Il y a trois trucs qui me mettent de bonne humeur en ce moment : le nouvel album de Tori Amos, prendre l’air en Bretagne, et les étoiles spéculoos de Bonne Maman.

J’en croise de temps en temps, des gens qui n’ont pas de passion. Quand on aborde ce douloureux sujet, ma première réaction est toujours la même : Comment est-ce possible ?! Ensuite, j’essaie poliment de passer mon chemin. C’est à la lumière de ce manque d’exaltation que je comprends mieux pourquoi certains plans sur la comète me font soulever des montagnes et délirer pendant des semaines, alors que la simple évocation de ce super projet ne provoque qu’un bâillement soutenu chez d’autres. Quel ennui…

Le pire, ce n’est pas ces gens-là qui manquent, qui d’imagination, qui de passion, et pour les plus malheureux d’entre eux, des deux. Le pire, ce sont les passionnés encore un peu timides qui se laissent décourager par ces gens-là. Chacun d’entre nous peut vivre la vie dont il rêve. Cela demande du travail et de l’obstination, mais je suis convaincue que c’est possible.

Fi aux pessimistes, aux rabats-joie, aux gens chiants, à ceux qui n’ont pas cette petite étincelle de malice dans les yeux. Nos lubies ne vous intéressent pas ; rassurez-vous, votre attitude consensuelle et toujours du côté du manche ne nous intéresse pas non plus.

À plusieurs reprises ai-je entendu des artistes dire : Do what you love. À propos d’un nouveau disque, par exemple : certains fans voudraient que leur groupe préféré refasse sempiternellement le même album, ce qui n’est ni possible ni souhaitable. À notre niveau, c’est pareil : nous n’avons aucun intérêt à faire et refaire toujours la même chose, ni à reproduire les mêmes situations, pis, à les nourrir. C’est valable aussi bien dans le domaine professionnel, que dans la sphère privée. On a souvent tendance à mettre de côté les choses qu’on rêve de faire, au fond, simplement parce qu’elles demandent plus de travail et d’efforts que ce qu’on a déjà, que ce à quoi on est habitué. Do what you love. Et tourne la page des souvenirs qui ne valent plus rien…

Comme le hasard fait bien les choses, l’énergie sur laquelle je surfe en ce moment trouve une résonance dans les maximes de Gala, dont le blog a toujours le chic pour me faire sourire.

Be kind and loyal.

Focus your gaze on what’s good and positive ; never dwell on the negative.

Never be afraid to ask what you really, really want.

Always trust your intuition, always.

Do more of what you love.

Ok, on va relire la dernière :

Do more of what you love.

Ouf. Ça va mieux !

Marie

10 commentaires

  1. Pour ce qui est de refaire sempiternellement le même album encore et encore, AC/DC nous prouve depuis 40 ans que c’est possible…

  2. Julien Martlet

    23 septembre 2011

    Plein de choses douloureusement vraies dans cette LoveList. Autant les mots que les images.

    Thanks!

  3. J’adore la dernière image, ca va si bien avec ton paragraphe de début <3 Te voilà de retour et en plus ce que tu dis fais du bien, vraiment. Moi ce qui m'insupporte encore plus que les gens sans passions c'est les gens négatifs qui comme tu dis, te décourage parce que toi tu as le malheur d'avoir plus de rêves qu'eux ou d'oser. Mais bon ca c'est une autre histoire. Restons positifs, les américains le font si bien en plus.

  4. Tout comme Ally, ton post m’a fait bcp de bien ! Merci !
    C’est une révolte que j’aurais voulu partager avec toi autour d’un rooibos ! les gens fades, ternes, sans passion, vade retro !
    Faites moi rêver, rêvons ensemble !
    Que serait la vie sans le grain de folie qui anime notre imaginaire ??? ah oui je sais : on finirait tous en légumes devant TF1.

  5. Tu souleve un point important en tout cas ce qui est sur c’est ici c’est a une vrai passioné a qui on as affaire et je ne peut que te remercier de continué a montre cette passion qui t’habite et la faire partager de ces manieres
    Sympa le retour de la fll c clair que ça m’avait manquer

  6. Wow, tout pleins de commentaires, merci à tous ! =^_^=

    @STPo : ah oui, c’est vrai. Peut-être un pari entre eux qui dure depuis tout ce temps ?

    @Julien : « Le beau est le premier degré du terrible » (Hölderlin) — je tire de cette maxime beaucoup d’inspiration.

    @Ally : c’est vrai que les personnes négatives qui tendent à décourager les autres (sans doute par frustration…) sont sans doute pire que les gens lisses qui n’ont pas de passion et se fichent comme d’une guigne de celles des autres. Être passionné-e est souvent un peu singulier, car ça veut dire qu’on est à fond sur un sujet précis, comme une lubie mais en permanent. C’est très émotionnel, très positif (bon, sauf si tu es fan de Björk et que tu lui fais parvenir un colis rempli d’acide sulfurique, on est d’accord), et certaines personnes profitent de la dimension émotionnelle du truc pour te faire croire que, cette force, n’est qu’une faiblesse, un truc de passage, que tu as passé l’âge, que ce n’est pas raisonnable, qu’est-ce que tu vas faire de ta vie, hein, et comment tu vas payer tes factures……… FU FU FU. « Bien faire et laisser braire. » ;-)

    @Kyranthia : OUAIS ! Vive la vie, vive les rêves et vive le rooibos (et les chats) ! On ne le dit pas assez !

    @Fooeleven : ça m’avait manqué aussi, en fait. Merci pour ta présence :)

  7. Mais que de vérités!

    Dans mon cas c’est plutôt les jaloux que je fuis comme la peste. Tous ceux qui sont jaloux que tu oses faire des choses qu’ils n’auront jamais le courage de faire. Parce que sortir de sa petite vie bien rangée ça fait peur, donc on se range à l’image que papa, maman et la société veut nous voir porter. En attendant moi je m’éclate avec mes passions et j’adooore voir leur tête envieuse.

    Pour ce qui est de la vie de couple, après 14 ans de vie de couple, on a toujours chacun nos passions respectives, on y tiens et on tiens à en découvrir de nouvelles. On les partages, on se fait découvrir de nouvelles choses, pas de monotonie, on évolue côte à côte. Pour les enfants je te dirai ça bientôt. En effet plus de responsabilités, mais je vois ça comme un nouveau monde qui s’ouvre à toi remplis de nouvelles découvertes. Après ça va aussi avec ton caractère, moi perso j’ai pas envie de me calmer parce que je suis enceinte, j’ai juste envie d’être moi-même ;o)

  8. Coucou toi :)

    Tu as tellement raison d’évoquer les jaloux comme autres indésirables… Autant d’ennemis potentiels des passionnés timides ou manquant de confiance en soi, qui peuvent s’arrêter à ce que ces individus leur disent — comme si, parfois, on accordait beaucoup plus d’importance à la remarque douteuse d’un jaloux ou d’une jalouse, plutôt qu’aux nombreux encouragements par ailleurs.

    Je suis passée par là… Avec le temps, j’ai fini par comprendre que le jaloux (qui peut virer au troll facilement) ne perdrait pas son temps à te pourrir si ce que tu faisais ne lui faisait pas un peu envie. Et, comme on dit, il vaut mieux faire envie que pitié ^^

    Avec le temps, j’ai fini par en rire, comme toi, de ces mauvaises têtes de cochonous, que je prends pourtant soin de pousser vers la sortie. Personne n’a besoin d’être entouré de gens tout le temps négatifs, qui n’ont envie de rien, à qui rien ne plaît, ou, pis, qui te cassent du sucre sur le dos et tentent de te décourager !

    Na !

  9. Always do what Batman says!
    Une Marie remontée à bloc qui nous prépare plein de choses?! :-p

  10. Tout à fait ! La fin de l’année sera explosive :D

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents