Manque flagrant d’inspiration…

Alors j’ai fait un tour sur Instagram, lu la liste des thèmes du Mabs­Drawllo­ween­Club2018 et, pour une raison que j’ignore, c’est la créature des marais qui m’a parlé.

Dessin automatique sur un bout de carton qui traîne, du crayon blanc et du corail, et puis voilà, hop !

Bon Samain à celles et ceux qui font quelque chose de spécial à cette occasion ! J’aime l’idée qu’une porte menant à un Autre Monde s’ouvre en ce moment…

Nadine Cretin relate une croyance bretonne qui aurait duré jusqu’au début du XXe siècle, où les âmes des morts revenaient la nuit à la veille de la Toussaint et lors des nuits de solstice. Avant d’aller se coucher, on leur laissait de la nourriture sur la table et une bûche allumée dans la cheminée pour qu’ils puissent se chauffer. Cette croyance, qui n’est pas chrétienne, serait une survivance de la fête de Samain.
Samain – Continuité en Bretagne, Wikipédia

Revue de web

Planète : Pour sauver la planète, mangez 90% de viande en moins. Et, pour compléter, ce thread Twitter (en anglais).

Corps : Pourquoi déteste-t-on les femmes poilues ? (Et pas les hommes poilus.) Pour poursuivre la réflexion suite à mon article à propos de Beauté fatale de Mona Chollet.

Handicap : Handicapés, haut et fort, une série documentaire en trois épisodes de quatre minutes chacun, diffusée sur Arte à laquelle le CLHEE (Collectif Luttes et Handicaps pour l’Égalité et l’Émancipation) a participé. Le premier épisode s’interroge sur la remise en cause des normes corporelles.

On va faire un tour ? Les plus belles plages des Shetland en Écosse.

Langue : L’écriture inclusive : parlons faits et science. On a pas mal parlé de l’écriture inclusive dans les médias. Malheureusement, le débat a été avant tout dominé par les caricatures, plutôt que par la science, totalement éclipsée. Il est grand temps de creuser les faits et les données scientifiques.

Mioum : une recette de mini roulés véganes à la cannelle et aux épices. Et si, comme moi, vous adorez la cannelle (désolée les Lorrain·ne·s), cette recette a également l’air super bonne : Easy Cinnamon Baked Apples (via Bloui).

Histoire : Un historien au Puy du Fou. En 1994, Michel Vovelle racontait la propagande réactionnaire véhiculée par la grandiose reconstitution du passé de la Vendée, mise en scène par Philippe de Villiers. (Via Juliette.)

Trésors : des années plus tard, Macabre Gadgets continue à concevoir des bijoux proprement extraordinaires. L’utilisation d’une moretta dans leur lookbook m’a, en plus, rendue toute chose…

Art : Anvers et Bruxelles comme vous ne les avez jamais vues (en italien). Magnifiques photos qui me donnent envie de retourner me promener en Belgique !

Eye candy : cette photo de Marilyn Manson par Lionel Deluy. Et celle-ci. Et celle-là aussi. (Via MarilynManson.fr)

Numérique : « Pour les familles modestes, le mail est un instrument de torture ». Entretien avec la sociologue Dominique Pasquier, qui a enquêté sur les pratiques d’Internet qu’ont les femmes françaises des classes populaires. (Via Diane.)

Arts : je découvre l’existence du Festival Imago, Art et Handicap, qui a lieu actuellement en région parisienne et dure jusqu’au 18 décembre 2018.

Données personnelles : Qu’est ce que l’intimité numérique et pourquoi la protéger ? Pour bien comprendre les débats sur la protection des données personnelles, faites-vous une faveur et lisez ce billet !

Écologie : Réduire ses déchets (et ses dépenses) : guide ultra-simple pour remplacer ses objets jetables par leur version réutilisable.

Constergacement : Ariane, 36 ans, et sa meilleure vie. (Alias : les success stories post-burn out nous gonflent.)

Art : Mort d’Helena Almeida, artiste hors cadre. (Via Deuxième Page.)

Mieux-être : The lost art of concentration: being distracted in a digital world. By adopting an always-on, anywhere, anytime, any place behaviour, we exist in a constant state of alertness that scans the world but never really gives our full attention to anything. (Via Candice.)

Bibliophilie : une grande braderie de livres de design, de graphisme et d’art, ça vous dit ? Ça se passera à Paris le samedi 11 novembre.

Marche : Caroline raconte son expérience d’aventurière solitaire dans le billet Voyage au féminin singulier.

Londres : zut, j’ai complètement oublié de vous parler du London Month of the Dead qui a eu lieu tout au long du mois d’octobre ! Désolée… 

Feeling feelings : You Don’t Owe Anyone An Interaction. Trying to manage other people’s emotions while tuning out your own is exhausting. It harms your health and your relationships. (Via Swiss Miss.)

Miaou : des lits pour chat inspirés par les navettes spatiales. Mais aussi un arbre à chat level 5000. (Via Coffin.)

Homoparentalité : « Ne vous inquiétez pas pour nos enfants, ils sont aimés ». 88 femmes qui ont dû se rendre à l’étranger pour faire des enfants dénoncent l’invisibilisation des lesbiennes et des célibataires, premières concernées par le débat sur la PMA pour toutes.

Fantastique : j’adore cette illustration de J. J. Grandville !

Fiction : Fantasy, Fantastique, SF… mais pourquoi la France a-t-elle un problème avec l’imaginaire ? (Via Meor.)

Enfants : parce que ça vient rarement d’un inconnu et que cela touche beaucoup plus d’enfants qu’on ne le pense, « le P’tit Libé » a choisi d’expliquer aux plus jeunes le sujet extrêmement difficile de la pédophilie. Un dossier à lire absolument avec un·e adulte. (Via Claire Underwood.) Dans la même veine : 8 TED talks qui explique des sujets difficiles aux enfants (en anglais sous-titré).

Histoire : Le vrai Dracula, plus sanguinaire que la légende.

Cinéma : Netflix’s ‘Girl’ Is Another Example of Trans Trauma Porn and Should Be Avoided At All Costs.

Déconstruction : Pourquoi les mecs préfèrent les mecs. Toujours entre eux, isolés du reste de la population, avec leurs propres institutions et loisirs à l’écart… Les hommes, ces champions de la non mixité, sont-ils compatibles avec la République ?

Droits LGBTIQ+ : Intersexes, le cri du corps. Lors de la manifestation Existrans du 13 octobre, les personnes intersexes ont demandé l’arrêt des interventions chirurgicales et des traitements hormonaux non consentis sur les enfants qui naissent avec des caractéristiques sexuelles (chromosomiques, gonadiques ou anatomiques) autres que celles correspondant aux normes du « masculin » et du « féminin ». Un combat loin d’être gagné en France.

Flemme : Rester au lit à ne rien faire est noble, juste et productif. (Via Spartacus.)

Romantisme : l’histoire macabre de l’illustratrice Edith Holden, qui plaira aux passionné·es de dessins naturalistes et de toute cette imagerie de campagne anglaise si bien décrite par Jane Austen.

Champignons illustrés par Edith Holden
(Oui, j’aime les champignons, que voulez-vous.)

Inutile donc indispensable : un calendrier de l’avent Harry Potter Funko Mini (en anglais). J’ai pré-commandé le mien… 

Réseaux sociaux : marre de Twitter ? Et si vous passiez à Mastodon ?

Ciel : la Lune comme vous ne l’avez jamais vue ! (Via Mina Mond.)

RIP : Zackie Oh d’Athènes sort de sa tombe numérique. YouTube est une tombe sans stèle sur laquelle certains de nos amis vivent et meurent sous nos yeux. (…) Dans nos démocraties nationalistes néolibérales, la police est le bras armé du nécropatriarcat. Il n’y a pas de sécurité, mais du harcèlement raciste, sexiste et homophobe. La police mange de la viande de drag-queen. L’extrême droite jouit sur le cadavre d’un séropositif.

Adoption : « On n’a pas pensé que les enfants adoptés deviendraient des adultes » : interview d’Amandine Gay. Sur le même sujet : People Want To Hear That I’m Happy I Was Adopted. It’s Not That Simple.

Pratique : marre des pubs sur Spotify ? Spotifree les supprime pour vous (si vous utilisez un Mac). (Via Candice.)

Emails : How to Use Confidential Mode in Gmail? (Via Swiss Miss.)

Couic : de très chics boucles d’oreilles guillotine (en anglais), datant de 1793.

Bougeotte : Van life : un van trip en France – FAQ. Noemi répond à plein de questions sur le fait de voyager en van aménagé en France. Dans la foulée : Un an et des milliers de kilomètres plus tard.

Expatriation : petit guide pratique du système de santé au Royaume-Uni.

Féminisme : une sélection de podcasts militants pour ambiancer vos oreilles.

Enflures : Vous avez donné votre numéro de téléphone à Facebook pour des raisons de sécurité ? Ils s’en servent pour vous envoyer de la pub (en anglais). Mais les gens ne sont pas dupes de toutes ces supercheries : 26 % des Américains disent avoir supprimé l’application Facebook de leur smartphone, en particulier les 18-29 ans.

Racisme : Merci de respecter les cheveux des Noires et des Noirs.

Au secours : The Rise of the Vegan Bro.

Langue française : Le maire est enceinte ? Écrivain ou écrivaine ? Madame le ou Madame la ministre ? La féminisation des noms de métier fait toujours polémique. Le livre Le sexe des mots : un chemin pour l’égalité de Claudie Baudino démonte un à un les arguments contre. Accordons aux femmes le droit de dire qui elles sont, ce qu’elles font.

Sexe : Sexy Soucis, un site qui répond à toutes les questions consacrées aux SexualitéS, aux IdentitéS et aux SantéS. Vous pouvez aussi retrouver Diane Saint-Réquier, l’auteure de Sexy Soucis, sur Youtube. Ci-dessous, la vidéo « Qu’est-ce que la pansexualité ? ».

Écosse : Psyche Ophiucus nous livre ses impressions et ses photos du château d’Eilean Donan et de l’île de Skye. Le Fairy Glen (en anglais) a l’air magique !

Curiosités : le livre London Mirabilia: Viaggio nell’insolito incanto, consacré aux bizarreries de Londres, a rejoint ma liste de souhaits, l’air de rien. Je me dis que, même en ne lisant pas l’italien, je découvrirais plein de trucs !

Musique : Marissa Nadler, visiteuse du suaire.

Bordeaux : une boutique éphémère consacrée à Harry Potter y sera installée du 12 au 24 novembre prochains. (Via Coffin.)

Écologie : Je n’ai pas investi dans un lombricomposteur pour m’acheter une bonne conscience. Pourquoi c’est complètement con de décourager à l’avance les gens qui hésitent à se lancer dans un petit changement en leur disant “de toute façon, ça sert à rien”.

Littérature : L’abécédaire de Toni Morrison.

Mythologie : Sedna, la déesse marine du peuple inuit.

Magie : Dark Art: Spectacular Illusions from the Golden Age of Magic. (Via Hellgy.)

Mode : coup de cœur infini pour cette veste astrologique, une pièce culte issue de la collection Zodiac d’Elsa Schiaparelli, qui vient juste d’être rééditée pour la modique somme de… non, je préfère ne pas vous dire. (Via La Nuit La Nuit.)

Et puis tiens, tant qu’on y est : Comment l’astrologie est-elle devenue un outil de résistance féministe ? (Via Bloody Lucy.)

Corps : Qui sont les « fit fat girls », ces femmes grosses et ultra-sportives ? (Via Lucie Inland.)

Queer : Waves of Beauty (en anglais), une séance photo androgyne inspirée par l’allure des sirènes.

Blogging : Sarah fait le bilan de la troisième année de son blog French Kilt. Les bilans de ce genre sont toujours intéressants !

Histoire : Quand les filles purent aller à l’école.

Fauneries : j’ai pu rattraper mon retard dans la lecture des Éditions du Faune, et vous recommande leur énooorme dossier consacré à ceux que nous appelons Vikings, dont voici la première partie : Vivre en Viking – I – Quelques généralités. (La suite se trouve sous le tag Vikings.)

Racisme : pourquoi BlacKkKlansman de Spike Lee est problématique.

Musique : plein de sorties chouettes ces temps-ci, notamment Seidsang de Runahild (musicienne que je vous avais présentée dans une playlist hivernale), Unreality de SRSQ, mais aussi Atoms Aligned, Coming Undone de Sylvaine (02/11), Dionysus de Dead Can Dance (02/11), le nouveau Ruby Throat (09/11) et le nouvel Esben and the Witch (16/11).

Art : Ana Mendieta, nature forte. Dans l’exposition que le Jeu de paume consacre à l’artiste cubaine, morte en 1985, vingt films et des tirages photo détaillent son obsession à vouloir faire corps avec les éléments. Une référence aux rituels chamaniques de son île natale qu’elle dut quitter à 12 ans, pour fuir la révolution castriste. (Via Lucie Inland.)

Squelettes : Crânes, montage de squelettes complets, ossements divers, diaphanisation… une interview d’un·e spécialiste en ostéologie.

Écriture : en prévision du NaNoWriMo, Rozenn partage sa méthode pour constuire le plan de ses romans. À lire aussi : la méthode du flocon.

Éducation : Entre 8 et 14 ans, le niveau de confiance en elles des filles chute de 30%. 5 conseils aux parents de petites filles et d’adolescentes pour lutter contre cette tendance (en anglais). (Via Sophie.)

Livres : Où trouver les offres d’emploi pour travailler dans le domaine du livre ? Vous recherchez un emploi dans les métiers du livre, mais vous ne savez pas où trouver les bonnes offres ? Voici une liste des meilleurs sites pour trouver un job dans l’édition, en librairie ou en bibliothèque. (Bonus : une bibliothèque installée dans une ancienne église.)

Sport : Des sportives racontent les pires critiques qu’elles ont subies.

UX : The hidden privilege in design. Il est temps de prendre consciences des privilèges cachés inhérents au statut de designer, qui empêchent notre travail de conception d’être réellement « inclusif ». Peut-être l’article qui m’a le plus marquée ce mois-ci.

Vintage : des extraits de l’atlas céleste de Andreas Cellarius (1660).

Sexisme : Le problème avec le corps des filles, et, sur le même sujet : Short au collège, l’effet sur les garçons.

Artisane : rencontre avec Lauranne Munk Koefoed, doreuse à la feuille. Elle restaure de nombreux objets anciens dans le respect des techniques traditionnelles. La touche finale de son métier est de recouvrir d’or des objets d’art afin de leur redonner leur éclat d’antan.

J’écris donc je suis : La chiasmatypie du journal intime.

Déesse : une nouvelle interview vidéo de Tori Amos (en anglais), cette fois à propos du Royal Albert Hall. On ne va pas bouder notre plaisir ! Bonus : une reprise de Cornflake Girl par Florence + the Machine.

Lyon : une petite balade militante sur les pentes de la Croix-Rousse, ça vous dit ? (PDF, 67 Mo) (Via Guillaume.)

Inutile donc indispensable, bis : enfin des emojis roux (en anglais) !

USA : First, Kill the Witches. Then, Celebrate Them. Comment la ville de Salem aux États-Unis a fait du massacre des sorcières une fête nationale, se prétendant « Ville des sorcières » en cours de route ? Sur le même sujet : The Salem Witch Trials: A History of Mass Hysteria? (Via Sarah.)

Illustration : je découvre très tardivement l’œuvre de Alberto Martini (en italien), un peintre précurseur du surréalisme. Combien d’autres merveilles de ce style est-ce que j’ignore encore ?

Corps : Le vagin est auto-nettoyant, pourtant on essaie toujours de nous vendre des produits d’hygiène intime. Dans le prolongement : Entre nos jambes.

Reproduction des élites : À Polytechnique, l’entre-soi en taille XXL. Mieux vaut être un homme, bien né, en région parisienne pour accéder au fleuron des grandes écoles. Une étude conduite par un ancien élève et son professeur de sociologie à l’X démontre que même le concours d’entrée participe à la reproduction sociale.

Musique : It’s all personal. It makes it hard to talk about in some ways. Emma Ruth Rundle (ERR) parle de son nouvel album On Dark Horses. Bonus : des photos live d’ERR et Jay Jayle.

Aquarelle : Messalyn a peint des champignons et les a emmenés prendre l’air. Et c’est beau. Ne manquez pas non plus son herbier médiéval infusé avec du sang de sirène : une merveille.

Marges : Les confessions d’une auteure fantastique, un article sur Mélanie Fazi à propos de la sortie de son livre Nous qui n’existons pas. Je crois de plus en plus qu’il y a, dans les genres de l’imaginaire, une possibilité de réinventer le monde qui parle à ceux qui se sentent en dehors.

Oups : Le selfie tue. Selon une étude indienne, entre octobre 2011 et novembre 2017, au moins 259 personnes sont mortes accidentellement en se tirant le portrait. Ces individus morts en cherchant le cliché spectaculaire qui leur attirera la gloire sur les réseaux sociaux avaient 22 ans en moyenne et étaient majoritairement des hommes. Faites gaffe, quand même, hein. (Via Caroline.)

Auto-préservation : vous avez le droit de partir à tout moment, quelle que soit la situation (en anglais).

Mioum : le site de ce restaurant végane londonien est aussi beau qu’original qu’intriguant ! (Via Anne.)

Sexisme : Les femmes ne représentent que 5 % des lauréats des prix Nobel. (Via Feministopie.)

Body positive : Joy Park, la 1e activiste Sud-Coréenne Body positive, pose devant l’objectif de Meryl et nous parle de son rapport au corps et à la société. (Via Lizzie.)

Maternité : Plus jamais à l’hôpital: elles ont fait le choix de l’accouchement à domicile. Après des séjours difficiles en maternité, ces femmes ont décidé de donner naissance chez elles. Dans la même veine : What It Means to Write About Motherhood, une discussion intéressante entre 5 autrices et auteur sur la littérature et la maternité. (Via Mona Chollet.)

Racisme : Tribune libre à l’auteure Laura Nsafou : « Les Noir·es sont invisibilisé·es dans la littérature ». (Je ne pensais pas faire un lien vers le site de Glamour un jour, comme quoi tout arrive.) Intéressant aussi : le livre Noir, entre peinture et histoire.

Féminisme : les entretiens avec Mona Chollet étant toujours savoureux, en voici deux pour la peine : « Les femmes qui font peur sont celles qui existent indépendamment des hommes » et (attention photo excellente mais un peu NSFW) « La femme sans enfant est une figure moderne de la sorcière ». Et, aussi, l’épisode Sorcières #1 du podcast La Poudre avec Mona Chollet, qui est très bien aussi. Du coup, ça en fait un troisième. Hé ouais !

Sorcières : un dossier sur les sorcières dans la revue littéraire MuseMedusa. (Via La Nuit La Nuit.)

Photo : interview vérité de Jérôme Sevrette sur le pourquoi du comment de sa décision d’arrêter les photos de concerts et les portraits d’artistes.

N’importe qui peut ouvrir un blog et se prétendre photographe sans l’être vraiment, sans avoir l’idée, l’inspiration, le style. Cela a toujours existé et cela existera toujours… Dans 10, 20 ou 30 ans, il y aura invariablement des personnes pour venir bosser gratuitement parfois à leur frais. Je suis passé par là aussi, j’ai joué le jeu mais au final on est perdant sur tous les plans : pas de rémunération, très peu de reconnaissance…

Bondieuseries : je vous avais dit à quel point j’aime la déco kitsch d’Anna Bogen. Elle récidive et détaille cette fois tous ses crucifix ! Une vidéo déconseillée aux adeptes du style minimaliste et scandinave… 😏

Liban : À Beyrouth, la communauté queer écrit l’histoire. (Via Deuxième Page.)

Livres : Isabelle Cambourakis : une sorcière qui met le feu au monde de l’édition, et rencontre avec Isabelle Cambourakis, de la collection Sorcières. Parfois je tombe sur deux articles consacré au même sujet à quelques jours d’intervalle, ça me fait sourire.

Psycho : pourquoi les enfants issus de familles abusives ont tendance à tout analyser dans les moindres détails (en anglais).

WTF (NSFW) : Eugénie Guillou, de religieuse à maquerelle adepte du BDSM.

Exposition : il ne vous reste plus que quelques jours pour découvrir l’exposition Natalie Shau au Cabinet des Curieux, à Paris (article en anglais).

On n’y croyait plus : TOOL vient d’annoncer sa prochaine tournée européenne ! Ils passeront notamment par Berlin, Amsteram, Zürich, Werchter… mais pas de signe d’une date française pour le moment. 😭 Bon, espérons au moins que le nouvel album tant attendu voie enfin le jour en 2019 !

Essentiel : The Empowering Internet Safety Guide for Women. Plein de conseils et d’astuces pour se protéger des creeps sur Internet.

Au-delà : Holy Spirits: The Power and Legacy of America’s Female Spiritualists. Given its roots in resistance, it shouldn’t be surprising that many of Spiritualism’s most well-known practitioners were black women. (Via Sarah Chavez.)

Art : une sélection d’expositions à ne pas manquer cet automne à Paris.

Biphobie : La bisexualité serait-elle le dernier tabou de notre société ? Et 6 Things Bisexual People Are Tired of Hearing and Reading.

Émotions : La colère et le stéréotype. Denis Colombi revient sur le traitement médiatique de la colère qu’a exprimée Serena Williams face aux décisions injustes d’un arbitre, et sur la caricature raciste qui a été publiée suite à ça dans un journal australien. Nos émotions, que nous pourrions penser comme spontanées, sont en fait le produit de règles et de relations aux autres.

Pseudo-science : L’anthroposophie, discrète multinationale de l’ésotérisme.

Love is in the air : j’adore ce fan art de l’épisode « San Junipero » de la série Black Mirror par Helena Janecic. Cet épisode m’a beaucoup marquée, j’y repense souvent…

Français : « Chêne », « alouette », « cervoise »… Dix mots gaulois que l’on utilise en français.

Inspiration : un portrait vidéo de Jean-Luc Verna. Dessinateur hors pair, Jean-Luc Verna est aussi performeur, metteur en scène, chanteur, danseur, sculpteur, acteur. Il mène de front une œuvre pluridisciplinaire alliant des références qui s’étendent de l’art classique à la New wave. Il incarne tour à tour la magicienne, le satyre ou la fée pour fabriquer une mythologie nourrie de beauté, de mélancolie et de brutalité.

Rencontre : le 22 novembre à Paris, ne manquez pas la rencontre entre Lauren Bastide et Rokhaya Diallo, autour du thème de la place des femmes dans l’espace public. C’est gratuit mais il allez-y tôt car il risque d’y avoir du monde (et c’est une bonne nouvelle !).

Il y a un an : mes favoris d’octobre 2017, feat. des gravures préraphaëlites, des conseils pour remonter son estime de soi, et des squelettes brodés.

Si vous les avez manqués…

Voici les trois derniers billets que j’ai publiés sur La Lune Mauve ces dernières semaines.

Le billet sur Beauté fatale me trottait dans la tête depuis un moment, je suis heureuse de trouver la ressource nécessaire en moi pour écrire et publier ce genre de réflexion.

Antidotes

  • Les gros orages
  • Les crêpes à la châtaigne
  • Commencer à hiberner
  • La série Ozark
  • Utiliser davantage mon prénom, plus anonyme que mon pseudo
  • Les rencontres faites après chaque conférence
  • Commencer mon ménage de printemps
  • Ce qui se trame
  • Avoir enfin supprimé mes comptes Hellocoton (j’hésitais à le faire depuis 2013 !)
  • Le chocolat chaud à 6 heures du matin
  • Pouvoir porter des pulls à nouveau
  • Retourner à Londres, et avoir préparé un programme aux petits oignons !
  • Me détacher
  • Avoir plus d’assurance
  • Showing up
  • Quand la Lune est encore visible dans le ciel au petit matin
  • Boire une tasse de thé brûlant en l’observant
  • Quand j’ai terminé de répondre à tous vos commentaires qui patientaient sagement 
  • La perspective de retourner bientôt aux studios Harry Potter : hâte de voir tout ce qui a changé depuis 2013 !

Marie

Déjà 17 commentaires

  1. Toujours un plaisir d’ouvrir des tonnes d’onglets ! J’ai hâte de tout lire et découvrir !
    Cette édition de la Revue du Web m’aura surtout permise de découvrir des illustrations incroyables ! atlas céleste de Andreas Cellarius, J. J. Grandville ou Alberto Martini <3

    Répondre

    1. Merci ! Je suis ravie !

      Répondre

  2. Aie aie aie, ma soirée vient d’être – fort agréablement – vampirisée par ta revue, j’ai 14 onglets d’ouvert !

    Allez, je m’attelle à la lecture tout en écrivant ce commentaire, donc à chaud …

    Sur l’écriture inclusive, j’ai particulièrement aimé le rappel de l’anedocte avec le père qui meurt dans un accident de voiture avec son fils, lui-même en danger de mort et où le médecin chargé de l’opérer s’écrie « C’est mon fils, je ne peux pas l’opérer ! ». Je connaissais cette histoire mais avec le contexte de l’écriture inclusive, elle prend tout son sens …
    C’est un article particulièrement intéressant mais doté de tant de sources et d’études fascinantes que je vais y revenir dans les prochains jours pour bien m’imprégner de tout cela.

    Les roulés à la cannelle me semblent être une véritable tuerie et j’ai hâte de les cuisiner, je sens déjà la bonne odeur dans ma cuisine … <3

    L'utilisation d'Internet par les familles modestes m'a beaucoup intéressée. D'autant que le titre est un peu trompeur, on s'attend à ce qu'Internet n'ait que des côtés négatifs alors que le début est plutôt prometteur avec par exemple l'accessibilités aux moins diplômés d'acquérir des connaissances.
    Pour l'utilisation des mails, cela me rappelle un peu les personnes âgées qui sont prises au piège de la dialectique bureaucratique et qui se font plus facilement avoir …
    Je n'avais pas connaissance des différences via les forums, pour le partage des photos, des connaissances ou des expériences; je n'avais pas conscience que les familles modestes préféraient plutôt rester en famille et lire sans intervenir ! C'est vraiment intéressant.

    J'ai aussi lu le Voyage au féminin singulier. Voyageant moi-même seule dans des pays parfois inconnus, je pensais m'y reconnaître mais finalement pas vraiment. Etant assez particulière en voyage (je suis prise de lubies, je peux rester vingt minutes dans une rue pour trouver un bel angle de photo, je change de destinations en fonction des panneaux … Bref, je ne suis pas stable du tout en voyage), je préfère ne pas m'imposer de présence qui me sera désagréable. J'aime être seule en plus, donc zut ! Mais je n'ai pas l'impression pour autant que l'on vit nos voyages en solitaire de la même manière. En revanche je me suis bien reconnue dans les moments de grâce, comme les visions de levers de soleil, seule devant l'astre …

    Je n'avais jamais remarqué que l'imaginaire occupait si peu de place dans la littérature française ! Honte à moi qui en lit tant, je pensais que c'était un genre très prisé … Merci pour le partage de Bibliobs !

    En tant que lève-tôt, voire très très tôt (pour mon travail, je me lève à 4h et sinon c'est 6h, je n'aime pas me lever après le soleil …), je n'aime pas l'article sur les lève-tard ahah
    Sans forcément cracher sur ceux qui ne profitent pas de la matinée, je me sentirais mal si je perdais ce temps du matin. Déjà, je suis mille fois plus productive entre 5h et 9h. D'autre part, même le Dimanche j'aime me réveiller tôt, soit pour lire en attendant le soleil soit pour profiter d'une très longue journée. Je ne vois pas en quoi se lever tôt implique forcément être une forcenée du travail : perso j'aime feignasser mais je ne pourrais pas me lever à 10h, j'aurais l'impression de perdre 4h dans la journée en fait. Voire la fin de la nuit et le début du jour, c'est juste génial !
    Je suis une lève-tôt justement pour prendre mon temps … ;)

    Merci pour les podcasts, j'en écouterai sous peu !

    Tsssss, l'article sur "The Rise of Vegan Bro" est déplorable ! Comment peut-on se revendiquer végane et être misogyne et ne pas se rapprocher des luttes pour les droits des minorités ? Je ne connaissais pas ce mouvement, c'est honteux …
    En plus, ils sont grossophobes et soutenus par PETA. Tout-va-bien.
    En revanche, je suis d'accord sur le fait qu'être végétalien/végane pour un homme peut être difficile. Enfin, ça dépend de la personnalité, mais je sais que mon frère végane a déjà reçu plusieurs commentaires négatif sur son alimentation, sous-entendu qu'il était faible et sensible …

    Je devrais faire lire à ma famille l'article sur les fit fat girl. J'ai grandi dans une famille plus grossophobe tu meurs. J'ai développé des TCA et fait de l'AM depuis des années en partie pour ça : j'avais beau faire un 34/36, c'était pas assez …
    ça me fait plaisir de lire un article comme cela … Merde quoi, on ne peut/doit pas toutes rentrer dans des normes décidées arbitrairement !!

    J'ai enchaîné ensuite avec les commentaires reçus par les sportives. Intéressant à lire juste après celui sur les FFG ! On constate que, quoi qu'on fasse, on sera toujours férocement jugées : trop grosses, trop musclées, trop belles, trop fines, trop trop trop … trop présentes ?

    Pour continuer sur la lancée féministe de la vision du corps des femmes, j'ai lu celui sur le problème avec le corps des femmes. Je suis horrifiée par l'école qui a demandé aux parents d'une petite fille de 4 ans de mettre un short sous sa jupe sans quoi il risquait d'y avoir des soucis … Oo Comme d'hab', on apprend aux jeunes femmes à se restreindre et non aux jeunes hommes à se tenir, à comprendre leurs émotions et à les maîtriser.

    Pour finir de hurler, l'article du short au collège a bien ruiné ma soirée. ça excite les garçons. Mais ouiiiiii, et un enfant excite les pédophiles, il faut faire comment, interdire les enfants ?
    En revanche, depuis que je lis des témoignages sur des transgenres hommes qui ont commencé la testostérone, je me demande tout de même jusqu'à quel point la T joue un rôle. Chaque fois, je lis que la personne en transition a des envies de sexe presque irrépressibles et qu'ils deviennent réellement plus excités, plus qu'ils ne l'étaient avant. Je n'excuse bien sur rien, mais je pense qu'il faut également le prendre en compte, surtout à au début de l'adolescence …

    Grâce à Twitter et tes liens, je crois que j'avais déjà parcouru celui qui évoque les femmes indépendantes – avant sorcières – qui font peur aux hommes … Toujours aussi passionnant et si vrai.

    Pour clore le tout sur une note plus joyeuse, j'ai bien aimé découvrir quelques mots Gaulois que l'on persiste à utiliser, j'y penserai la prochaine fois que je verrai une alouette !

    Merci La Lune Mauve, c'était encore une revue fort riche !!

    Répondre

    1. Un grand merci pour ton retour détaillé, Marion !

      Allez, je m’attelle à la lecture tout en écrivant ce commentaire, donc à chaud …

      Bravo, ce n’est pas du tout évident à faire !

      Etant assez particulière en voyage (je suis prise de lubies, je peux rester vingt minutes dans une rue pour trouver un bel angle de photo, je change de destinations en fonction des panneaux … Bref, je ne suis pas stable du tout en voyage)

      Est-ce que tu as déjà écrit à ce sujet, ou pourrais avoir l’intention de le faire ? Il pourrait s’agir d’un contre-point intéressant !

      Répondre

      1. Hé bien pourquoi pas, je ne l’avais jamais envisagé mais si cela peut intéresser, ce serait chouette !

        Répondre

  3. Merci ! C’est toujours un régal d’avoir autant de liens variés ! J’ai de quoi faire ma soirée. 💜

    Répondre

    1. Super ! Merci pour ton retour, Sophie.

      Répondre

  4. Toujours très excitant de découvrir toutes tes petites pépites ! J’ai beaucoup aimé l’entretien avec D.Pasquier sur l’usage d’internet dans les milieux populaires, super intéressant et ça va au delà des clichés qui peuvent circuler, je l’ai mis de côté (ça atterrira dans ma prochaine sélection fin novembre aha).

    L’article de Titiou Lecoq m’a un peu laissé sur ma faim, j’ai l’impression qu’on peut opposer sans fin les deux points de vue et que les deux sont un peu vrai, selon les personnes :
    – Il ne faut pas décourager les actes individuels, ils peuvent être des portes d’entrée vers une prise de conscience politique
    ou
    – On constate que beaucoup de personnes vont difficilement plus loin que les actes individuels…
    Je crois que la nuance qui manque peut-être, c’est que même si beaucoup de personnes; comme le souligne Titiou Lecoq, ont une conscience des enjeux globaux et savent qu’ils ne les résoudront pas à eux seuls, en revanche ça ne signifie pas pour autant qu’ils envisagent des actions collectives autres que symboliques, ou très timidement. Je ne compte plus le nombre de personnes avec qui je discute de ça et qui me dise que oui oui elles sont super motivées et c’est vrai qu’il faut agir ensemble, mais souvent « agir ensemble » est pris comme la seule agrégation de tous ces gestes individuels ! En gros, on sait qu’on ne changera pas les choses à nous seuls, mais l’objectif politique est de convaincre les autres de faire pareil que nous. Or c’est pas franchement ce que défendent celles et ceux qui pointent la limite des gestes individuels, eux par action collective ils entendent militantisme politique, remise en cause directe du capitalisme etc.

    J’ai lu l’article sur l’astrologie comme outil féministe mais je l’ai trouvé assez court et superficiel du coup j’étais assez frustrée parce que le thème me semble très intéressant (on en a parlé un peu avec quelques personnes sur Twitter d’ailleurs). Je désespère pas de traiter la question (enfin plus largement ésotérisme et féminismeà sur le blog, un jouuur (lointain aha).

    Bon et ensuite j’ai lu un tas d’autres articles de la sélection évidemment, il n’y aurait pas la place de tout écrire :D !

    Répondre

    1. Merci pour ton rebond, Irène !

      À propos de l’article de Titiou Lecoq : je comprends ta réaction. Il est certain qu’aux yeux de personnes militantes et engagées dans des démarches politiques collectives, les actions individuelles de personnes moins engagées peuvent sembler risibles et « inutiles ».

      Je pense néanmoins que l’autrice voit juste quand elle dit que ces démarches individuelles forment un cercle vertueux, qu’elles témoignent d’une prise de conscience de plus en plus grande.

      Or, plus les individu·es seront conscient·es et se documenteront à propos du ou des sujets qui leur tiennent à cœur, plus les probabilités que leur engagement s’étoffe de plus en plus jusqu’à, peut-être, se joindre à un effort collectif augmentent.

      Je vois ça comme un rebond : si une cause de tient à cœur au point que tu modifies des aspects a priori banals de ton quotidien, cela peut interloquer ton entourage, et donc t’amener à en discuter avec lui, et donc, par là, sensibiliser à la cause.

      Le fait que l’information circule est, pour moi, quelque chose de très important : contribuer à garder les sujets « chauds » et d’actualité, sur toutes les lèvres (ou presque).

      Alors clairement, ce n’est pas avec ça que du jour au lendemain on fera la révolution, mais je pense que tout est bon à prendre. On n’a pas toutes et tous la même « maturité militante » ni le même entourage militant (qui aiderait par exemple à s’engager dans des actions collectives), ni tout simplement le même parcours.

      À titre personnel, étant justement une de ces personnes dont les actions sont pour le moment strictement individuelles, je serais tentée de rejoindre un collectif pour agir plus concrètement. MAIS – tous les retours que j’ai de copaines/proches engagé·es dans des assos ou des collectifs militants refroidissent mes ardeurs (batailles d’ego, prises de chou monstrueuses sur les stratégies à adopter, burn out militant, ad lib.). Ça ne fait pas super envie… Je ne lis sans doute pas « les bons blogs », mais je ne suis jamais tombée sur un retour d’expérience positif d’un engagement au sein d’un tel collectif.

      Après, je suis d’une nature introvertie et solitaire, et tout collectif par définition me rebute. Donc je ne sais pas vraiment si je serais réellement à l’aise en rejoignant un groupe, tout actif, pertinent et raccord à mes valeurs soit-il.

      En attendant, j’ai conscience que ce que je fais à titre individuel puisse sembler insuffisant aux yeux de personnes beaucoup plus engagées que moi. Est-ce que, pour autant, le peu que je fais est inutile ? Je ne sais pas… Il faudrait avoir des métriques sur toutes les personnes avec qui je discute au fil du temps et toutes les personnes qui lisent ce que je publie sur le net pour pouvoir sonder si ce que j’ai partagé avec elles a pu les faire réfléchir sur le féminisme et les droits des personnes LGBT+, par exemple – ce qui me semble compliqué.

      En tout cas, je veux croire qu’il est possible de trouver un équilibre en fonction de ses capacités personnelles, ses moyens (en temps notamment) et son cheminement intellectuel personnel. Pour moi, on ne peut aller que vers plus d’engagement, même si cela met plus de temps que pour d’autres personnes politisées beaucoup plus tôt et beaucoup plus activement.

      Répondre

      1. Oui heureusement que « pas suffisant pour un changement profond » ne veut pas dire inutile… J’ai commencé par plein de petits gestes aussi, et finalement les deux sont allés ensemble, et pour tout dire je milite très peu, une vraie goutte d’eau. Mais disons que si on considère que ces gestes individuels peuvent être un préalable à une action collective de plus grande ampleur, plus revendicatrice, voire à un véritable rapport de force, je trouve nécessaire de creuser davantage cette articulation possible et pas seulement dire « mais c’est déjà bien ». Car même si j’imagine que Titiou Lecoq a écrit ça devant les critiques récurrentes de militants, ces critiques sont dues au fait que le discours largement majoritaire est bien celui des petits gestes qui vont sauver le monde, il est omniprésent… On peut avoir l’impression qu’il est beaucoup critiqué, mais ça c’est uniquement dans des sphères très militantes en fait. Donc je m’interrogeais sur le sens d’un tel article dans la mesure où c’est déjà un peu ce qu’on lit partout, mais je l’ai trouvé intéressant à lire quand-même :)

        Je comprends ce que tu veux dire pour le militantisme, c’est facile nulle part c’est clair, et je pense qu’on le fait pas par plaisir et parce que ça nous épanouit (même si ça peut y contribuer dans certains cas je pense), mais parce qu’on éprouve un besoin fort d’agir, et ce notamment lorsqu’on constate et qu’on subit au quotidien des oppressions. Le militantisme pour pas mal de gens c’est le choix de la nécessité, le seul choix pour faire face (en tout cas c’est ressenti comme ça), pour se défendre. Ensuite oui la déprime voire la dépression militante, les burn out, c’est fréquent (mais de mon expérience perso, moins fréquents chez celles et ceux qui militent dans des orga très structurées, bien organisées, avec un roulement, et qui ne laissent pas les militants s’épuiser dans une multitude d’initiatives, mais au contraire arrivent à hiérarchiser… le burn out classique, c’est les militant.es qui essaient d’être de toutes les luttes, toutes les manifs, se surinvestissent en particulier dans une, et ne peuvent pas tenir ce rythme. Je m’égare un peu, mais je pense que ça peut être un peu limité, dans une certaine mesure par le fait d’avoir une grille de lecture politique solide, des objectifs précis qui évitent ces effets de « il faut que je sois partout »)

        Ensuite je pense qu’on peut se rendre utile et se mobiliser à sa manière même si on se sent peu à l’aise en milieu militant, dans les réunions ou dans les manif… On peut proposer un soutien financier si on a les moyens, on peut offrir des compétences techniques spécifiques, on peut relayer les infos… Mais je pense que beaucoup de personnes ont un peu peur de cet univers là, qui il faut bien le dire est plein de références un peu obscures et se parle parfois juste à lui-même à coups de citations et de blagues politiques incompréhensibles pour le commun des mortels ^^ !

        (et en tout cas merci de nous permettre d’avoir une telle conversation !)

        Répondre

  5. Encore plein de belles choses à voir !!!!
    (j’ai aussi un faible pour la cannelle, à mettre définitivement partout, mais pas trop à la fois : à haute dose, c’est un poison… Mais ça peut être classe comme méthode expéditive : « j’ai tué mon arrière-grand-oncle avec des gâteaux à la cannelle »…^^)

    Je ne connaissais pas Alberto Martini non plus, mais c’est ça qui est bien dans la vie : on apprend toujours plein de choses, tout savoir serait d’un ennui profond ^^

    Ah ben voilà, j’en étais sûre, le selfie est meurtier, arrêtez de vous prendre tout le temps en photo les gens, franchement, on s’en fiche de voir votre tête au-dessus du vide, à côté d’un crocodile ou face à un train qui arrive… Franchement, quel est l’intérêt du selfie ? Aucun. Et en plus, mourir en faisant un selfie, c’est ridicule dans la rubrique nécrologique… (Oscar Wilde aurait sans doute dit quelque chose de très drôle à ce sujet…^^)

    Je me souviens de la première fois que j’ai découvert Anna Bogen, c’était il y a, ouhlà, longtemps (époque myspace, l’antiquité quoi). J’aime son évolution, son univers cohérent. Dans un autre style, l’instagram de Druidessart (je crois que c’est ça) est inspirant aussi, dans le style « sorcière baroque et préraphaélite ».

    La mort d’Helena Almeida est triste bien sûr (bon, il faut bien mourir un jour on le sait, mais je suis quand même triste quand de grands artistes meurent, tout d’un coup, le monde semble un peu plus vide à chaque fois). Peut-être que cela donnera lieu à une rétrospective ou un beau livre (c’est quand même un comble qu’il faille mourir pour avoir droit à une expo).

    Le mois de la mort londonien me rappelle à quel point cette ville est hantée par la mort depuis le XIXe siècle… Tiens, je ferais bien un billet là-dessus…
    London Mirabilia, OH MY GOD !!!! Et hop, dans la liste papa noël !

    Oh, j’avais utilisé une image de Ana Mendieta lors de mon article sur le fait d’être femme et artiste… Son travail conserve cette aura, même des années après, c’est fou… On n’a jamais vraiment su ce qui c’était réellement passé pour sa mort, sauf que visiblement, c’est pas un suicide, et que son compagnon de l’époque était présent, et violent. Cela ne fait que renforcer son oeuvre, la légende, comme pour beaucoup d’artistes morts de mort violente.

    Tout un tas de liens intéressants, merci Marie ! (merci pour le lien vers mon article sur Edith Holden)
    Belle journée
    Alexandrine

    Répondre

    1. Coucou !

      Je me souviens de la première fois que j’ai découvert Anna Bogen, c’était il y a, ouhlà, longtemps (époque myspace, l’antiquité quoi). J’aime son évolution, son univers cohérent. Dans un autre style, l’instagram de Druidessart (je crois que c’est ça) est inspirant aussi, dans le style « sorcière baroque et préraphaélite ».

      Oui ! Je la suis depuis un moment, ce qu’elle publie est un régal !

      Le mois de la mort londonien me rappelle à quel point cette ville est hantée par la mort depuis le XIXe siècle… Tiens, je ferais bien un billet là-dessus…
      London Mirabilia, OH MY GOD !!!! Et hop, dans la liste papa noël !

      Oui et oui !

      Oh, j’avais utilisé une image de Ana Mendieta lors de mon article sur le fait d’être femme et artiste… Son travail conserve cette aura, même des années après, c’est fou… On n’a jamais vraiment su ce qui c’était réellement passé pour sa mort, sauf que visiblement, c’est pas un suicide, et que son compagnon de l’époque était présent, et violent. Cela ne fait que renforcer son oeuvre, la légende, comme pour beaucoup d’artistes morts de mort violente.

      Je ne savais pas du tout qu’il y avait ce doute autour de la cause de sa mort, tu me l’apprends. Quelle tristesse :(

      Répondre

  6. Commencer mon ménage de printemps »

    Heureuse de voir que je ne suis pas la seule en retard !!

    Une autre revue de web remplie de trésors, je vais de ce pas m’attaquer aux onglets ouverts en arrière-plan pendant que je descendais la liste 💜

    Répondre

    1. Heureuse de voir que je ne suis pas la seule en retard !!

      Hihi… Je parlais de mon ménage de printemps de 2019 🤓

      Répondre

      1. Oups ! Je suis la seule en retard…

        Répondre

  7. Salut!
    Ton lien sur le fait que rester au lit est noble, juste et productif m’a fait penser à un reportage sur le temps, que j’ai trouvé hyper intéressant : « Le temps c’est de l’argent » qui est dispo sur you tube. Je te le conseille!

    Répondre

    1. Oh cool, merci pour la recommandation ! J’irai voir ! :)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents