Chelsea Wolfe, Tori Amos et Myrkur ont toutes les trois sorti un nouvel album ce mois-ci.

Un à un, les nouveaux morceaux se sont emparés de moi : pas un jour ne passe sans que je n’écoute leur musique. Les trois planètes se sont alignées, portant haut le Féminin ésotérique. La triple déesse musicale m’a jeté un sort.

J’ai toujours été davantage touchée par les femmes et les archétypes féminins que par les hommes et leurs avatars. Aujourd’hui, à 34 ans, j’ai besoin plus que jamais de ces modèles féminins, qu’il s’agisse de célébrités, de personnages de fiction, ou, tout simplement, de mes amies.

J’ai besoin de m’immerger dans ces univers féminins parallèles, dans ces sphères artistiques et poétiques nées de leurs expériences sensibles.

J’ai besoin de voir ces femmes exister et créer sans concession. J’en ai besoin pour exister et créer à mon tour. J’ai besoin de leur voix pour faire entendre la mienne. Leur art me donne du courage.

Je carbure à cette créativité féminine, et à la magie des anciennes, qui, je le crois sincèrement, se transmet de génération en génération : de mère en fille, de grand-mère en petite-fille, de tante à nièce, de sœur à sœur, d’amie à amie.

Quelque chose circule entre nous. Et chaque jour nous avons l’occasion de le transmettre à notre tour aux femmes de notre vie.

Alors merci à celles qui créent, qui partagent et qui prennent la parole (oui, même toi, meuf qui lis ces lignes !), en dépit de la prise de risque que cela représente. Merci à celles qui nous ouvrent la voie depuis des millénaires, envers et contre tous.

Revue de web

Sans transition, voici les articles et trouvailles web que je souhaite partager avec vous ce mois-ci !

Bilan : le webzine Retard fait le bilan de six années d’activité. Je reconnais pas mal de trucs que j’avais ressentis moi-même au moment de faire le bilan des années « webzine » de La Lune Mauve.

Photo : une interview avec La Fille Renne, la meuf cool et douée par excellence.

Cinéma : Wicked Old Witches and Bloodthirsty Bitches: Feminist Revenge in the Italian Gothic (en anglais), une analyse féministe des plusieurs grands classiques du cinéma gothique italien.

Eye candy : l’historien Damien Kempf partage sur Twitter les curiosités médiévales qu’il trouve dans de vieux manuscrits. Un de mes comptes Twitter préférés !

Cuisine : attention, les légumes mis à macérer directement dans l’huile d’olive peuvent être dangereux pour la santé, à cause du botulisme.

Mais ouais !  Pourquoi s’excuser quand on n’a rien à se reprocher ? Un tic de langage de plus à dézinguer, un.

Traumatisme : Didier Lestrade raconte comment il a déclenché un incendie dans un hectare de sous-bois, et à quel point cette expérience a été traumatisante pour lui.

Ça fait du bien de lire ça : comment survivre aux critiques négatives que publient les gens à propos de vos créations sur Internet ? (en anglais) Les toujours très bons conseils de Alex Franzen pour nous aider à prendre du recul. Sur le même sujet : Rejection (and the four paths) (en anglais), par Seth Godin.

Tatouage : l’histoire touchante du tatouage de Joul en hommage à sa grand-mère sous l’Occupation, à découvrir via une série de tweets.

Rennes : plein de nouveaux restaurants ont ouvert leurs portes à Roazhon, et je dois dire que certaines descriptions me mettent l’eau à la bouche. Toujours à propos de Rennes, j’ai adoré cet article mélancolique, écrit par une ancienne Rennaise qui y revient lors d’un dimanche pluvieux.

Harry Potter : les spéculations vont bon train sur le fait que le Professeur Rogue pourrait bien être une femme transgenre (en anglais). (Via la super newsletter de Stella Polaris – abonnez-vous ici.)

Londres : un nouveau marché nocturne et 100 % végane ouvre bientôt à Brick Lane. (Via Hypathie.)

Urbex : des maisons OVNI abandonnées à Taiwan. Elles me font un peu penser au film The Last Girl, que j’ai pas mal bien aimé. (On notera la présence d’une VHS La Petite Sirène sur une des photos, hiii.) (Via Diane.)

Illustration : sur Twitter, le hashtag #drawingwhileblack permet à des illustratrices et illustrateurs noirs de promouvoir leur travail et leur parcours.

Mode : de jolis collants kitsch et brodés.

Art : Andrea Wan, dont j’adore les illustrations depuis des années, se met au collage. Et le résultat est magnifique !

Expatriation : comment j’ai trouvé du travail à Montréal.

Racisme : sourire au racisme : autopsie d’une injonction. Vous aussi, forcément, vous connaissez ou avez connu un Henry (je vous laisse lire l’article pour comprendre). Cet article rappellera d’ailleurs beaucoup de choses à mes amies féministes…

No photo : un club berlinois à la mode interdit formellement les photos, et ça marche. Découvrez comment dans l’article le Berghain à Berlin et l’éthique du « no photos ».

33 tours : comment nettoyer ses vinyles ? Anaon livre ses astuces de pro. Bonus : où acheter des vinyles à Nantes et à Londres ?

Passion cathédrales : saviez vous que les cathédrales étaient construites sur des lieux de courants telluriques ?

Curiosité cinéphile : Panna a netvor, une version slovaque dark de La Belle et la Bête de 1978.

Choc : Sophie Lancaster a été brutalement assassinée il y a dix ans par une meute de jeunes mecs, simplement parce qu’elle était gothique. Les détails de ce meurtre sont à lire dans l’article Murder of Sophie Lancaster (en anglais).

Fringues : comment réduire sa garde-robe à 30 pièces maximum ? (en anglais) Avec quelques photos goth nineties qui me rendent toute nostalgique !

Miam : recette et astuces pour des belles frites de patate douce au four.

Tourisme insolite : dormir dans une cabane perchée dans les arbres, en Bretagne en plus, je crois que ça me tenterait bien !

Secte : petit reportage sur « La Famille », l’une des rares sectes dirigée par une femme. Aujourd’hui adultes, les survivants racontent comment ils ont été endoctrinés à l’âge de 14 ans – ils étaient enfermés dans une pièce sombre pendant plusieurs jours d’affilée et ingurgitaient de grosses quantités de LSD.

Blog : AVΛNT GARDEN, le « journal champêtre d’une exilée d’Eden ». Si vous aimez les livres et la poésie, cela pourrait vous plaire. En bonus, une blogroll qui réunit plein de blogs assez originaux dont je n’avais jamais entendu parler.

Ça fait rêver : un road trip en solo à travers l’Écosse. Et la liste du matériel à prévoir pour aller randonner et camper dans ce beau pays.

Réconfort : une recette de thé chai au lait végétal, pour se réchauffer en douceur maintenant que l’automne est là. (Via Delphine.)

Espace : bilan scientifique et poétique de la sonde Cassini, qui a observé Saturne pendant 13 ans. Moi, les « petites lunes » et les anneaux de poussière, ça me fait complètement rêver ! ♥︎

Sexe : baiser ou ne pas baiser, telle est la question ? Vraiment ? Plaidoyer de Catnatt en faveur de la liberté et de l’insubordination sexuelles.

Icône : l’histoire de Maud Wagner, première femme tatoueuse des USA.

Politique : l’histoire du véganisme féministe (en anglais). (Via Hypathie.)

Chimère : une chèvre-sirène !

Cybersexisme : Wikipedia ou le monde sans femmes. Il m’arrive de recevoir des messages du style “La vidéo est bien, mais c’est dommage que ce soit présenté par une fille. Ça enlève à sa qualité”. (Via Dame Fanny.)

Blogging : pourquoi je ne publierai plus de recettes de cuisine, par Ophélie Veron (alias Antigone XXI), qui veut désormais militer autrement en faveur de la cause animale.

Photo : comment sauver des photos de vacances ratées ?

Handicap : une critique de la représentation des personnes autistes au cinéma et dans les séries télé.

Ressource : oser créer sur Internet, les conseils de Buffy Mars pour vaincre le syndrôme de l’imposteur et le perfectionnisme.

Disques : une interview avec les patrons de Blind Spot, mon disquaire rennais préféré.

Game of Thrones : attention spoilers si vous n’avez pas vu la saison 7 ! Le point sur Daenerys et Jon Snow. (Via Lucy.) Également intéressant : Entre handicap et pouvoir, comment Game of Thrones déconstruit le mythe de l’homme tout-puissant.

Écriture : une citation en anglais sur l’objectif ultime de l’écriture (en anglais).

Troubles du comportement alimentaire (TCA) : EnjoyPhœnix, ou la mécanique destructrice du « corps parfait ».

Promenade photo : journée à Lille : à la (re)découverte d’une ville que j’ai boudée.

GIF : quand on regarde les chauve-souris à l’envers, on dirait qu’elles dansent. Elles sont si mignonnes !

Rétro : de fausses VHS pour les films et séries d’aujourd’hui.

Littérature : Les Fleurs du mal annotées par Baudelaire. Visez un peu ce L ma­ju­scule ! (Via Llu.)

Cirque : des photos vintage de clowns. D’ailleurs c’est l’occasion de découvrir le blog Les chroniques de l’art, qui regorge de pépites culturelles.

Inspiration : une interview de Tori Amos (en anglais), sur la créativité, et le fait d’écouter ses muses lorsqu’elles nous tapent sur l’épaule.

Lyon insolite : je ne remercierai jamais assez El3a, grâce à qui j’ai découvert la visite guidée nocturne « Sorcellerie et occultisme à Lyon ». J’ai évidemment d’ores et déjà réservé ma place !

Paris insolite : ah, et à Paris, le circuit Visite ésotérique du Père Lachaise avec un vampirologue ne doit pas être mal non plus ! (Merci Jenny pour le tip !)

Ma petite entreprise : Florence raconte comme elle gère sa boutique, les envois, les frais, son stock. Un retour d’expérience passionnant pour quiconque hésitant à se lancer dans la production en série de ses créations. Sur le même sujet : 5 ans de blogging et 3 ans de web design et photographie freelance – le bilan. Et aussi : Comment démarcher ses clients (avec l’assurance de Beyoncé) ?

Merci Internet : 700 films disponibles gratuitement sur le net, avec entre autres du Coppola (père et fille), du Wes Anderson, du Kubrick, du Lynch ou encore Freaks de Todd Browning.

Belgique : visiter Gand me plairait beaucoup, je n’en entends que du bien, et les photos de ce billet enfoncent le clou.

Quelque chose de beau : deux GIFs issus du film d’animation Rusalka, de Aleksandr Petrov.

Trafiquer l’histoire : Gauguin – Voyage de Tahiti : la pédophilie est moins grave sous les tropiques. Je ne regarderai plus les œuvres de Gauguin de la même façon désormais :-/ (Via Diane.)

Door wars : une collection internationale de portes art déco (en anglais). (Via Moonlight.)

People : des photos bien goth de H.R. Giger et Debbie Harry. (Via Dolly Wood.)

Mayday, mayday : la seule bibliothèque féministe de Paris va-t-elle disparaître ?

Food for thoughts : une interview d’Alan Moore, à l’occasion de sa nouvelle bédé Jerusalem. Ça fait toujours tellement de bien de lire les réflexions d’une personne aussi intègre et terre-à-terre que lui.

Curiosité : un site dédié au paranormal, what else ? Extrait choisi : Il faut se rendre à l’évidence, il y a certaines choses que la science ne peut expliquer, comme par exemple la chaussette orpheline de son âme sœur une fois sortie de la machine à laver. (Via Lucy.)

Coup de sang : une lettre âpre et pleine de rage de Frida Kahlo contre les surréalistes, qu’elle décrit comme un tas de fils de pute lunatiques et tarés. (Via Juliette.)

Bizarrerie : le champignon Anthurus d’Archer (Clathrus archeri) a un petit je ne sais quoi d’extraterrestre.

Muses : 16 Lesbian Power Couples From History Who Got Shit Done, Together (en anglais). (Via Dwam.)

Tatouage : pourquoi tant de tatoueurs·ses refusent de tatouer les doigts ? Texte très intéressant, avec un humour québécois aux petits oignons. Extrait choisi : Pi on s’fera pas de cachettes, à moins d’être réellement dans un gang, le look ganster ça devrait être réservé aux ados prépubaires qui se croient beaucoup trop cool parce qu’ils ont fumé du pot pour la première fois. Grow up. (Via Dwam aussi.)

Photographie : des conseils techniques pour prendre de superbes photos à Burning Man (en anglais). (Via Stefie.)

C’est fou : une simple goutte d’eau de mer agrandie 25 fois. Je crois que je ne boirai plus jamais la tasse de la même façon.

Blog : chouette découverte que La Sorcière Enquête, « le blog d’investigation sur les phénomènes étranges ». Moi qui désespérais de tomber sur des blogs insolites !

Physique : un spectre de Brocken est un effet d’optique rare et fascinant qui se produit en montagne, dans des conditions bien précises.

Spectre de Brocken
Spectre de Brocken. Source : Vercors-Aiguillette, Grelibre.net (CC BY-SA 3.0).

Curiosité : et si les livres n’avaient pas toujours été rectangulaires ?

Je ne savais pas que ça existait : des catalogues de fringues spécial clergé.

Ça peut servir : six vidéos TED pour vous aider à mieux négocier.

Festival : le Gothic Darkwave Festival de Tilloloy est un nouveau festival gothique qui a vu le jour en France cette année. Hélas, il n’a pas eu le succès escompté : Obsküre revient sur les causes de cet échec.

Éclipse : trois liens sympas à propos de l’éclipse qui a eu lieu au mois d’août. Premièrement les premières images d’une éclipse totale en 1854. Ensuite, Some favorite eclipse photos (en anglais). De fort jolies photos dans les deux cas ! Enfin, cette petite vidéo de l’éclipse, mais pas comme vous l’imaginez : tournée en timelapse par Amanda Palmer. Très chouette.

Web : si vous aimez les making of, ne manquez pas le billet de Luna intitulé Simonæ, créer un magazine from scratch : retour d’expérience. Sur le même sujet, Mylène avait publié il y a deux ans Comment gérer un webzine sous WordPress sans perdre votre santé mentale, également très riche en enseignements.

Adoption : Elsie Larson revient sur les 12 premiers mois du processus d’adoption qu’elle et son mari ont lancé dans Month 12…. memories from one whole year in the adoption process (en anglais). Je ne suis pas branchée bébés ni rien, mais une phrase en particulier a retenu mon attention : remember that most people are extremely uneducated about adoption and a lot of people base their fears on ONE negative story they heard secondhand. You will get the job, like it or not, of actively educating everyone around you on your unique adoption process. You will explain the details more times than you can possibly imagine, and people will still be confused. So you’ll explain them again. Devoir expliquer, encore et encore, ses choix de vie et ses convictions, je l’ai vécu et continue à le vivre régulièrement, à propos d’autres sujets, et je parie que vous aussi. Cela étant dit… c’est en lisant cet autre billet que la dimension extrêmement voyeuriste de cette adoption m’a sauté aux yeux. :-/

Musique : les 150 plus grands albums composés par des femmes (en anglais). Des heures et des heures d’écoute en perspective, chouette !

S’il ne devait en rester qu’un : l’insupportable violence du féminisme, par Crêpe Georgette. C’est une chose assez extraordinaire que de constater que vos egos priment sur la lutte contre les violences sexuelles. C’est une chose assez incroyable de vous voir subordonner votre aide relative aux luttes des femmes à la façon dont nous allons vous caresser dans le sens du poil, en prenant soin de ne pas vous déranger. Et pour enfoncer le clou : Plaidoyer pour la misandrie, paf.

Bizarre : au Japon, il existe des « corpse hotels » (en anglais) (littéralement, des « hôtels à cadavres »), qui ont le même rôle qu’un funérarium, mais en beaucoup moins cher.

Tatouage : je suis absolument, entièrement et passionnément amoureuse des sirènes d’Encre Mécanique. (Une autre.) (Encore une autre.) (Bon ok j’arrête.)

Harcèlement en ligne : Zoe London a écrit Lust For Life (en anglais), un article où elle évoque la pression que subissent les jeunes Youtubeurs et Youtubeuses lorsqu’ils commencent à rencontrer du succès. I think we’re all a little guilty of passively consuming media, or sitting and watching dramas unfold without actually sticking up for those who are on the receiving end. There’s definitely a witch hunt mentality that puts a lot of creators in a tricky place of losing motivation, and we could all do a little better to be kinder online.

Menstrues : Chaupadi, quand les menstruations effraient le Népal.

Archéologie : désolée pour Jean-Michel Deugd’histoire, le Grand Viking avait ses règles. De nouvelles découvertes archéologiques remettent en cause nos représentations sur les rôles attribués à chaque genre, en particulier en ce qui concerne les Vikings.

Muse : une interview d’Amélie Nothomb, dans laquelle elle évoque l’agression sexuelle qu’elle a vécu à 12 ans, ainsi que son anorexie. Je suis le fruit d’une enfance heureuse et d’une adolescence saccagée.

Le lien qui ne sert à rien : plusieurs scientifiques affirment que Denver ne serait pas vraiment le dernier dinosaure.

L’instant gratitude

  • L’automne !
  • Le café, contre toute attente
  • Me remettre à écrire
  • Marcher
  • Avoir vus plusieurs de mes idoles sur scène en deux mois
  • Les wraps bien frais boulottés à Londres
  • La diversité
  • Entendre mon chat ronfler
  • La musique de Fiona Apple
  • Le retour des chocolats chauds
  • Le cake au matcha
  • Dormir
  • Les chips au vinaigre
  • Tenter des trucs
  • Dénicher une carte vintage de la Russie socialiste en vide-grenier
  • Mon nouveau podomètre, qui me motive à me bouger
  • Ne pas être blasée
  • Que ça sente à nouveau « le froid » dehors, le matin
  • Commencer à prendre des cours de yoga
  • L’odeur des crayons de couleur
  • Les petits voyages qui cassent la routine
  • La tarte au fromage
  • Quand il pleut et que tu es pépouze chez toi
  • La série Narcos
  • Les vinyles

Le mot de la fin

Et pour terminer, un extrait de livre Some wear leather, some wear lace, de Andi Harriman et Marloes Bontje, consacré aux looks postpunk et gothiques des années 80 :

The very thing that seems most worth resurrecting from postpunk is its commitment to change. This belief was expressed both in the conviction that music should keep moving forward and in the confidence that music can transform the world, even if only through altering one individual’s perceptions or enlarging one’s sense of possibility.

Je traduis comme je peux :

Le seul aspect du postpunk qui semble digne d’être ressuscité est son engagement pour le changement. Cette croyance était exprimée à travers la conviction que la musique devrait continuer à faire avancer les choses, et qu’elle peut transformer le monde, ne serait-ce qu’en modifiant les perceptions de chaque individu, ou en élargissant sa conception de ce qui est possible.

Cela me parle car c’est comme cela que j’envisage toute création artistique : que cela touche certaines personnes si profondément au point d’avoir un impact sur leur vie, de leur faire voir les choses sous un autre angle, et, éventuellement, de leur inspirer un changement.

Bonus

Voici un mini making-of de mon dessin. Cela m’a surprise de réussir à griffonner quelque chose rapidement, alors que ça fait des mois que je n’ai plus rien dessiné. C’était tellement tentant de colorier les cheveux de Tori en orange, mais j’ai trouvé plus rigolo d’essayer autre chose ! Assez contente du résultat, et de continuer à créer une illustration différente pour chaque édition de mes favoris du mois.

Bon allez, cette fois, j’ai vraiment terminé. À plus les p’tits chats !

Déjà 22 commentaires

  1. Plus de femmes!

    L’épique chanteuse de Unleash The Archers:

    L’alternative Alice Glass:

    L’icône, Princess Nokia:

    Notre Sailor Moon internationale, la gothique Chibi:

    La colorée chanteuse de Sumo Cyco:

    La méga rock n roll meneuse de Marmozets:

    La sorcière d’Oathbreaker:

    <3

    Répondre

    1. Merci beaucoup Aleks pour cette pluie de recommandations ! J’ai déjà un peu écouté, pour le moment ce qui me marque le plus c’est Unleash The Archers et Oathbreaker. Mais je réécouterai l’ensemble et irai fouiller du côté de ces groupes pour ne pas me laisser décourager par un seul morceau. En tout cas, ouais : plus de meufs ! ^.^\m/

      Répondre

  2. C’est marrant, je me tâte depuis deux semaines pour acheter les 3 vinyles en question…
    J’avais quelque peu délaissé Tori depuis plusieurs années et son dernier opus me plaît énormément.
    Chelsea qui passe du côté plus rock de la force, forcément, ça me touche… quelle belle production :)
    Concernant Myrkur, je vais me laisser encore quelques semaines pour appréhender son œuvre. Je suis moins « initiée » au black métal mais ses compos folk sont de très belles évocations.
    Mes dernier-es achats/découvertes sont essentiellement portés par des voix féminines : Emma Ruth Rundle et ses jambes poilues sur la couv’ ! ; Savages et leur ode punk à l’amour ; Bosnian Rainbows porté entre autre par la fabuleuse Teri Gender Bender ; et le ptit dernier de Zola Jesus, encore en cours de digestion :)

    Répondre

    1. Salut Laetitia ! Merci pour ton commentaire, et pour tes suggestions musicales ! Je suis une grande fan de Emma Ruth Rundle, dont le dernier album est un véritable bijou. Je l’écoute régulièrement depuis l’été dernier, et, oui, la pochette m’a beaucoup plu ! Je suis l’activité de cette meuf de très près.

      Sinon, niveau musiciennes dont l’univers pourrait te plaire, il y a Anna von Hausswolff et King Woman/Miserable (dont j’ai un peu parlé dans ce billet).

      Merci pour tes autres recommandations, je crois que j’avais tenté vite fait Zola Jesus, mais il faut que je m’accroche davantage ; quant à Bosnian Rainbows, je ne connais pas du tout.

      Concernant Myrkur, je vais me laisser encore quelques semaines pour appréhender son œuvre. Je suis moins « initiée » au black métal mais ses compos folk sont de très belles évocations.

      Son nouvel album contient quelques titres black, oui, mais c’est loin d’être la majorité. Si tu veux y aller plus en douceur, je te recommande son album acoustique, Mausoleum, qui est très beau.

      Répondre

  3. Contente que mon blog t’ait plu! En parlant de trucs insolites, c’est vrai que la visite guidée du Père Lachaise par le vampirologue a l’air sympa, il a aussi un musée consacré aux vampires sur Paris, que je vais sûrement aller visiter un de ces jours.
    Bisous!

    Répondre

    1. Coucou ! Je n’ai pas encore visité le musée des vampires non plus, mais quand j’en entends parler, je repense toujours à ce billet qu’avait écrit Aleks. ^^

      En tout cas, oui, je confirme, ton blog est une jolie découverte, et j’attends les prochains billets avec impatience.

      Répondre

      1. J’ai lu l’article, c’est un p…. de bon blog!

        Répondre

  4. Merci pour les liens, j’espère que ça pourra aider les aficionados du vinyle qui passent par ici !! ;)

    Bon allez j’y vais aussi de mes deux chouchoutes de ces derniers mois :)

    Royal Thunder qui envoie bien comme il faut :

    Et Ruby The Hatchett, rock vintage aux petits oignons :

    Répondre

    1. Très bonnes découvertes en effet ! Je me rends compte que parmi tout ce que j’écoute, je ne connais pas beaucoup de chanteuses aux voix « heavy ». Il y avait bien Magali Luyten sur Ayreon, qu’on n’entendait d’ailleurs pas suffisamment, mais je n’ai pas creusé (mais rien ne m’empêche de le faire !).

      Tiens par hasard je tombe sur une interview d’elle, dont un passage m’a amusée :

      Certains dans Nightmare avaient des appréhensions de prendre une fille au chant parce que, dans le métal, il y a beaucoup de filles qui chantent d’une façon plus lyrique. Et ils n’avaient pas envie de ça. Moi, je ne suis pas dans ce trip là, mes influences vocales sont masculines. Quand je monte sur scène, j’enfile ma petite paire de couilles, comme je ma plais à dire. On est certes des nanas mais on a cette puissance en nous.

      « Ma petite paire de couilles », ahah ! Faut que j’écoute Nightmare, du coup :)

      Répondre

      1. « Une petite paire de couilles » qui chante, l’anecdote est excellente. Si tu as quelques minutes à perdre, en termes de performance purement vocale, la vidéo ici mérite un coup d’oreilles ! C’est époustouflant, et ça devient presqu’inhumain à partir de 1’40 -et la minute qui suit-.
        C’est d’autant plus impressionnant que l’orchestre est fourni et joue assez fort -il faut donc passer par-dessus, sans micro, forcément, vu le genre…- et que c’est un enregistrement live…
        Certains liens de ce billet sont tout-à-fait cocasses -vus d’ici et avec mon tempérant plutôt très rationnel-, mais intéressants à lire, cependant ! Merci pour ce partage instructif, donc !

        Répondre

        1. Merci pour cette vidéo de Lauritz Melchior, que je ne connaissais pas (j’aime bien l’opéra pourtant, mais force est de constater que n’y connais pas grand chose). La description de la vidéo dit qu’il était allemand, mais en fait non, il était danois (plus tard naturalisé américain). Je suis quand même moins friande des voix de gars…

          Ma référence en matière d’opéra, c’est le rôle de la Reine de la nuit dans « La Flûte enchantée » de Mozart, interprété par Lucia Popp, sous la direction de Otto Klemperer. Ça, ça a été un véritable choc musical quand j’étais môme, et cela a durablement marqué et mes goûts musicaux, et mon imaginaire. ;-)

          Répondre

          1. – Lauritz Melchior, pour le connaître, il faut :
            • aimer Wagner;
            • aimer les vieilles cires, ses meilleurs enregistrements datant d’avant la seconde GM.
            A partir de là, il est incontournable, c’est le ténor qui a le plus marqué la discographie wagnérienne, d’une part, et les rôles qu’il a interprétés maintes fois, d’autre part. C’est parfois un rien placide d’intonation -parce que le style a profondément changé depuis, et qu’on cherche désormais des chanteurs-acteurs- mais en termes de puissance vocale et d’endurance, il reste inégalé. Sa carrière fut exceptionnellement longue, et, à près de 70 ans, il avait encore une longueur de souffle à en remontrer à bien des ténors très célèbre actuels, même si, évidemment, le timbre est un peu défraîchi…

            – Si tu aimes la Reine de la nuit, précipite-toi vers Rita Streich, avec Ferenc Fricsay : dans une optique beaucoup plus vive et acérée que Popp-Klemperer, c’est excellent -et c’est ici et, en plus, les coupes de cheveux de la cantatrice, dans ces années 50, sont impayables !!!-.

          2. Merci, je vais écouter ça !

  5. Pffff, 14 liens ouverts… Pourquoi j’ouvre tes articles « pendant une pause de 5 minutes » moi ?

    Répondre

    1. Pour optimiser ta G. A. O ?

      Répondre

  6. Aloooors, en vrac :

    – Des excuses, des « désolée » et des « pardons », il y en a dans la moitié de mes emails et de mes phrases. Je sais que c’est un tic de langage déplorable, que je n’ai pas à m’excuser la plupart du temps, mais c’est tellement dur de s’en débarrasser !

    – Le road-trip en solo en Ecosse fait bien rêver : le pays a l’air de regorger de paysages sublimes, et j’aime cette façon d’appréhender le voyage, de changer ses plans à la dernière minute si on ne le sent pas.

    – Je te conseille la visite de Gand ! Moins « spectaculaire » que Bruges, elle vaut néanmoins le détour. Il y a même une place où les lampadaires clignotent quand il y a une naissance dans l’hôpital voisin :-) (par contre on avait trouvé les serveurs pas franchement sympas envers les gens parlant français, mais on avait probablement mal choisi notre resto !).

    – L’agrandissement de la goutte d’eau de mer fait franchement bien flipper ! Comme tout ce qui concerne le « très très petit » en fait, en y réfléchissant…

    – Et sinon, les patates douces et les chips au vinaigre, c’est le bonheur pur !

    Répondre

    1. Je suis contente que plusieurs trucs aient retenu ton attention ! :-)

      – Des excuses, des « désolée » et des « pardons », il y en a dans la moitié de mes emails et de mes phrases. Je sais que c’est un tic de langage déplorable, que je n’ai pas à m’excuser la plupart du temps, mais c’est tellement dur de s’en débarrasser !

      I feel you, je suis dans le même cas… Perso, je me suis rendue compte que quand j’ai pris conscience d’un tic de langage comme ça, j’ai naturellement tendance à remarquer quand j’y ai recours (alors qu’avant, non). Par exemple dans un email, il arrive que je m’excuse, et puis en relisant je me dis : « ah non hein, ça suffit les excuses ». Bon, sauf si vraiment j’ai abusé sur un truc, évidemment, mais au quotidien, j’essaie de réduire.

      – Je te conseille la visite de Gand ! Moins « spectaculaire » que Bruges, elle vaut néanmoins le détour. Il y a même une place où les lampadaires clignotent quand il y a une naissance dans l’hôpital voisin :-)

      Hihi, marrante ces idées des lampadaires… Mais du coup, ils doivent clignoter super souvent, non ? Tu crois qu’il y a une personne préposée à appuyer sur un bouton à chaque fois qu’un enfant naît ?

      – L’agrandissement de la goutte d’eau de mer fait franchement bien flipper ! Comme tout ce qui concerne le « très très petit » en fait, en y réfléchissant…

      C’est vrai, faut pas trop penser aux acariens qui recouvrent tout, dont nous, par exemple…

      Répondre

  7. J’ai adoré ta sélection.
    La liste des 150 albums composés par des femmes va me permettre de découvrir plein de choses et de mieux en apprécier d’autres. J’ai toujours adoré Jaggeg Little Pill de Alanis Morissette mais je l’ai toujours considéré comme un plaisir un peu coupable. Saloperie de misogynie intériorisée :(

    ps : coquille sur la « bibliothèque » et non la « librairie » féministe ?

    Répondre

    1. La liste des 150 albums composés par des femmes va me permettre de découvrir plein de choses et de mieux en apprécier d’autres. J’ai toujours adoré Jaggeg Little Pill de Alanis Morissette mais je l’ai toujours considéré comme un plaisir un peu coupable. Saloperie de misogynie intériorisée :(

      Ah oui ? C’est marrant, pour le coup dans toute la sphère des fans de Tori Amos, se trouvent énormément de fans d’Alanis Morissette. C’est sans doute lié au fait qu’elles ont tourné ensemble à une époque : un soir c’était l’une qui commençait, et l’autre qui terminait le concert, et le soir d’après l’inverse, et ainsi de suite. Bon, cela dit il paraît qu’une guerre féroce a pu se livrer à l’époque entre fans, mais je n’en sais pas plus. Pour le coup, j’adore la musique des années 90, mais Alanis Morissette ça me tape vite sur le système (à part Ironic).

      Et oui sinon pour la misogynie intériorisée, c’est clair. Mais la racine du mal, c’est la misogynie tout court, qui nous a déteint dessus à un moment. Par exemple, quand j’étais ado, j’écoutais beaucoup de « metal à chanteuse » (sic). Et pas à chanteuse « heavy », non : à chanteuse lyrique voire pop. Et à part les fans hardcore de ce style musical, pour les « true » métalleux, on passait vraiment pour des cons ignards. Simplement parce que ces groupes comptaient une ou deux meufs dans leurs rangs, que les thèmes étaient parfois plus romantiques, et les sonorités plus mélodiques. Bref… Faut croire que ça ne m’a pas découragée, vu que je continue à préférer tout type de musique impliquant des meufs, en particulier au chant !

      Mais c’est clair que les musiciennes ont beaucoup plus d’obstacles à franchir que les musiciens. Tori en parle souvent en interview d’ailleurs, notamment à cause de son âge : elle dit que c’est encore plus dur aujourd’hui à 54 ans de continuer à faire de la musique et à avoir de la promo pour ça, car toutes les maisons de disques pensent qu’elle est « finie » depuis longtemps. Un musicien de 54 ans (ou bien plus) on va dire qu’il a de la bouteille, ça ne choque personne de le voir encore sur scène, ou sortir avec des meufs beaucoup plus jeunes que lui. Par contre si c’est une musicienne, comme d’hab on va d’abord parler de son physique, de si elle « se maintient » ou pas, avant même d’écouter ce qu’elle a à dire. Et ça vaut aussi pour les fans de Tori, dont certains parlent systématiquement de sa tête ou de ses fringues dès que les premières photos promo d’un nouvel album sort : je suis passée par là, et puis je me suis rendue compte, en lisant les réactions de fans féministes, que c’était complètement con et misogyne.

      En tout cas je suis bien contente que la liste des 150 albums t’inspire. Je me rends compte que je connais peu d’albums cultes faits par des femmes ; je compte bien y remédier !

      À ce sujet, j’avais assez bien aimé le livre Respect : Le rock au féminin de Steven Jezo-Vannier, qui reprend un peu ce principe d’un album conçu par une femme = une chronique.

      ps : coquille sur la « bibliothèque » et non la « librairie » féministe ?

      Tout à fait ! Je ne sais pas pourquoi mes doigts ont fourché. C’est corrigé en tout cas. Merci de me l’avoir signalé !

      Répondre

  8. En parlant de cinéma, est-ce que tu connais le magnifique conte gothique tchèque « Valérie au pays des Merveilles » ? C’est tout a fait ta came, je pense! :)

    Répondre

    1. Han non je connais pas, mais vu l’affiche, je suis intriguée ! Merci pour la recommandation :)

      Répondre

  9. Merci Marie pour la dédicace. C’est venu à un drôle de moment: tout juste avant que le blog se fasse une nouvelle peau, ha! J’espère que tu t’y plais encore malgré la nouvelle direction. Maintenant je vais aller lire la lettre enflammée de Frida Kahlo…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents