À dix minutes en voiture depuis Nantes, nous voici déjà à Trentemoult, un ancien village de pêcheurs et de marins, hissé en bord de Loire.

Orange

Ce qui frappe d’abord, c’est le silence. À l’heure du déjeuner, rares sont les Trentemousins à pointer leur museau de petits veinards.

Tout au plus surprenons-nous le regard des artisans, retapant ici une façade, ou là-bas, une toiture.

On dit que les habitants, ici, sont surtout des artistes et des familles aisées, et qu’ils ont fait de ce « village dans la ville » un havre de paix, un refuge aussi coloré que tranquille.

Cyan

Ce qui saisit le plus, et capture l’œil sans jamais le relâcher, ce sont ces murs ultra pigmentés, recouverts tantôt d’orange et de prune, parfois de cyan et d’écume.

L’espace d’un instant, je suis transportée à Burano, petit village chromatique, à deux pas de Venise, la ville rouge qui accapare mon cœur.

Mauve (encore)

Les couleurs surgissent telle une explosion bariolée, auréolée d’un calme étourdissant.

Bouffe-tout 2015

Tout au plus entend-on le vent s’infiltrer dans les feuilles de palmiers, ébouriffant un majestueux Maine Coon.

Le chat qui nous snobait

Les minutes passent lentement ; on se perd dans ce dédale minuscule, fascinés par les mille et un détails amusants qui recouvrent murs et chaussée.

Conan le Babar

Je me prends alors à rêver d’une maison qui aurait les pieds au soleil, tout en donnant sur le fleuve ; d’un beau chat bleu qui flânerait, nonchalant, au pied d’une porte acide comme un citron.

Vermillion

Trentemoult : une pause salutaire et un régal pour les yeux, accessible à tous !

Complémentaires

4 commentaires

  1. Immédiatement, on est transporté(e) par une douce main invisible dans un jeu de construction grandeur nature, et guidé(e)s dans un monde paisible aux façades entre ombre et lumière.

    Chat discret, peluche de l’enfance, affiche joyeuse… Une brise légère souffle dans nos cheveux et nous murmure : Trentemoult… Venise… Syracuse…

    Bon, souhaitons que, réellement (???), Trentemoult soit jumelée avec la délicieuse Burano… Oui, sans doute ?

    1. <3 <3

  2. Article parfait en ces temps grisaillant ! Je suis juste triste que derrière le lien de Burano on ne trouve pas des photos prises par toi !

    1. Je suis juste triste que derrière le lien de Burano on ne trouve pas des photos prises par toi !

      Héhé, quand je suis allée à Burano j’étais ado, et je n’avais pas encore d’appareil photo digne de ce nom. Mais retourner à Venise est dans mes plans, alors… à suivre :)

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents