Yeah ! Je démarre une nouvelle rubrique : « La Tartine ». Régulièrement, une prise de chou, un trait d’humeur ou simplement une réflexion que je partage avec vous.

Cette fois-ci, j’ai cogité sur les blogs « féminins », et aussi sur le mien, du coup. Prêts pour la tartine ?

Désolée, cette image est vraiment trop pixellisée, mais je la trouvais vraiment trop super !

Mon blog et moi

Mon père a acheté notre premier modem quand j’étais en quatrième. Ce qui nous fait faire un saut dans le temps en l’an de grâce 1997, par là. Je me suis dès lors amourachée de la chose que l’on nomme Les Internets, et cet amour passionnel est toujours au beau fixe, 16 ans après.

Seize ans de pérégrinations sur le web, d’envoi et de lecture d’emails, de tchats en pagaille, de construction de sites, de rencontres, et, depuis quelques années, de lecture plus ou moins assidue de blogs… Maintenant que j’ai 30 ans, ça me fait bizarre de me dire que, bientôt, j’aurais passé plus de temps connectée que pas connectée ! (Est-ce donc cela que l’on appelle être digital native ?)

En 2000, j’ai créé mon premier site perso, qui s’appelait déjà La Lune Mauve mais qui ne ressemblait pas encore à ce que le site est aujourd’hui. C’était vraiment un site perso, où j’étais la seule à publier, et j’y publiais ce que mon moi adolescent-gothique-mal-à-la-vie avait appelé « les pensées d’outre-tombe ». Ah ! Ce fut une époque incroyable : elle m’a permis de rencontrer certaines des personnes qui font toujours partie de ma vie aujourd’hui, et m’a fait découvrir le plaisir d’écrire.

À l’époque, publier ses états d’âme sur Internet, ça ne se faisait pas. Hé oui, c’est tout bête, mais en 2000, les blogs, ça n’existait pas encore ! Mais il fallait bien que je m’exprime, alors j’avais inventé cette petite rubrique dans laquelle j’éditais mes fichiers HTML dès que j’avais un gros spleen à partager.

Les retours positifs que j’avais eus à l’époque m’ont donné envie de continuer à écrire, et de continuer à développer La Lune Mauve, qui est aujourd’hui un webzine culturel dont je suis fière. Et, il faut croire que mes petits textes d’alors ont touché suffisamment de lecteurs car, parfois, aux détours des rencontres de la vie, des gens m’en parlent encore ! Et cela me fait toujours sourire de savoir que ce que j’écrivais à 17 ans ait pu, à ce point, créer un souvenir dans le cœur de certains. Ça m’a touchée et m’a encouragée à continuer à partager mes émotions.

Bienvenue dans l'Internet.

Mon blog et moi, 13 ans plus tard

Aujourd’hui, j’ai 30 ans. La refonte de mon blog m’a amenée à m’interroger sur mes motivations pour bloguer. Je blogue depuis mes 17 ans, il va donc sans dire que mon projet de « partage » via l’écriture a quelque peu changé de forme et d’objectif.

Ce qui m’intéresse dans le fait de bloguer, c’est de partager mes passions, mes découvertes et, dans une moindre mesure, mes émotions avec vous. J’ai toujours été honnête sur le web (d’aucuns diraient même « un peu trop »), et je continue à l’être. J’ai juste appris à compartimenter davantage, et à mieux trier les sujets dignes d’intérêt. En gros : tout ce qui peut aider autrui – notamment les retours d’expérience – est digne d’intérêt. Tout ce qui est strictement personnel et descriptif ne l’est pas.

Forte de ce constat, j’ai remanié un peu les catégories de mon blog, j’ai mieux rangé mes billets, j’en ai supprimés des trop vieux qui ne présentaient plus aucune espèce d’intérêt, et je me suis enfin décidée à créer des rubriques récurrentes !

Vous connaissez déjà mes rubriques « Friday LoveList » et « Web Design Inspiration », qui vont devenir plus régulières : réjouissez-vous, car vous allez en découvrir de nouvelles (dont « La Tartine ») ! :-)

J’ai envie de partager avec vous encore plus d’images inspirantes, de photos qui font rêver, de designs web à tomber par terre, de bonnes adresses et d’astuces techniques, mais aussi, de temps en temps, comme aujourdhui, une réflexion qui me tient à cœur.

Je me suis même créé un petit planning de publication, pour éviter de laisser mon blog à l’abandon pendant des mois, comme cela m’arrive de temps en temps. C’est dire si je suis plus motivée que jamais à écrire un blog de QUALITAY ^_^\m/

Même lorsque l’inspiration et l’énergie me manqueront, je tâcherai de me forcer un peu, en me rappelant à quel point c’est chouette de lire vos commentaires et de faire encore plus de découvertes, sautant de lien en lien. MOTIVATION ! YAY !

L’épineuse question des blogs « féminins »

Ponies are for pussies.

Ce petit historique sur mon blog et moi me ramène à une réflexion que je mène sur les blogs en général, et sur les blogs « féminins » en particulier.

Je n’ai jamais considéré mon blog comme « féminin ».

Dans le fond, dire qu’un blog est « féminin », ça me pose problème. C’est comme de dire qu’un livre est « féminin », qu’un magazine est « féminin », ou qu’un métier est « féminin ». D’une manière générale, je fais partie de ceux qui trouvent que tout ce qu’on marque du sceau de la Féminité Officielle est suspect.

Dire qu’un blog est « féminin », au fond, ça n’a pas vraiment de sens, tout simplement parce que la notion de féminité est, en soi, très subjective. Évidemment, si on parle de la Féminité Officielle des Magazines Féminins, alors on se doute que dire d’un blog qu’il est « féminin » signifie que non seulement l’auteur est une femme, mais aussi que le blog couvre des sujets « officiellement féminins » : fringues, chaussures, couture, déco, beauté, cuisine, régime, enfants, etc.

Ce stéréotype sexiste est réducteur bien sûr pour les femmes – qui, doit-on vraiment le rappeler, sont à des années lumière de se reconnaître toutes dedans –, mais aussi pour les hommes qui pourraient avoir envie de bloguer sur tel ou tel sujet considéré comme « typiquement féminin » mais ne le font pas parce qu’ils redoutent d’être traités de noms peu agréables.

(Le terme « sexisme ») a pour vocation de dénoncer les croyances, valeurs et attitudes fondées sur des modèles stéréotypés et intériorisés, bref, la construction genrée de la société. Le sexisme divise les rôles, habiletés, intérêts et comportements selon le sexe. Les effets principaux sont la discrimination envers l’un des sexe et l’aliénation des deux sexes.

Le web n’échappe pas au sexisme. Hellocoton est un site qui a pour objectif de réunir « la fine fleur des blogs féminins ». J’y ai moi-même un compte, qui ne m’a jamais servi à grand chose, d’ailleurs.

À l’heure où je rédige ces lignes, le 5 février 2013, voici à quoi ressemble la page d’accueil du site :

La home d'Hellocoton

En gros titres : épilation, cuisine, mode et bébé, DIY, fausse fourrure, soupes, crèpes, gros pulls et quand même un chouïa de cinéma et de voyage hein parce qu’on n’est pas des dindes…

En haut du site, des liens permettant de passer vers les sites partenaires d’Hellocoton : Femme actuelle, Cuisine actuelle, Enfant.com, et autre maTVpratique ! Un bien beau programme culturel en somme.

Pour couronner le tout, les partenaires d’Hellocoton me proposent de gagner au choix un soin du visage, une nuisette rose, des produits Avène ou bien, quand même, un livre de poche (laissez-moi deviner : Fifty shades of grey ? Un roman Harlequin ?).

Fut une époque où je fréquentais un peu Hellocoton, toujours avide de découvrir des blogs de qualité. Mais je me suis vite lassée de ce marketing-là, dont je ne dois pas être la cible. J’aspire à quelque chose de plus original que ça ! Et puis, mes blogs préférés, je les ai souvent découverts par le bouche à oreille, ou grâce à d’autres blogs de qualité, mais rarement grâce à ce genre d’annuaire.

J’allais m’énerver, et puis en fait, j’ai décidé que non

Normalement, là, vous auriez dû lire une grosse tartine sur le stéréotype sexiste que certains des blogs « féminins » perpétuent, souvent à leur insu. J’avais écrit un paquet, bien remontée. Mais plus j’écrivais, moins j’étais satisfaite de la tournure négative que prenait la tartine. J’ai donc tout laissé en plan, et je suis partie me changer les idées à Londres. Et j’ai bien fait, car décrocher du web m’a fait un bien fou ! Sérieusement, quand on bosse dans le web, un décrochage régulier devrait être remboursé par la Sécu.

À mon retour, donc, j’ai réalisé que le problème ne se situait pas vraiment où je le croyais. Si des femmes ont envie de bloguer sur la cuisine, sur la maison, sur la couture, sur leurs bébés, sur la beauté, etc., ce n’est pas ça le problème. Elles le font, et elles ont bien raison. Si des hommes ont envie de bloguer sur les mêmes sujets, il faut qu’ils le fassent aussi, avec la même liberté.

Si j’affirmais publiquement que certains sujets sont moins légitimes que d’autres en matière de blogging sous prétexte qu’ils sont traditionnellement considérés comme « féminins », je commettrais une erreur. Chacun(e) est bien libre d’écrire et de lire ce qu’il veut. Par chance, il y a assez de blogs sur le web pour trouver son bonheur !

Ce qui m’ennuie, c’est la façon récurrente dont certains sujets « traditionnellement féminins » sont abordés. On peut tout à fait parler d’un sujet « traditionnellement féminin » de manière originale et pas cliché, dès lors qu’on a de l’imagination et de la personnalité.

Il appartient à chacun(e) d’entre nous de briser nos habitudes sexistes. Cela passe par des réflexes à gommer, par des expressions rassies à reléguer au placard, par des réflexions sexistes à ne plus faire, mais aussi par une plus grande rigueur apportée à ce que nous publions sur le web.

« Les paroles s’envolent, les écrits restent » : certaines personnes que j’estime beaucoup professionnellement sont descendues brutalement de leur piédestal à cause de tweets sexistes. Se permettrait-on le même type de remarque, mais dans un registre raciste ? Sans doute pas.

Le mot de la fin de la tartine

J’ai un peu digressé, mais il n’y a pas vraiment de morale à ce billet.

Mon blog entre dans sa septième année, et j’ai envie de continuer à écrire des billets de qualité, qui sortent un peu de l’ordinaire, qui soient lus et appréciés. Maintenant que j’ai une vie professionnelle épanouie, j’aurais pu choisir de tenir un blog purement technique, de fermer à tout jamais la porte de mon univers personnel, et de me barricader derrière une identité numérique froide et passe-partout. J’ai fait un choix différent, parce que je ne suis ni froide, ni passe-partout ! Et jusqu’à présent, j’en suis très contente, car mon blog m’a permis de faire des rencontres géniales, non seulement personnellement mais aussi professionnellement.

Par ailleurs, je voudrais vous parler davantage des blogs originaux que je lis, qui sortent des sentiers battus, en particulier de ceux qui ne nourrissent aucun stéréotype genré. Sur la nouvelle version de mon site, il y aura une belle page de liens avec tous mes sites préférés, en partie pour ça, et puis parce que moi j’ai toujours aimé les pages de liens, même si ce n’est plus à la mode ! #OldGeekIsOld

Mon objectif est de continuer à partager des ondes positives, de belles images et des adresses de qualité !

Cette première tartine est un peu décousue… Merci de l’avoir lue jusqu’au bout ! ^_^*

Marie

8 commentaires

  1. d’aucuns diraient même « un peu trop »

    Entre l’hypocrisie et l’ignorance ou l’honnêteté et le partage, selon moi tu as fais un choix qui à ton égard est uniquement flatteur.

    Bon courage pour la continuité de ton blog ;)

    1. Merci !

  2. Mmmm quelle bonne première tartine!

    « Ce qui m’ennuie, c’est la façon récurrente dont certains sujets « traditionnellement féminins » sont abordés. »

    J’en ai fait l’amer découverte lors de ma grossesse et j’ai très vite abandonné l’idée de trouver un blog sympa qui sorte du « docteur j’ai mal là ça veut dire quoi? », « Comment être une bonne maman » ou « Mon fils refuse de manger de la banane est-il normal? ». C’est un peu navrant pour moi , mais comme tu dis je comprends que certaines personnes aient besoin de ça. Toujours est-il que si un blog de maman original existe je suis preneuse.

    1. Curieusement ça ne m’étonne pas ! >_>

  3. Je viens de découvrir ton blog, et j’apprécie vraiment ce que j’y lit. 13 ans de blogging, c’est incroyable !

    Au plaisir de te lire.

    1. Merci beaucoup, ça me fait bien plaisir ! :) Ravie de t’accueillir par ici !

  4. Aleks Crément

    17 mars 2013

    Salut Marie! Je te laisse un commentaire pour te dire à quel point j’aime ton webzine culturel, et ton blog! J’ai pourtant l’impression d’avoir fouillé les moindres recoins d’internet et j’avais le sentiment que je ne tomberais plus jamais sur des blogs comme tien! Je m’étais trompée et ça a fameusement embelli ma journée!

    Je suis tout à fait d’accord avec l’entièreté de ce que tu expliques dans cet article! J’admire ton courage de t’être lancée dans la confection d’un site web si jeune sans les aides tutorielles qu’on lui connaît aujourd’hui qui ont dû rendre la tâche particulièrement difficile.

    Pour ce qui est d’Hellocoton,c’est un site que j’exècre, et comme tu le soulignes très bien, en vagabondant un peu dessus de temps à autres en me disant que j’y ferais peut-être des découvertes intéressantes et que je devrais revoir mon jugement sur les valeurs véhiculées par ce site, ce ne fût malheureusement jamais le cas. Toute cette auto-promotion, cette course à la publicité,aux partenaires et aux abonnées par n’importe quel moyen me rend complètement malade.

    Pour ce qui est de mon propre blog, je me suis imposée cette règle il y a bien longtemps pour m’éviter de sombrer dans le superficiel et le grand n’importe quoi : « Assure-toi que ce que tu écris puisse être intéressant pour les deux sexes ». Alors bien sûr, de temps en temps, je divague sur des sujets typiquement féminins (on ne se refait pas n’est-ce pas!), mais j’essaie que cette marge ne dépasse pas les 10% de mon contenu.

    Bref, j’arrête de m’étaler!

    A bientôt!

    1. Salut Aleks, bienvenue par ici et merci pour ton commentaires :)

      J’admire ton courage de t’être lancée dans la confection d’un site web si jeune sans les aides tutorielles qu’on lui connaît aujourd’hui qui ont dû rendre la tâche particulièrement difficile.

      Il faut dire qu’à l’époque on ne faisait pas des sites aussi complexes qu’aujourd’hui, pour la bonne raison que les technos n’étaient pas aussi abouties qu’aujourd’hui (et que les usages n’étaient pas les mêmes).

      Pour ce qui est de mon propre blog, je me suis imposée cette règle il y a bien longtemps pour m’éviter de sombrer dans le superficiel et le grand n’importe quoi : « Assure-toi que ce que tu écris puisse être intéressant pour les deux sexes ». Alors bien sûr, de temps en temps, je divague sur des sujets typiquement féminins (on ne se refait pas n’est-ce pas!), mais j’essaie que cette marge ne dépasse pas les 10% de mon contenu.

      Intéressante, cette philosophie :-)

      À bientôt !

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents