Ciel breton

Recevoir du courrier est un petit plaisir que je chéris. Rien ne me fait plus plaisir qu’apercevoir une enveloppe colorée parmi la pile de prospectus et de factures dans ma boîte aux lettres.

Quel plaisir que de ramener le précieux petit butin chez moi, d’ouvrir soigneusement l’enveloppe au coupe-papier, et de lire avec avidité chaque mot écrit à mon intention !

Pour partager cette joie autour de moi, j’ai eu envie de créer une carte de vœux pour célébrer 2016 à ma façon. J’avais envie d’écrire, de dessiner et de mélanger beaux messages, belles couleurs et beaux papiers.

Je confiais secrètement à mes bébés cartes la mission d’illuminer à leur tour la journée de ceux qui les découvriraient dans leur boîte aux lettres.

Les dessins

C’est ainsi qu’un pâle matin d’automne, j’ai eu la vision d’un coucher de soleil mauve dans lequel se glisserait un sticker :

L'idée

Une fois le concept clair dans ma tête, j’ai commencé à réfléchir à la forme que cela allait prendre. Je savais que je voulais une carte et une enveloppe au format A5 : assez grand, mais pas trop grand.

Le format du sticker a découlé naturellement de ce choix. Après une petite étude de marché, j’ai fini par jeter mon dévolu sur les stickers transparents de Sticker Mule, en taille 7,5 x 7,5 cm.

J’ai ensuite dessiné la carte :

Dessin prêt à être scanné

Sur la photo ci-dessus, on peut voir que j’avais découpé une feuille exactement au format A5. J’avais en effet omis de tenir compte des débords qui allaient être nécessaires sur le fichier numérique à fournir à l’imprimeur… J’ai donc rallongé certains traits pour pallier cet oubli.

Par ailleurs, j’imaginais glisser l’autocollant dans la carte, grâce à une fente que j’aurais découpée moi-même au scalpel. J’ai rapidement créé un prototype, qui fonctionnait bien :

Prototype initial

J’ai ensuite scanné le dessin puis l’ai colorisé dans Photoshop. J’ai ajouté une petite texture maison créée grâce à des éclaboussures d’encre :

Sprits de peinture utilisés sur la carte

Inutile de dire que Shera ne m’a pas du tout aidée.

Shera ne m'a absolument pas aidée

Le sticker

Je me suis ensuite attelée au dessin du sticker, qui m’a donné un peu plus de fil à retordre.

La phrase « Bien faire est laisser braire » s’est imposée d’elle-même. Il s’agit non seulement de ma phrase fétiche, mais c’est aussi un talisman protecteur qui fonctionne très bien. C’est une petite phrase ô combien réconfortante dont j’aime faire cadeau autour de moi.

Je l’avais déjà utilisée sur mes petits stickers MOO, qui avaient eu leur petit succès quand je les ai distribués pendant Paris Web.

Afficher cette phrase bien en évidence grâce à un sticker plus grand me semblait intéressant, en particulier pendant les moments de doute et de confusion, comme une sorte de « Bat signal » anti relous.

Mon dessin initial était cependant loin d’être parfait :

Croquis pour le sticker

Le hasard a voulu que je reçoive, à Noël, l’excellentissime livre de Jessica Hische, In Progress, dont la lecture m’a aidée à envisager ce dessin sous un autre angle et à l’améliorer un peu.

Ne maniant pas suffisamment bien la plume pour créer mes lettres directement dans Illustrator, je prévoyais d’utiliser l’outil « Vectorisation dynamique ». Il fallait donc commencer par augmenter les contrastes du dessin :

Foncer les contours avant nettoyage et vectorisation

Ensuite, j’ai nettoyé le dessin, en simplifiant certaines formes, en accentuant les contours et en dégageant un peu l’espace au niveau des descendantes du dernier mot :

Sticker vectoriel

J’ai enfin pu vectoriser le dessin obtenu dans Illustrator, puis je l’ai encore amélioré à la plume, en retouchant certaines courbes de Bézier, en réalignant mieux les lettres, et en harmonisant la composition :

Le sticker au format vectoriel

Il fut enfin temps d’envoyer le fichier à Sticker Mule (dont le processus de validation est un peu déroutant, je dois dire). J’ai reçu ma commande en un peu moins de 15 jours, parfaitement imprimée. Les stickers sont un peu plus épais que ce que j’avais imaginé, mais ils sont de bonne qualité !

Sticker Mule
Réception des stickers

Les cartes

Le dessin du sticker terminé, j’ai pu finaliser la carte et l’envoyer à l’impression :

Tadaaam !

J’ai ajouté la soucoupe volante in extremis, parce que je venais tout juste de replonger dans X Files… ;-)

Pour faire imprimer les cartes, j’avais sélectionné plusieurs imprimeurs en ligne, à qui j’ai demandé des échantillons. Ce sont ceux d’Overnight Prints qui m’ont le plus convaincue.

Au final, j’ai choisi des cartes A5, avec impression offset sur un carton 350 g/m2, très rigide, et un rendu mat. En effet, cela correspondait plus à ma charte (papier/vintage) que le rendu brillant.

Le jour où j’ai reçu les cartes, j’étais aux anges :

Réception des cartes

L’impression est de très bonne qualité. J’ai trouvé le rendu des couleurs très fidèle à l’illustration originelle. Le rendu est légèrement satiné, presque un peu nacré. C’est très beau.

Toujours est-il que les cartes étaient trop épaisses pour que j’ose les couper au scalpel afin d’y insérer les stickers. Il a donc fallu trouver un plan B : en l’occurrence, j’ai fixé un sticker sur chaque carte à l’aide d’un petit morceau de masking tape roulé sur lui-même, grâce à une brillante idée de mon cher et tendre.

Le masking tape permettrait à chaque destinataire de décoller délicatement le sticker sans abîmer la carte. Encore mieux que ce que j’avais imaginé au départ.

Les enveloppes

Pour les enveloppes, que je voulais bien évidemment mauves, je n’ai pas eu à chercher : Papier Maki était tout désigné.

Le matos !

C’est déjà à eux que j’avais fait appel lors de la création de ma précédente carte de vœux, en 2014.

Leurs papiers sont fabriqués en France, à base de papiers recyclés, ce qui me plaît beaucoup.

Tas d'enveloppes

Seul petit défaut de ces enveloppes : elles ne sont pas auto-collantes. Il a donc fallu les humecter à l’aide d’une éponge avant de les coller, car il y en avait beaucoup trop pour que je puisse le faire moi-même.

L'épreuve de l'éponge

Les timbres

Le puzzle était presque complet ! Il ne me manquait plus qu’une pièce à trouver : les timbres.

Par chance, la carte, l’enveloppe et le sticker pesaient tout juste 20 grammes : j’ai donc pu faire le plein de timbres hyper jolis.

De plus, La Poste avait édité des timbres sur le thème des cristaux (!), d’autres sur le thème de l’œil, et d’autres enfin pour souhaiter la bonne année, ce qui correspondait bien à mon projet. Aussi, j’en ai achetés des tonnes !

Pluie de timbres
Encore des timbres ^.^

Lorsque c’était possible, j’ai choisi le ou les timbres ad hoc pour chaque destinataire. C’était très amusant de trouver les coïncidences… :)

Les jolis timbres

Le temps… et l’argent

Alors, oui, il va sans dire que tout ce projet m’a pris pas mal de temps.

En particulier, l’écriture des cartes s’est révélée longue et assez éreintante émotionnellement.

J’ai écrit environ 90 cartes, donc 90 mots différents, pour 90 personnes différentes… Autant de souvenirs, d’émotions et de messages en pagaille qu’il m’a fallu canaliser.

Écriture

Écrire la carte, écrire l’adresse, imprimer mon adresse au dos avec un tampon, coller le sticker sur la carte avec le masking tape, choisir et coller le ou les timbres, humecter l’enveloppe, la coller, éventuellement la renforcer avec du masking tape… Tout ça multiplié par 90, ça m’a pris un temps fou ! o.O

Préparation

Sans compter que tout ça m’a coûté assez cher, entre l’impression des cartes (35 €), l’impression des stickers (154 € – j’en ai commandés 300 pour avoir du rab), les enveloppes (34 €) et les timbres (environ 100 €).

Mais quand on aime, on ne compte pas :)

Conclusion

J’aime bien ces milliers de petits destins différents auxquels sont promis ces bouts de papier :

  1. L’autocollant, on peut le coller sur un cahier qu’on adore, sur son ordinateur, dans son bureau ou l’offrir à quelqu’un.
  2. L’enveloppe, on peut la jeter, mais on peut aussi choisir de la garder, de la recyler ou de la coller dans un carnet. On peut aussi découper les timbres pour les collectionner, ou les donner à quelqu’un qui les collectionne.
  3. Quant à la carte, on peut l’épingler au-dessus de son bureau, la coller ou bien même l’encadrer.
Ma carte encadrée par Candice
Ma carte encadrée par Candice ! *^.^*

Ce qui m’a plu dans ce projet, c’est sa dimension humaine. Demander les adresses des uns et des autres m’a permis de papoter avec pas mal de monde, de prendre des nouvelles, d’échanger les idées et les émotions du moment.

Pour moi, c’est important de dire aux gens qu’on les aime et que ce qu’ils font est bien.

J’ai repensé aux personnes qui m’ont aidée, encouragée et inspirée en 2015 : des proches et des amis, bien sûr, mais aussi des copaines du web, d’anciens collègues chouchous, des gens rencontrés cette année par hasard, ainsi que des êtres dont le travail et la personnalité m’inspirent au quotidien.

Cartes de vœux

De plus, cela m’a bien plu de savoir que certaines cartes s’envolent pour le Liban, les États-Unis, les Pays-Bas, l’Allemagne ou encore le Canada.

Et surtout, ce projet m’a permis de recevoir en échange une belle collection de cartes, toutes plus cools les unes que les autres :

Les cartes de vœux que j'ai reçues

(Ça m’a donné très envie de monter un cercle d’adeptes de mail art, mais je ne sais pas trop comment organiser ça. Si vous avez des idées…)

J’ai aussi reçu des mots doux, des surprises et de petits cadeaux, comme ce super petit clown en papier, que m’ont offert Julien et Magali :

Mon petit clown de papier

Ainsi que ce dessin absolument extraordinaire de Marie Meier, qui est sans doute l’une des plus belles choses qu’on m’ait jamais envoyées :

Carte de Marie Meier

Bref, snail mail for ever ♥︎

À propos ! Il me reste pas mal de stickers pour qui n’en veut. Si vous me croisez cette année, par exemple lors d’un évènement, n’hésitez pas à m’en demander, je serais ravie de vous en offrir :)

J’en avais pendant le WordCamp, et j’ai pu en offrir notamment à un couple de designers ukrainiens rencontrés à cette occasion. Cela a été le prétexte pour échanger quelques mots en mauvais anglais. C’était chouette !

37 commentaires

  1. Salut La Fée,

    Je suis toujours étonné par cette naturelle propension à livrer tes recettes créatives !

    Tu viens d’expliquer comment faire des cartes de vœux : c’est vraiment cool.

    Sinon, une question taquine : ton vernis à ongles se marie avec la couleur des enveloppes, voulu ?

    des bisous de Gillou

    1. Pour le vernis à ongles, je n’y suis pour rien, mes ongles sont naturellement mauves :-P

  2. Bonjour Miss !
    Alors là c’est un sujet auquel je suis sensible…très sensible.
    Depuis plus de cinq ans avec une ami nous avons décidé de commencer une correspondance Art postal. Nous avons ainsi pu réaliser à nous deux près de 500 enveloppes décorées à raison de une par semaine. Nous projetons de faire une exposition au musée de la poste…Notre correspondance se fait depuis Bangkok pour moi et Paris pour mon amie. Il y a eu aussi Vientiane (au Laos) Paris pendant deux ans.
    Marie? mon plaisir serait de réaliser un art postal (ou mail art) rien que pour toi et avoir le plaisir d’imaginer le tien lorsque tu auras parmi tes facture, courrier impersonnel ou publicités diverses un courrier, un tableau venant de Bangkok (jolis timbres en sup !)
    Pour cela un message privé avec ton adresse postale et hop ! il n’y a plus qu’à attendre…
    KESKETENPENSES ?

    1. Je suis bien désolée, j’ai laissé passer quelques fautes…quand on vous dit qu’il faut se relire…avant d’envoyer… Bref !

    2. Hello Cicia ! Un grand merci pour ton commentaire, aussi enthousiaste qu’enthousiasmant :)

      Ce projet d’art postal dont tu me parles a l’air extraordinaire. 500 enveloppes dis-tu ? Quel boulot ! Si une telle exposition se profile, tiens-moi au courant.

      Quant à une enveloppe que tu m’enverrais de Bangkok… voici une riche idée qui me fait grave rêver ! *_* Je t’envoie mon adresse par email ! ^.^

  3. Juste waouh!!!!!

    1. :)

  4. Ho, très jolies cartes et surtout, très belle démarche !
    Je suis aussi une adepte du snail mail – au point que, depuis peu, je me suis dit que j’allais me mettre au scrap (à un humble niveau et pour des cartes en majorité, hein, j’ai toujours deux mains gauches quand il s’agit de scrap… ^^ »)
    La geekette que je suis a d’ailleurs pu marier snail mail et geekitude l’an dernier en découvrant IGGPPC (International Geek Girl Pen Pal Club) – régulièrement, des « pairing rounds » sont organisés, on remplit un petit formulaire et hop, on est mis en lien avec quelqu’un et c’est parti pour la correspondance ! :)
    J’espère un jour pouvoir faire de jolies cartes (en tout cas j’y travaille), et lire ton billet fait chaud au coeur car oui, le snail mail c’est juste <3 !

    Merci d'avoir partagé ta démarche, ça m'inspire aussi :)

    Bises timbrées :p

    Lulla

    1. Merci Lulla !

      La geekette que je suis a d’ailleurs pu marier snail mail et geekitude l’an dernier en découvrant IGGPPC (International Geek Girl Pen Pal Club) – régulièrement, des « pairing rounds » sont organisés, on remplit un petit formulaire et hop, on est mis en lien avec quelqu’un et c’est parti pour la correspondance !  :)

      Ohlàlà, ça a l’air super comme concept ! Il faut que je me renseigne !

      J’espère un jour pouvoir faire de jolies cartes (en tout cas j’y travaille), et lire ton billet fait chaud au coeur car oui, le snail mail c’est juste <3 !

      C’est un super projet ! Après faut pas trop se focaliser sur la forme ; bien sûr on a tous envie de faire un truc « joli », mais ce qui compte (comme sur le web) c’est avant tout le message/le contenu. Je garde des cartes et des lettres sans attrait esthétique particulier parce qu’elles contiennent des messages de folie…

      Je dirais que la simple écriture de la personne qui nous écrit est intéressante… Après, rien que le choix d’une belle encre et d’un stylo correct permettent de « pimper » l’expérience.

  5. Cécile diz'

    15 février 2016

    Coucou Marie,

    C’est très beau et comme toujours très intéressant à lire. Du coup ça me donne envie de me lancer. A bientôt et encore bravo.

    1. Merci Cécile ! :)

  6. Tinuviel.19

    15 février 2016

    Hello Marie,

    Voilà un exemple de tes billets que j’adoooore! ça me donne une envie folle de créer quelque chose avec mes petits doigts!

    Merci!

    1. C’est cool ! Hâte de voir :)

  7. Belle démarche, belle générosité. C’est toujours hautement inspirant de lire les billets sur tes projets créatifs! Bravo Marie et merci pour ce partage :)

    Bises

    1. Merci ! :-*

  8. Hello Marie,

    J’adore tes articles de making-of.
    C’est vrai que c’est toute une organisation la carte de voeux. J’en ai envoyé moins que toi, mais ça m’a aussi pris une infinité de temps et d’argent.
    Mais ça fait tellement plaisir d’en recevoir. On est beaucoup plus touché par cet objet physique que par le sempiternel texto de bonne année copié collé à tout le répertoire.
    Et les gens le rendent bien, ça plait beaucoup.

    À bientôt !

    1. Coucou !

      On est beaucoup plus touché par cet objet physique que par le sempiternel texto de bonne année copié collé à tout le répertoire.
      Et les gens le rendent bien, ça plait beaucoup.

      C’est vrai ! Que ça soit des sms ou des emails, on croule tellement sous la masse que ça devient difficile de trier le bon grain de l’ivraie… Sans compter que la communication numérique, en particulier à travers les émojis, à tendance à appauvrir le partage d’émotions.

      Le papier a encore de la ressource, s’il est utilisé à bon escient.

      En tout cas, ta carte m’a fait très plaisir ! Je salue ton travail créatif et l’investissement multiple :)

  9. Un sacré projet en effet, c’est vraiment chouette de te lire et de voir à quel point tu aimes toujours soigner chaque petit détail. Ils ont dû être ravi de recevoir ce beau cadeau. Merci de partager cela ;)

    Et je devrais me rappeler cette maxime, cela me permettrait de prendre du recule par rapport à certains « ânes ».

    1. Yep… Je médite là-dessus chaque jour également.

  10. Varouschka

    16 février 2016

    C’est drôle, en lisant le processus j’ai eu la sensation d’être une petite souris qui t’épiais pendant que tu t’affairais des heures durant. Je n’avais pas imaginé l’ampleur du temps de préparation, et c’est peut-être pour ça que je me sens rikiki n_n.

    Tu as oublié un usage pour ta carte : elle peut aussi servir de remonte-moral/boost.

    1. C’est drôle, en lisant le processus j’ai eu la sensation d’être une petite souris qui t’épiais pendant que tu t’affairais des heures durant.

      Une petite souris comme dans Cendrillon ? ^.^ « Le rêêêve qui sommeeeiiille dans nooos cœuuurs… » – pardon.

  11. Comme d’habitude, ton processus de création est super intéressant ! Je ne pensais pas qu’il y avait autant de travail sur la vectorisation par exemple !

    Mais sinon, je m’en veux totalement car je ne t’ai même pas encore remercié pour cette superbe carte :s Je voulais le faire de *vive lettre*, mais euh, elle n’est toujours pas finie (ni donc partie…) Il faut dire que la tienne est si belle et si travaillée que je voulais que ma réponse soit un minimum à la hauteur ! Mais promis, tu l’aura avant 2017 :p

    1. Coucou !

      Je ne pensais pas qu’il y avait autant de travail sur la vectorisation par exemple !

      C’est juste parce que je ne maîtrise pas bien tout ça X-D

      Mais sinon, je m’en veux totalement car je ne t’ai même pas encore remercié pour cette superbe carte :s Je voulais le faire de *vive lettre*, mais euh, elle n’est toujours pas finie (ni donc partie…) Il faut dire que la tienne est si belle et si travaillée que je voulais que ma réponse soit un minimum à la hauteur ! Mais promis, tu l’aura avant 2017 :p

      Ah, super ! Prends ton temps. J’adore recevoir du courrier, surtout par surprise :)

  12. J’ai une estime infinie pour les personnes qui vont au bout de leurs idées, même s’il s’agit juste d’un « Tiens, ça serait rigolo si… » Trop souvent on se laisse gagner par la flemme, et pourtant vivre tout ce processus de concrétisation de A à Z est tellement gratifiant, comme en témoigne ton article !

    Quel bonheur j’ai eu à trouver cette enveloppe violette dans ma boîte aux lettres… Ça a illuminé ma journée, et sans aucun doute celle de tous tes destinataires. Et quel aboutissement ! Tout est réfléchi dans les moindres détails, chacun faisant écho à ta personne et ton univers, c’est génial :)

    Merci toujours infiniment pour un tel partage, que ce soit de ton processus créatif comme de son résultat. Tu es une source d’inspiration immense et me motives à ne pas laisser mes idées stagner dans un coin de cerveau, mais au contraire à me bousculer pour les concrétiser. Comme je te le disais déjà, des idées qui restent dans une tête ne profitent à personne, je dois m’efforcer de suivre mon propre conseil…

    … et ta devise que j’ai affichée près de mon bureau m’en est un merveilleux rappel au quotidien :)

    PS : Toi qui aimes échanger des correspondances aux quatre coins du monde, connais-tu le Postcrossing ? Ça peut être une piste à explorer !

    1. J’ai une estime infinie pour les personnes qui vont au bout de leurs idées, même s’il s’agit juste d’un « Tiens, ça serait rigolo si… »

      Bah, j’y suis pas pour grand chose. Je crois que, en fin d’année, être entourée de personnes créatives qui tentent des trucs m’a un peu galvanisée. La lecture de tes billets notamment m’a confortée dans cette idée d’aller au bout de son idée, même si elle paraît totalement saugrenue à autrui… C’est peut-être précisément la raison pour laquelle il faut la mener à bout ?

      Du reste, 2016 est arrivé, et je t’avoue que depuis quelques semaines je patauge dans une fange habituelle d’auto-dévaluation et de doute extrême en ce qui concerne mes « créations » au sens large (y compris mes écrits).

      Je pensais que mon vague à l’âme bloguesque de fin d’année volerait en éclat avec l’arrivée d’un nouvel an ; il n’en est rien.

      Je me pose 3000 questions par jour, et, si jamais j’ai le malheur de commencer à poser par écrits ce qui pourrait servir de bribes pour un prochain billet, j’arrête au bout de 10 minutes en bâchant mon propre travail de commentaires que ne renieraient pas mes haters.

      Pourquoi l’esprit humain fait-il plus attention à la seule critique qu’aux neufs autres commentaires bienveillants ?

      Du coup, insatisfaite, je continue mon éclipse en demie-teinte.

      PS : Toi qui aimes échanger des correspondances aux quatre coins du monde, connais-tu le Postcrossing ? Ça peut être une piste à explorer !

      Non, je ne connais pas du tout, merci pour cette idée ! Je vais me renseigner. Tu en fais, toi ?

  13. MAGNIFIQUE!!! Tout le processus de création, étape par étape, avec un plan de travail précis, tout ça au service d’un travail créatif, qui amène des enveloppes de bonheur aux destinataires…

    Pour l’art postal, on peut faire un call mail art, avec le thème choisi, etc. Il y a des groupes Facebook dédié aux passionnés d’art postal.

    Pour avoir pratiqué le postcrossing, je trouve au final ça assez décevant, beaucoup de cartes sont tristounettes, pas souvent de mots personnalisés…autant échanger de vraies lettres :-)
    Pour les passionnés d’écriture, de cartes il y a par exemple la possibilité d’échanger sur le site extra  » N’oublie pas d’écrire »

    1. Top, merci pour ton retour, je vais aller jeter un œil à ce site extraordinaire :)

  14. Je trouve ça très cool ! Cela me rend nostalgique : avec ma famille, nous avions pour tradition de faire des cartes de voeux amusantes avec des photomontages ou des déguisements quand j’étais enfant. C’était un super projet qui nous rassemblait, nous et aussi ceux qui la recevaient. Je devrais peut-être reprendre le flambeau à ma façon.

    Merci de partager tes fournisseurs, ça risque de m’aider pour un autre projet postal 2016 !

    1. Cela me rend nostalgique : avec ma famille, nous avions pour tradition de faire des cartes de voeux amusantes avec des photomontages ou des déguisements quand j’étais enfant. C’était un super projet qui nous rassemblait, nous et aussi ceux qui la recevaient. Je devrais peut-être reprendre le flambeau à ma façon.

      Mais complètement !

      J’ai tenté de reprendre une tradition familiale créative à Noël dernier, de la recycler à ma sauce et de l’importer dans ma belle-famille : ça a eu son petit succès.

      Donc n’hésite pas, ça fera toujours plaisir de toute façon, et puis l’essentiel c’est de s’amuser à le faire :)

  15. J’adore!!! Merci de partager ton process c’est super intéressant! Et ça donne envie d’envoyer des cartes. J’aimais beaucoup envoyer des lettres décorées à mes amies quand j’étais plus jeune et ça me manque franchement. Dans le temps, on avait des correspondants, étrangers ou pas, à qui on écrivait et on attendait leur réponse avec impatience. Avec les emails, les réseaux sociaux, on a perdu ce genre de petites attentions. J’espère de tout coeur que ça va changer !

    1. J’aimais beaucoup envoyer des lettres décorées à mes amies quand j’étais plus jeune et ça me manque franchement.

      Moi aussi ! Est-ce que tu as connu la mode des « friendship books » (FB) ?

      Avec les emails, les réseaux sociaux, on a perdu ce genre de petites attentions. J’espère de tout coeur que ça va changer !

      Perso, je n’ai pas trop d’espoir, je préfère commencer à prendre mes mini initiatives de mon côté, et voir ce que ça peut donner. Jusqu’à présent, j’ai été très agréablement surprise de voir ce que ça a engrangé :)

  16. Bravo! 90 cartes c’est en effet du boulot et un petit budget! Je rejoins un des commentaires, j’ai une grand respect pour ceux qui vont au bout de leurs idées, même partant d’une petite envie, et ne laissent pas tomber en se demandant « Bah! Pour quoi faire? Est-ce vraiment utile? ». La réponse est oui, vu les petites touches de bonheur que cela a apporté!

    1. j’ai une grand respect pour ceux qui vont au bout de leurs idées, même partant d’une petite envie, et ne laissent pas tomber en se demandant « Bah! Pour quoi faire? Est-ce vraiment utile? »

      Je me pose sans arrêt cette question… D’ailleurs, souvent, quand je parle d’un projet autour de moi (que ça soit une idée d’article, ou une idée de projet créatif) on me dit souvent : « À quoi bon ? Tu espères quoi en faisant ça ? », comme s’il fallait forcément qu’il y ait un objectif…

      Bien sûr, le résultat est intéressant, et le côté imprévisible des réactions aussi, mais le chemin créatif l’est tout autant je crois.

  17. Coucou Marie!

    Je suis impressionnée, envoyer 90 cartes, c’est vraiment énorme!
    Ton travail est vraiment super, j’admire ta créativité!
    Je trouve cela super chouette que tu détailles tout le processus de création en tout cas.
    J’espère que j’aurais un jour la chance de te croiser et que j’aurais droit à un de tes super stickers!

    Amitiés

    1. Merci Andréa ! Je t’ai envoyé un petit mail :)

  18. Wahoo, quel travail, bravo ! Très intéressant de comprendre toute la démarche. J’ai encore plus envie d’avoir mon autocollant maintenant que je connais toute l’histoire. Et puisque tu le proposes… si je te vois au Flupa UX day je viendrai te voir ! :)

    1. Merci Margaux ! J’aurai des stickers avec moi pendant Flupa ;)

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !