De l'eau sur la Lune...

La Lune est à nouveau l’objet de toutes les attentions de la communauté scientifique. Il y aurait sur la Lune beaucoup d’eau – en tout cas suffisamment pour que l’humain y installe une base d’astronautes. Le pâle astre, que l’on croyait désertique et stérile, dévoile une nouvelle facette de sa géologie.

Le 9 octobre dernier, la Nasa avait volontairement fait s’écraser un de ses vieux engins spatiaux, la sonde LCROSS, dans un cratère près du pôle sud de la Lune, afin de pouvoir étudier la nature de la poussière ayant résulté de l’impact. L’objectif principal était de vérifier une bonne fois pour toute la présence d’eau ou de glace sur la Lune.

Dès la fin des années 1990, les sondes Clementine et Lunar Prospector ont montré la présence de grandes zones riches en hydrogène, aux pôles nord et sud de l’astre, au fond des cratères qui ne sont jamais éclairés par le soleil. Les scientifiques estiment que ce qu’ils pensaient n’être alors que des traces d’eau était des résidus à des comètes, sortes de boules de neige sale qui se sont successivement écrasées sur le sol lunaire. L’eau contenue par ces comètes se serait évaporée depuis longtemps.

Mais à l’époque, l’impact du crash de Lunar Prospector sur la croûte lunaire fut trop faible pour projeter de l’eau : d’où la mission réalisée avec la sonde LCROSS dix ans plus tard. « Nous avons trouvé de l’eau et pas seulement un petit peu, mais des quantités importantes« , a dit Anthony Colaprete, responsable scientifique de la mission LCROSS.

Cette découverte excitante conforte ainsi le projet ancien d’implanter une base lunaire, près d’un demi-siècle après la mission Apollo… et achève de rendre la Lune magnétiquement fascinante à nos yeux.

Même Google voit la Lune en mauve...