Mon arrivée en Bretagne, il y a deux ans, a décuplé ma curiosité.

En particulier, ma fascination pour l’art funéraire et le macabre a pris des proportions insoupçonnées grâce aux curiosités morbides locales.

« Voyage dans l'au-delà » de Bernard Rio

La mort est intimement enracinée dans le paysage, la société et la culture des Bretons, comme nous l’explique Bernard Rio dans son excellent ouvrage Voyage dans l’au-delà : les Bretons et la mort.

L’Ankou, figure mythologique bretonne masculine représentant la mort sous l’aspect d’un squelette tenant une faux, se trouve plutôt en Finistère. J’en ai la preuve : je la partagerai avec vous le moment venu.

Pour l’heure, restons en Ille-et-Vilaine, où les lieux de culte païens dédiés à des saints et à des saintes populaires, ignorés par l’Église, valent le détour.

Deux lieux macabres insolites brétiliens m’ont particulièrement marquée : la Tombe à Lénard (ou Tombeau de Saint-Léonard) et la Tombe à la Fille.

Chaussez vos bottes de sept lieues, je vous emmène dans les bois découvrir le premier ! :)

La Tombe à Lénard

La Tombe à Lénard est sans doute l’une des tombes sauvages les plus connues de Bretagne. Elle se situe à l’orée d’une forêt, non loin de la commune d’Andouillé-Neuville, à une vingtaine de kilomètres au nord de Rennes.

Le Tombeau de Saint Léonard

Mais qui était donc ce Lénard, et pourquoi a-t-il été sanctifié ?

Lénard est un bandit martyr. La légende raconte qu’il répandait la terreur dans toute la contrée.

Un jour, il croqua dans une pomme sauvage qu’il jeta loin à cause de son extrême amertume. Mais la pomme resta suspendue aux branches d’un arbuste.

Lorsqu’il repassa quelques temps plus tard, la pomme était toujours là, mais elle avait changé de couleur : Lénard mordit à nouveau dedans, et fut surpris par son exquise saveur.

Des pommes sont offertes au saint
Des pommes sont offertes au saint en souvenir de sa légende.

Émerveillé, Lénard comprit que tout peut s’amender ici bas, et résolut de se corriger lui-même, en faisant autant de bien à l’avenir qu’il avait fait de mal dans le passé.

Au même instant, Lénard aperçut non loin de là un charretier dont le véhicule était embourbé dans une ornière, et se hâta de lui apporter de l’aide. Mais le charretier, qui connaissait la mauvaise réputation de Lénard, se crut attaqué et tua Lénard d’un coup de bâton.

Je te bénis
Photo
Vêtements et photo d'identité

L’imagination populaire se chargea de sanctifier Lénard, et son tombeau fut construit en 1867, malgré la réprobation du clergé de la paroisse.

C’est un lieu de pèlerinage encore très fréquenté : lorsque nous y sommes allés, un dimanche de bon matin, nous y avons croisé un vieil homme en train d’y prier.

Ex-votos
Merci Saint Léonard
Merci Saint Léonard

Saint Lénard est désormais adoré en divers endroits en Bretagne.

Jadis, les fidèles se rendaient dans ces lieux de culte pour s’attacher avec une chaîne auprès du saint afin que leurs vœux soient exaucés : aider les jeunes enfants à marcher, délivrer un proche du démon…

Mais, avec le temps, le saint est devenu polyvalent, et est invoqué pour soulager des maux, trouver l’amour ou réussir un examen.

On implore Saint Lénard pour réussir un examen
Merci Saint Léonard
Témoignage
Ton pouvoir, tu l'as fait voir : merci Saint Léonard !

L’endroit vaut le coup d’œil : que l’on soit croyant ou non, difficile de ne pas être fasciné par le soin apporté à l’endroit, les témoignages laissés ici et là, les effets personnels accrochés dans les arbres, et le nombre hallucinant d’ex-votos déposés ici pour la postérité.

Communiquer avec le saint
Le cimetière des ours en peluche
Saint Lénard feat. Sainte Rita
Offrandes païennes

L’environnement forestier, l’abondance et la diversité des offrandes qui y sont faites, le silence plein de sous-entendus qui y règne : tout cela contribue au mystère des lieux.

Bien nichée en Bretagne armoricaine, la Tombe à Lénard n’est pas sans rappeler la Sicile ou même des lieux fantastiques tels que Carcosa… C’est sans aucun doute un des hauts lieux de la Bretagne insolite.

Carcosa ? Non, l'Ille-et-Vilaine.
La Sicile ? Non, l'Ille-et-Vilaine.
Décorum religieux

Certaines offrandes sont triées par couleur, et déposées avec soin et en ordre au pied des arbres qui bordent l’allée menant au tombeau :

Offrandes violettes
Offrandes jaunes et orangées
Offrandes bleues
Offrandes blanches

Comment se rendre à la Tombe à Lénard ?

À hauteur d’Andouillé-Neuville, emprunter l’ancienne RN 175, qui relie Saint-Aubin-d’Aubigné à Sens-de-Bretagne. La tombe se situe sur la droite, près de la route. Il est possible de se garer devant.

L'allée menant à la tombe à Lénard

Conclusion

Je ne saurais vous dire pourquoi je suis aussi fascinée par tout ceci.

Étant athée, c’est moins la foi qui me touche ici que les manifestations artistiques et poétiques qu’elle inspire aux mortels en mal d’espoir. J’admire beaucoup le travail et l’entretien méticuleux qui est apporté à cet endroit.

Tout cela relève presque de l’art naïf, provoquant une expérience belle et saisissante, intimement liée à la nature, en particulier à la forêt.

À ce propos, ne manquez pas mes photos du Chêne à la Vierge, si le symbolisme spirituel des arbres vous intéresse !

Et si vous n’en avez pas assez de la Tombe à Lénard, sachez que toutes mes photos sont disponibles sur FlickR.

Offrandes bretonnes
Offrandes à Lénard
Et soudain, un Furby

Marie

Déjà 13 commentaires

  1. Merci pour cet article !
    Moi aussi, je suis toujours émerveillée devant ce genre de manifestations que j’ai tendance à reléguer à un passé révolu, pas forcément lointain, mais datant quand même de nos grands mères. Et pourtant la variété des ex-votos nous assure que la pratique de cette foi païenne est encore bien ancrée et dans toutes les catégories socio-professionnelles (cf. le professeur des écoles) !
    Mention spéciale au Furby sur ta dernière photo <3

    Répondre

    1. Mrouh <3

      Moi aussi, je suis toujours émerveillée devant ce genre de manifestations que j’ai tendance à reléguer à un passé révolu, pas forcément lointain, mais datant quand même de nos grands mères. Et pourtant la variété des ex-votos nous assure que la pratique de cette foi païenne est encore bien ancrée et dans toutes les catégories socio-professionnelles (cf. le professeur des écoles) !

      Ouais, c’est assez touchant. Évidemment, on peut balayer ça du revers de la main et juger que c’est naïf et superstitieux, mais l’existence même de ces croyances, et, je dirais, cette démarche collective de leur donner corps à travers une pratique rituelle est forte.

      D’autant que c’est vraiment dans le secret de la forêt, ne gêne personne, et est sans doute ignoré de beaucoup de monde.

      Je parlerai sans doute de la Tombe à la fille, que j’évoque en début de billet, et là on pourra peut-être davantage discuter de « ça ne gêne personne », car l’endroit est loin d’être aussi bien entretenu que la Tombe à Lénard.

      Répondre

  2. Impressionnant :)

    Si tu veux creuser le sujet de l’Ankou, je ne saurai que trop te conseille la lecture de La légende de la mort, d’Anatole Le Braz

    Répondre

    1. Merci ! Ce livre est sur ma wishlist depuis un bout de temps, j’ai vu qu’on peut le trouver pour quelques deniers sur le net, je vais sans doute me l’acheter bientôt, ça sera super comme cahier de vacances :D

      Répondre

    2. Bon bah je viens de me le commander ^^

      Répondre

  3. Puisque je dois aller à Rennes cet été…
    Obligée d’y faire un tour !
    Merci beaucoup pour ce reportage Marie.
    Cicia

    Répondre

    1. Chère Cicia, si tu passes à Rennes, on aura peut-être l’occasion d’aller boire un thé ensemble ? Fais-moi signe :)

      Répondre

  4. C’est grâce à toi que je découvre la Bretagne, et que je suis absolument abasourdie de son folklore local tellement riche. Autant, venant d’Alsace, je comprends les influences Germaniques qui ont impacté ma région natale ; mais en Bretagne, d’où vient cette merveilleuse singularité ?

    Vivement que je puisse venir faire un tour dans ta si belle région d’adoption afin de m’immerger dans ses curiosités qui ne se trouvent nulle part ailleurs !

    Répondre

    1. Autant, venant d’Alsace, je comprends les influences Germaniques qui ont impacté ma région natale ; mais en Bretagne, d’où vient cette merveilleuse singularité ?

      L’influence celtique, mélangée à une christianisation invasive !

      Vivement que je puisse venir faire un tour dans ta si belle région d’adoption afin de m’immerger dans ses curiosités qui ne se trouvent nulle part ailleurs !

      Tu es la bienvenue !!

      Répondre

  5. Merci pour ce beau partage!
    La Bretagne regorge tellement d’endroits un peu mystiques. Je crois que c’est ça que j’aime tellement en elle, ce mélange de religions et de croyances, cette cohabitation entre la modernité et les traditions presque séculaires. En fait c’est comme un pont entre plusieurs époques !

    Répondre

    1. C’est tout à fait ça ! Il y a beaucoup de nostalgie et de mélancolie en Bretagne. Les mythes y sont importants ; la fascination pour la mort aussi. Pas étonnant que je m’y plaise autant !

      Répondre

  6. Bonjour kReEsTaL,

    J’ai découvert le tombeau de St Lé(o)nard il y a des années et j’y vais régulièrement y faire des photos (tu en verras une sélection sur ma galerie). Ton blog m’a donné envie d’approfondir le sujet. Du coup j’y suis retourné plusieurs fois ces derniers mois. J’ai encore plein de nouvelles photos à travailler. Va falloir que je trouve un moyen de mieux les mettre en valeur. Une expo ? A creuser…

    Ce qui est curieux, c’est qu’au fil du temps, ma position a pas mal évolué sur ce lieu. Au départ, j’étais plutôt ironique. Je trouvais stupide d’être admis à Polytechnique et d’en remercier St Lé(o)nard (j’aimais bien cette plaque. Je ne l’ai pas revue la semaine dernière…). Mais avec le temps, en regardant les messages, j’ai trouvé un côté touchant qui m’avait échappé au début. Je ne suis pas croyant, plutôt cartésien, mais je me dis que si ça aide des gens qui eux y croient, pourquoi ne s’en priveraient-ils ? Je pense que le nœud, c’est juste « aide-toi, et le ciel t’aidera », sauf que le ciel, c’est toi.

    Pascal

    Répondre

    1. Hello Pascal ! Bienvenue par ici, et merci beaucoup pour ton commentaire, très intéressant.

      J’ai adoré tes photos de la Tombe à Lénard, quelle ambiance ! Si jamais tu organises une expo, tiens-moi au courant, car c’est vraiment un sujet qui m’intéresse. J’étais d’ailleurs agréablement surprise de voir quelques photos de ce type pendant l’expo J’y crois, j’y crois pas, qui se tient actuellement aux Champs Libres, à Rennes. Il y a notamment une photo de la Tombe à la Fille, que j’ai photographiée aussi mais à laquelle je n’ai pas encore consacré de billet.

      Ce qui est curieux, c’est qu’au fil du temps, ma position a pas mal évolué sur ce lieu. Au départ, j’étais plutôt ironique. Je trouvais stupide d’être admis à Polytechnique et d’en remercier St Lé(o)nard (j’aimais bien cette plaque. Je ne l’ai pas revue la semaine dernière…). Mais avec le temps, en regardant les messages, j’ai trouvé un côté touchant qui m’avait échappé au début. Je ne suis pas croyant, plutôt cartésien, mais je me dis que si ça aide des gens qui eux y croient, pourquoi ne s’en priveraient-ils ? Je pense que le nœud, c’est juste « aide-toi, et le ciel t’aidera », sauf que le ciel, c’est toi.

      Ce que tu écris me parle tellement, car je suis passée par un cheminement similaire ! Ce type de croyances païennes a souvent un côté grotesque de prime abord. Ce qui me frappe souvent, ce sont les formulations un peu naïves, le premier degré…

      Mais je suis moi-même pétrie de superstitions (toute athées qu’elles soient), aussi il ne m’appartient pas de juger les croyances des autres. Si ce type de dévotion aide des gens à surmonter un deuil, à trouver le courage nécessaire pour passer un examen difficile, à vivre paisiblement leur vie, hé bien, c’est une bonne chose. D’autant plus que ce sont des lieux, sinon secrets, du moins cachés, et que leurs adeptes n’en font pas la publicité.

      Quant à moi, la dimension forestière et le lien avec la nature de ces lieux de dévotion païenne me parle beaucoup. Au fond, je trouve ça beaucoup plus sensé de vénérer un arbre (je pense ici au Chêne à la Vierge) qu’un crucifix… Même si, en Bretagne, celtisme et christianisme se sont tardivement entremêlés.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents