Ce mardi avait plutôt mal commencé : le petit déjeuner servi par notre hôtel était infect.

Café imbuvable, thé à peu près pareil, céréales goût eau de Javel… Sans parler de la salle où nous petit-déjeunions, abîmée et malaisante.

Celle-ci donnait sur un petit jardin, ce qui aurait pu contribuer à améliorer l’atmosphère ; hélas, un panneau affiché sur le mur nous invitait à ne surtout pas ouvrir la porte-fenêtre qui y donnait accès, pour ne pas laisser entrer… les rats. Bref, bonne ambiance !

Bon, au moins, la vue depuis notre étage était plutôt sympathique, et le matelas plutôt douillet. Cela faisait presque oublier la forte odeur du produit anti bed bugs qui régnait dans notre chambre…

Sortis de là, nous nous sommes rués dans le premier coffee shop situé sur notre trajet : en l’occurrence ce fut Caffè Nero, dont nous raffolons. Leur chai latte est divin, et leurs pâtisseries sont généralement très bonnes aussi (mention spéciale à leur croissant aux amandes, très différent de ceux qu’on trouve en France).

Nos gobelets bleus à la main, direction le Brompton Cemetery, notre première destination de la journée. (Hé oui, toujours pas lassée de passer du temps dans les cimetières, que voulez-vous !)

Brompton Cemetery

Le Brompton Cemetery fait partie des « Magnificent Seven », les sept plus beaux cimetières de Londres et de ses environs.

Ayant déjà visité Highgate (le plus célèbre), Nunhead et Kensal Green, il était logique d’y poursuivre notre exploration cémétériale londonienne. Le Brompton Cemetery est en effet situé à 10 minutes à pied d’Earl’s Court, le quartier où nous résidons quand nous visitons Londres.

J’avais d’autant plus envie de découvrir ce cimetière que Charlie en avait parlé sur son blog quelques semaines avant notre départ. Ses photos d’écureuils avaient nourri en moi l’espoir d’apercevoir ces petits animaux et de pouvoir en photographier. Par chance, ils ne se sont pas fait prier ! 

Miiih ! ♥︎
Miiih ! ♥︎
Plumeau représente
Plumeau représente

Chacun des Magnificent Seven a une atmosphère bien à lui. Aussi, nulle sensation de déjà-vu au Brompton Cemetery, qui est pour l’instant la nécropole la plus champêtre et la plus feuillue que nous ayons visitée à Londres.

Un détail
Un détail qui m’a fait penser à Nimwendil.

La végétation est bien partie pour tout recouvrir. D’ailleurs, Brompton Cemetery n’est pas seulement un cimetière, mais également un parc où sont installés de nombreux bancs, et où il n’est pas rare de croiser des cyclistes ou des personnes pratiquant le tai chi.

Malgré cela, nous étions bien tranquilles, acompagnés par le seul coassement des corbeaux.

Le Brompton Cemetery est un bien bel endroit, à l’abri du bruit et de la fureur de la ville, idéal pour se ressourcer, méditer ou rêvasser en sirotant une boisson chaude. Cette promenade contemplative était une très bonne façon de commencer la journée en douceur.

Pour poursuivre la promenade, découvrez toutes mes photos du Brompton Cemetery dans ma galerie flickR.

The Spirit Collection au Natural History Museum

À 11 h 30, nous avions rendez-vous au Natural History Museum (musée d’histoire naturelle), que nous avons déjà visité à plusieurs reprises.

Cette fois-ci, j’avais réservé deux places pour visiter les coulisses du musée, dénommées la Spirit Collection (littéralement « la collection des spiritueux », ou plutôt, « la collection des bestioles mortes conservées dans des spiritueux »).

Pourquoi conserver tous ces spécimens dans de l’alcool, et pas dans du formol ? Parce que cela permet de conserver intact l’ADN des spécimens, mais aussi parce que c’est beaucoup moins cher : la Spirit Collection contenant à elle seule 20 millions de spécimens (le musée quant à lui en contient, en tout, 80 millions !), on devine l’impact financier d’une telle décision.

Nous n’étions que quatre visiteurs à faire la visite à ce moment-là, ce qui était très confortable et nous a permis de bien sympathiser avec notre guide.

Alors que je l’écoutais parler du cookie cutter shark (le « squalelet féroce » en français), un requin qui a une vraie tête de p’tit con et qui a tendance à découper des trous de la taille de cookies dans la carrosserie des sous-marins, j’ai réalisé soudain que cela ne me demandait aucun effort pour comprendre ce qu’il nous racontait, et que mon niveau de compréhension de l’anglais à l’oral a dramatiquement progressé.

Parmi les concepts qui m’ont bien parlé, le concept d’holotype m’a fait un effet bœuf : il s’agit d’un exemplaire représentatif d’une espèce biologique, qui a été utilisé lorsque cette espèce a été décrite scientifiquement pour la première fois. Un holotype est donc unique au monde, mais s’il est détruit ou endommagé, il est alors remplacé par un lectotype ou par un néotype. La Spirit Collection contient plusieurs holotypes découverts par Charles Darwin himself.

C’était assez troublant de traverser les laboratoires des scientifiques qui travaillent au Museum : j’ai eu l’impression de me rapprocher de quelque chose d’éminemment précieux, immense et fragile. L’impression d’être un fantôme qui traverse de manière fugace l’endroit où les choses se font.

Un fœtus de beluga
Un fœtus de beluga datant de 1936.

Le spécimen le plus impressionnant de la Spirit Collection est sans conteste Archie, une pieuvre de géante de plus de 8 mètres de longueur.

Étant donné sa taille, son bocal a été fabriqué sur mesure, par la même équipe que celle qui construit ceux utilisés par Damien Hirst.

J’ai immédiatement ressenti de l’empathie pour cette créature. Dans ma tête, deux mondes irréconciliables s’affrontaient : le kraken féroce de Vingt mille lieues sous les mers, créature fantastique héritée du folklore scandinave, vs. la dépouille de la pauvre Archie (oui, c’était une femelle), conservée à perpétuité dans cet aquarium jaunâtre. J’ai éprouvé de la tristesse, mais aussi de la fascination – alors que c’était justement la curiosité de voir d’Archie de mes propres yeux qui avait motivé cette visite.

C’est par accident que ce spécimen d’Architeuthis dux (à ne pas confondre avec le Mesonychoteuthis hamiltoni ^^) a été repêché près des Îles Malouines, à plus de 220 mètres de profondeur, alors que son habitat naturel se trouve normalement à 600 ou 800 mètres.

La probabilité de voir ces créatures attaquer les embarcations humaines relève donc du pur fantasme : en effet, l’organisme de ces calmars géants est conçu pour résister à la pression très élevée régnant dans les fonds marins, mais finit par mourir lorsqu’ils sont ramenés près de la surface.

Âmes sensibles s’abstenir : la courte vidéo ci-dessous montre les scientifiques du Natural History Museum récupérer le spécimen, l’analyser et le mettre dans son bocal.

Bref, la visite de la Spirit Collection est une véritable merveille, que je recommande vivement à tou·te·s les mordu·e·s de zoologie, de biologie et de bizarre. Elle coûte £10 par personne, et se réserve en ligne, à l’avance.

L’anecdote qui ne sert à rien : on aperçoit Archie et la Spirit Collection dans deux plans très brefs du film La Momie, avec Tom Cruise. 🙄

Pause déj’

Après cette matinée fabuleuse, direction Byron pour reprendre des forces.

Fut une époque où Byron était mon choix numéro un pour manger des burgers à Londres ; j’avoue que désormais, ma préférence va à Gourmet Burger Kitchen et à Five Guys (enseigne américaine).

Mais bon, mon burger veggie chez Byron était pas mal quand même.

Sir John Soane’s Museum

J’ai ensuite continué seule ma route dans Londres, direction le Sir John Soane’s Museum, que je voulais visiter depuis longtemps.

La description que j’en avais lue dans le fantastique petit livre Londres insolite et secrète m’avait mis l’eau à la bouche : il était question d’antiquités, de dessins et curiosités. Le programme idéal, en somme !

Sir John Soane's Museum
Sir John Soane's Museum.
Photographie par KotomiCreations, licence CC BY-NC 2.0.

À peine arrivée devant les grilles du musée, un vigile a fouillé mon sac à dos, m’a expliqué que je devais laisser celui-ci à l’accueil, et qu’en plus, les photos étaient interdites à l’intérieur du musée.

Comment dire ? Tout cela m’a incroyablement contrariée : je trouve toujours humiliant de devoir me débarrasser de mon sac à dos le temps d’une visite, alors que des tas de gens ont le droit de se balader avec leur sac à main. Et puis le fait de ne pas être autorisée à prendre des photos m’a mise de fort mauvaise humeur.

Résultat des courses : j’ai visité le Sir John Soane’s Museum en 30 minutes chrono, en mode ultra vénère et pas intéressée. Ma visite était d’autant plus désagréable qu’avaient lieu deux visites guidées en même temps, or le musée est tellement étroit qu’on se marchait dessus sans arrêt. Bref, impossible d’être tranquille. Worst museum experience ever.

Papeterie et cupcake

Bien déçue par ce fail muséal, je suis allée trouver du réconfort dans ma papeterie-préférée-pour-la-vie, j’ai nommé Paperchase, puis chez Flying Tiger, toutes deux situées sur Tottenham Court Road.

Mais ce qui m’a apaisée pour de bon, ce fut ce délicieux red velvet cupcake de chez Hummingbird Bakery. Je n’en ai, à ce jour, jamais mangés de meilleurs. Ils sont gros, frais, et extrêmement moelleux ! (◍•ᴗ•◍)❤

Sur ce délicieux souvenir, je vous dis à la prochaine ! 🇬🇧

Déjà 13 commentaires

  1. Le Brompton Cemetery <3 En même temps un endroit calme avec des écureuils (peu de temps après mon billet c'est amusant ^^) je ne pouvais qu'adorer.

    Je n'ai pas encore fait le museum d'histoire nat', mais il a l'air vraiment impressionnant !

    Toujours un plaisir de suivre ton escapade avec ces bons et moins bons moments :)

    Répondre

    1. Merci Mealin ! Il y a de grandes chances que le musée d’histoire naturelle te plaise ;-)

      Répondre

  2. Ah comme ça fait du bien de m’accorder 5 minutes de pause pour me plonger dans ton blog. Coucou Mealin qui m’a précédée ici :)

    Bon, je suis épatée : comment on arrive à visiter un cimetière et suivre une visite guidée du Museum d’histoire naturelle en UNE matinée ? T’as trouvé un retourneur de temps où quoi ? Je te charrie, mais je suis vraiment impressionnée (ça me replonge dans mes propres escapades londoniennes, cette course effrénée pour me rassasier de tout en seulement quelques heures).

    T’entendre parler de cimetière me rappelle que mon billet sur Highgate traîne toujours dans mes brouillons, la honte. Je crois que la prochaine fois que je vais à Londres, je suis tes pas dans les autres cimetières.

    Impressionnée par ta visite de la collection de spécimens dans du formol. J’ignorais qu’on pouvait suivre de telles visites dans ce musée, je note ça dans un coin de ma tête. J’imagine que tu le sais, mais on peut faire des visites similaires au Museum à Paris, ça te plairait beaucoup si tu ne les as pas déjà testé. Si un jour tu passes par Rouen, ne manque pas non plus son Museum, resté dans son jus XIXe :p

    Je découvre ce qu’est un holotype, passionnant, merci pour ça :)

    Bravo pour ton niveau d’anglais, je t’admire, j’aimerai pouvoir dire de même ! Tiens d’ailleurs, tu ne crois pas que ton niveau a radicalement progressé plutôt que dramatiquement ;)

    Je suis triste que tu n’aies pas pu profiter de ta visite du Soane Museum, c’est mon lieu préféré à Londres. J’avais même fait un billet dessus sur mon blog, il y a longtemps. J’adore l’atmosphère, et justement, le fait que les photos y soient interdites (paradoxalement) car ça m’a libéré de la tentation de mitrailler et je me suis laisser tomber dans la rêverie pendant ma visite. D’ailleurs, j’ai fait le choix d’illustrer mon billet de blog uniquement de gravures et non de photos pour préserver l’effet de surprise pour mes lecteurs qui s’y rendraient. Mais je comprends bien ta frustration, car je la partage un peu aussi.
    J’espère que tu n’y as pas manqué le cabinet des peintures, au rez-de-chaussée, y’a un mécanisme surprenant qui est révélé par un gardien (peut-être une des deux visites guidées que tu as croisé, même si, dans ce cas précis, ça n’est pas une visite guidée, mais une démo qui a lieu toutes les vingt minutes).

    Hâte de lire la suite de ton séjour Londonien (tu me donnes le courage d’écrire le mien qui date de … mars dernier !)

    Répondre

    1. Ah Joh, merci pour ton commentaire tartinesque, ça m’avait manqué ! ♥︎

      Bon, je suis épatée : comment on arrive à visiter un cimetière et suivre une visite guidée du Museum d’histoire naturelle en UNE matinée ? T’as trouvé un retourneur de temps où quoi ? Je te charrie, mais je suis vraiment impressionnée (ça me replonge dans mes propres escapades londoniennes, cette course effrénée pour me rassasier de tout en seulement quelques heures).

      Ouais c’est vrai que ça a fait beaucoup ! Comme la visite du musée n’était qu’à 11 h 30 (il n’y avait pas de créneau plus tôt), cela nous laissait une bonne partie de la matinée pour faire autre chose. Au départ je trouvais ce créneau de 11 h 30 pas super pratique, au final c’était chouette car ça nous a permis de démarrer la journée en douceur au cimetière… On est sortis du musée vers 12 h 30, timing idéal pour aller déjeuner avant d’embrayer l’aprèm.

      T’entendre parler de cimetière me rappelle que mon billet sur Highgate traîne toujours dans mes brouillons, la honte. Je crois que la prochaine fois que je vais à Londres, je suis tes pas dans les autres cimetières.

      Vivement ton billet ! Et, oui, niveau cimetières, y’a de quoi faire à Londres ! Je n’en suis toujours pas venue à bout, même après ma huitième visite…

      Impressionnée par ta visite de la collection de spécimens dans du formol. J’ignorais qu’on pouvait suivre de telles visites dans ce musée, je note ça dans un coin de ma tête. J’imagine que tu le sais, mais on peut faire des visites similaires au Museum à Paris, ça te plairait beaucoup si tu ne les as pas déjà testé. Si un jour tu passes par Rouen, ne manque pas non plus son Museum, resté dans son jus XIXe :p

      Non, je ne savais pas ! Tu fais bien de m’en parler, je vais me renseigner ! Merci :)

      Bravo pour ton niveau d’anglais, je t’admire, j’aimerai pouvoir dire de même ! Tiens d’ailleurs, tu ne crois pas que ton niveau a radicalement progressé plutôt que dramatiquement ;)

      Tu veux dire que plus je parle anglais, moins je parle bien français ? hihi

      Je suis triste que tu n’aies pas pu profiter de ta visite du Soane Museum, c’est mon lieu préféré à Londres. J’avais même fait un billet dessus sur mon blog, il y a longtemps. J’adore l’atmosphère, et justement, le fait que les photos y soient interdites (paradoxalement) car ça m’a libéré de la tentation de mitrailler et je me suis laisser tomber dans la rêverie pendant ma visite. D’ailleurs, j’ai fait le choix d’illustrer mon billet de blog uniquement de gravures et non de photos pour préserver l’effet de surprise pour mes lecteurs qui s’y rendraient.

      En lisant ce passage de ton commentaire, je me suis rendue compte à quel point j’ai manqué d’imagination sur le coup. Oui, j’aurais très bien pu profiter de ma visite, qui pour une fois ne serait pas parasitée par la technologie. Mais je tenais tellement à partager mes découvertes sur La Lune Mauve à l’aide de photos, et je suis tellement habituée à ce qu’on puisse prendre des photos dans les musées de Londres, que ça plus mon sac au vestiaire, je sais pas, je l’avais mauvaise. Je ne peux pas m’empêcher de repenser une fois encore à ce billet d’Aleks, où elle explique qu’en se rendant à un concert, elle s’est rendue compte qu’elle avait oublié la carte mémoire de son appareil, ce qui l’empêchait de prendre des photos : cela a totalement ruiné sa soirée, alors qu’au fond, elle aurait pu se libérer mentalement de ça et en profiter à blinde (ce qu’elle a décidé de faire, radicalement, par la suite, en ne prenant plus de photos du tout…). J’ai vécu un truc similaire au Soane Museum, et c’était naze.

      J’espère que tu n’y as pas manqué le cabinet des peintures, au rez-de-chaussée, y’a un mécanisme surprenant qui est révélé par un gardien (peut-être une des deux visites guidées que tu as croisé, même si, dans ce cas précis, ça n’est pas une visite guidée, mais une démo qui a lieu toutes les vingt minutes).

      Ah si j’ai totalement raté ça… Bon, je crois que de toute façon, il faudra que j’y retourne après avoir lu ton billet, pour rattraper le coup, et revenir sur cette première expérience foirée.

      Hâte de lire la suite de ton séjour Londonien (tu me donnes le courage d’écrire le mien qui date de … mars dernier !)

      Je comprends, pour moi c’est pareil tu sais, j’ai énormément de billets « escapades » en retard, mais je sais que j’en parlerai un jour ou l’autre. Pas de pression, tout vient à point à qui sait attendre !

      Répondre

  3. Salut, super tes info quand on veut préparer un voyage rapide. Par contre c’était quoi le nom de l’hôtel nul pour que je n’y aille pas?

    Répondre

    1. Salut David ! Je te réponds par email.

      Répondre

  4. J’ai adoré ce billet : cimetière et muséum d’histoire naturelle, que demander de plus ? ;)

    Répondre

    1. Ravie que cela t’ait plu ! ^.^ Merci pour ton petit mot !

      Répondre

  5. Aaah, super contente que tu aies apprécié ton passage par le Brompton Cemetery, et que les écureuils se soient prêtés au jeu des photos ! C’est vraiment un endroit à part. J’attends une journée ensoleillée d’automne pour aller découvrir Highgate, depuis le temps. :-)

    Ta visite au Musée d’Histoire Naturelle avait l’air très intéressante, on ne se doute pas de tout ce qui peut se cacher dans les dédales de ce musée ! Et son architecture *o* Parfois, quand je suis dans le quartier et qu’il n’y a pas trop de monde, j’y rentre quelques minutes pour admirer quelques galleries et le grand hall, avant de ressortir 20 minutes plus tard. L’un de mes petits plaisirs !

    On m’avait survendu Byron comme l’endroit où je mangerai le meilleur burger de ma vie, résultat j’ai été limite presque déçue de mon burger certes très bon, mais pas l’orgasme culinaire que me prédisaient certains. Tant pis. ^^ Et longue vie à Paperchase, j’y achète toutes les cartes que j’envoie, et adore perdre du temps dans ses rayonnages !

    Répondre

    1. Merci encore pour ton billet à propos du Brompton Cemetery, on te doit une belle promenade ! C’est fou en plus, c’était juste à côté de notre quartier de prédilection depuis tout ce temps, on aurait pu le découvrir il y a des années, mais non… Comme quoi parfois on ignore les trésors qui se trouvent juste sous notre nez – ça me fait pas mal cogiter.

      Je pense que tu vas te régaler à Highgate !

      Ta visite au Musée d’Histoire Naturelle avait l’air très intéressante, on ne se doute pas de tout ce qui peut se cacher dans les dédales de ce musée ! Et son architecture *o* Parfois, quand je suis dans le quartier et qu’il n’y a pas trop de monde, j’y rentre quelques minutes pour admirer quelques galleries et le grand hall, avant de ressortir 20 minutes plus tard. L’un de mes petits plaisirs !

      Han la chance ! C’est clair que c’est si accueillant en plus, décidément le fait que les musées soient gratuits à Londres m’épatera toujours !

      On m’avait survendu Byron comme l’endroit où je mangerai le meilleur burger de ma vie, résultat j’ai été limite presque déçue de mon burger certes très bon, mais pas l’orgasme culinaire que me prédisaient certains. Tant pis. ^^

      Quand j’ai découvert Byron il y a quelques années, ça me semblait effectivement ouf ; aujourd’hui je crois que je connais tellement d’excellents burgers que les leurs ne tiennent plus la comparaison… Faut dire, les restaus à burgers se sont énormément développés, y’a que ça partout, et maintenant que j’ai goûté aux burgers veggie et véganes, la concurrence est encore plus rude ^^

      Et longue vie à Paperchase, j’y achète toutes les cartes que j’envoie, et adore perdre du temps dans ses rayonnages !

      Copine ! :D

      Répondre

  6. Salut!
    Ton billet tombe à pic! Je pars à Londres dans 15 jours et je commence à repérer les trucs que je veux voir ( c’est vrai que le bouquin de  » Londres insolite et secrète » est vraiment bien pour ça). En lisant ton article, j’hésite entre aller au soane museum le matin pour fuir la foule ou alors faire la kamikaze et y aller en soirée pour le visiter à la lueur des bougies ( en tout cas, je serai préparée psychologiquement à ne pas y prendre de photos, la détox technologique sera moins rude!). Si ma visite est aussi pourrie que la tienne, j’irai me consoler avec un burger, la bouffe c’est une valeur sûre!
    Bisous!

    Répondre

    1. C’est vrai que la visite à la lueur des chandelles ça doit être une sacrée expérience ! Si tu vas au Soane’s Museum, ne manque pas le cabinet de peinture dont parle Peccadille dans son commentaire. J’ai totalement loupé ça, et je m’en veux. Ne fais pas la même erreur que moi ! :-D

      Je ne suis pas sûre que j’aurai publié d’autres billets sur Londres d’ici 15 jours, alors je te recommande d’ores et déjà d’aller visiter le Viktor Wynd Museum of Curiosities : si tu aimes la taxidermie et les trucs franchement chelous, tu ne le regretteras pas. J’en parlerai bientôt sur La Lune Mauve.

      En tout cas, have fun in London ! :)

      Répondre

      1. Il était sur ma liste! Comme tu me confirmes que ça vaut le coup, alors j’y passerai! Merci du conseil!

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents