouble.

Pour continuer