Défi dessin, jour 2 : autoportrait
Défi dessin, jour 2 : autoportrait

Je dois vous faire une confidence : je suis très complexée de ne pas savoir dessiner.

Il n’en a pas toujours été ainsi : quand j’étais ado, je dessinais beaucoup. Et puis, ma découverte du web, mes sept ans d’études, mon critique intérieur – tout ça a fait que je n’ai presque plus jamais dessiné, perdant rapidement le peu d’aisance que j’avais acquise.

Mais j’ai toujours eu envie de m’y remettre – la refonte de mon portfolio ayant été le déclencheur.

Aussi, quand Laurence a lancé son défi dessin et suggéré de faire un dessin par jour pendant un mois, j’étais en quelque sorte terrorisée.

Le syndrôme de l’imposteur et l’ego mal en point fonctionnant à plein tube, j’avais peur de me ridiculiser et surtout, j’avais peur de devoir reconnaître que le dessin ne serait jamais mon fort.

Mais quand même, cela m’ennuyait profondément d’admettre que cette peur allait prendre le dessus sur mon envie de me remettre à dessiner : grâce à ce défi, je me suis fixé comme objectif de renouer avec le fait de dessiner simplement pour le plaisir, sans autre objectif que de réussir à faire un croquis chaque jour, de m’amuser à trouver une idée et à l’exécuter, avec les moyens du bord.

Pour une fois, je décidais de ne pas placer la barre trop haut ; pour une fois, j’allais oser montrer ce que je sais moins bien faire, sans rougir, et voir ce qu’il adviendrait.

A drawing a day keeps the doctor away

Défi dessin, jour 1 : œil
Défi dessin, jour 1 : œil

Ainsi, le 1er février, j’ai publié mon premier dessin : « œil ».

Griffonné sur un échantillon de papier super épais que j’avais acheté lorsque je cherchais le papier idéal pour imprimer ma carte de vœux (d’ailleurs, je vous montrerai bientôt à quoi elle ressemble).

Et puis, les jours se sont succédés, les dessins aussi, avec plus ou moins d’inspiration, plus ou moins de réussite.

J’étais loin de me douter que j’allais autant me prendre au jeu : je me suis souvent surprise à cogiter toute la journée sur le thème du jour, et éprouver une petite appréhension au moment de retrouver papier et crayon.

Je mentirais si je disais que j’ai réussi à pondre un dessin en cinq minutes chaque soir ; à la vérité, chaque croquis me prenait en moyenne une heure, depuis la recherche, les brouillons, au dessin, jusqu’au scannage et au nettoyage et à l’éventuelle coloriage sur mon ordinateur.

Quand je regarde mes dessins, je me demande bien ce qui a pu prendre autant de temps…

Défi dessin, jour 7 : passion

Parmi les dessins dont je suis fière, j’ai pris beaucoup de plaisir à dessiner ma muse, Tori Amos !

Certains soirs, la vie a repris son cours, et je loupais l’appel du crayon, ce qui provoquait une double ration de dessins le lendemain soir… Dur.

Certains thèmes m’ont prise au dépourvu : « slip », « statistiques », « mouvement », « quand je serai grande »…

Contre toute attente, mes dessins ont provoqué quelques réactions sympas : brisant l’indifférence générale, certains ont même osé en ajouter certains à leurs favoris voire, pour les plus fous d’entre eux, en retweeter !

Défi dessin, jour 13 : typographie

Ce que j’en retiens, donc, c’est que le plaisir de créer doit passer avant tout. Avant même d’imaginer quelles vont être les réactions – souvent fantasmées – des gens, il faut juste créer.

Par hasard, alors que j’étais en plein défi dessin, je suis tombée sur cette citation de Paul Jarvis, et ça m’a aidée à lâcher prise :

The more we focus on the labour, and less on the results of that labour, the better the work will be.

Bon, on ne peut pas dire que mes dessins en soient devenus meilleurs pour autant, mais au moins, j’ai donné un peu de répit à la petite voix dans ma tête qui répétait que ce que je faisais était nul.

Défi dessin, jour 20 : ma chanson préférée
Défi dessin, jour 24 : robot

Vous pouvez voir tous les dessins de tous les participants au défi dessin sur Twitter et sur Instagram, grâce au hashtag #defidessinfevrier.

Moi, j’ai littéralement bavé devant les dessins de Nim.

Laurence a également excellé.

Mais j’ai aussi adoré :

Bravo à tous les participants, c’était vraiment super de découvrir vos nouveaux dessins chaque soir !

Défi dessin, jour 28 : fin

Marie

15 commentaires

  1. Merci pour ce récap et pour ton ressenti sur cette expérience, parce que justement je me suis dit « mais boudiou, elle sait tout faire cette fille, c’est presque énervant » ^^)

    C’est exactement cette foutue trouille de mal faire, et cette habitude de sous-estimer mon niveau qui m’a empêché de jouer le jeu avec vous :/ le regard des autres sur ses dessins, les critiques, sa propre petite voix qui nous décourage parfois… du coup, merci de rappeler que le dessin et la création en général doit d’abord être un plaisir :)

    En tout cas, ça a été un plaisir de voir tes dessins chaque soir, et ça m’a carrément donné envie de ressortir mon carnet pour griffonner de temps en temps

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, Hélène, ça me fait chaud au cœur !

      ça m’a carrément donné envie de ressortir mon carnet pour griffonner de temps en temps

      Yes! Le plus dur c’est de mettre de côté ses doutes, et de simplement embrasser l’inconnu. Laisser le crayon être happé par le papier, gribouiller, griffonner, laisser son esprit s’évader, éviter de gommer, s’y remettre petit à petit…

      Je comprends très bien ce que tu ressens car je suis passée par là aussi, mais je peux te garantir qu’une fois qu’on a pris sa peur à bras le corps et qu’on a osé sortir de sa zone de confort, on est fier de soi ! :)

      Paradoxalement, le fait de montrer mes dessins a été une motivation, justement pour ne pas rester en tête à tête avec moi et moi, en mode « je déchire et je mets tout à la poubelle ».

  2. Au vu de ton site, jamais je n’aurais pensé que toi, marie, tu puisses ressentir des complexes vis-à-vis du dessin…

    … et je te comprends.

    Moi aussi, étant jeune, je dessinais, quelques fois trop.
    Moi aussi, j’ai, malgré moi, lâché le crayon pour me consacrer aux études et à mon travail.
    Moi aussi, je suis complexé et frustré de ne pas savoir dessiner comme certaines consœur/confrères.

    Mais moi, je n’ai pas (encore) osé faire ce que tu as fait : y consacrer du temps et exposer aux yeux extérieurs.

    Bravo.

    1. Merci Matthieu ! =)

  3. Chouette analyse et j’apprécie énormément la sincérité qui émane de ce billet +++

    1. Merci ♥

  4. Aaah, cet autoportrait en Batgirl, quelle belle ouverture <3

    J'ai adoré découvrir tes dessins quotidiennement, mais c'est vraiment chouette de voir aussi la rétrospective. Pour les retrouver, et aussi lire les sentiments que ça t'a inspiré. Ça donne une toute autre dimension au projet, comme si le tout était supérieur à la somme des dessins individuels :)
    Je crois que ce défi restera une expérience marquante pour tous les participants !

    P.S. : fais attention aux Illuminati :P

    1. Ça donne une toute autre dimension au projet, comme si le tout était supérieur à la somme des dessins individuels

      Ouais, c’est exactement ça ! J’en ai pris conscience quand on en a parlé ensemble et que j’ai compris que tu dessinais tout sur la même feuille. En voyant le résultat final, ça me fait l’impression d’une sorte de cadavre exquis vraiment exquis !

      Rien de tel de mon côté, mais en effet, l’ensemble est assez parlant :)

      P.S. : fais attention aux Illuminati :P

      Ils sont partout (même chez Picsou !) ^.^

  5. Ah, j’ai le même complexe! Sauf que moi, je ne dessine pas aussi bien que toi :)

    Je voulais te demander quel genre de programme tu utilises pour dessiner sur ton ordinateur.
    Merci

    1. Salut Alia ! Bienvenue par ici :)

      Je voulais te demander quel genre de programme tu utilises pour dessiner sur ton ordinateur.

      Je ne dessine pas sur mon ordi, tout simplement parce que je n’y arrive pas. Donc tous les dessins que tu vois sont réalisés au crayon, parfois avec des crayons de couleur (c’est le cas des dessins « ma chanson préférée » et « couleur ») ; ensuite je les scanne, je les nettoie et j’en améliore les contrastes dans Photoshop, avec de temps en temps l’utilisation de brosses pour tous les effets « aquarelle » et le coloriage.

  6. Salut Marie,

    c’était chouette de voir tes dessins. Tu as une patte. Beaucoup de gens ont des complexes quand il s’agit de dessiner. Mais c’est souvent nos complexes qui nous empêchent de nous lâcher sur la feuille de papier. J’ai bien aimé ce défi parce qu’on sentait que quel que soit le niveau de chacun, on s’est fait plaisir et ça se ressentait.

    1. Salut JP !

      Merci pour ton commentaire, ça me fait bien plaisir de te croiser par ici ! :)

      c’est souvent nos complexes qui nous empêchent de nous lâcher sur la feuille de papier. J’ai bien aimé ce défi parce qu’on sentait que quel que soit le niveau de chacun, on s’est fait plaisir et ça se ressentait.

      Ouais, tu as raison ! Souvent il suffit de se jeter à l’eau pour s’apercevoir que, non, on ne craint pas tant que ça, et que, oui, les autres aussi se mettent à nu (j’ai toujours trouvé que dessiner ça relevait de l’intime – mais là c’est sans doute ma propre histoire qui interfère avec mon jugement ! ^.^), avec spontanéité et sincérité.

      L’effort collectif était beau ; comme souvent, le tout est plus grand que la somme des parties !

      Moi qui suis une grande solitaire, j’ai apprécié faire partie de ce réseau d’esprits complices qui ont partagé une activité créatrice commune le temps du défi.

  7. Ce challenge porté sur des doodles, au vu de ton site qui en regorge depuis belle lurette, c’est sûre que tu ne pouvais pas passer à côté !

    Il y a des formes de pression à tout niveau de dessin en fait : quand c’est bien plus qu’une passion, l’idée même de ne pas dessiner tous les jours peut paraître bizarre (et pourtant, ça ne l’est pas). Fut un temps où sortir régulièrement faire du croquis me paraissait être une sorte de mission, mais c’était l’ambiance école d’art, je suppose ^^;

    Je les trouve cohérents entre eux, tes dessins, peut-être est-ce l’habitude de développer des ambiances graphiques ?

    1. Salut Messalyn !

      Fut un temps où sortir régulièrement faire du croquis me paraissait être une sorte de mission, mais c’était l’ambiance école d’art, je suppose ^^;

      Pourquoi as-tu arrêté ? :)

      1. Complètement par manque de temps. Je travaille très lentement, alors je choisis bien, et je mène à bien certains des projets que je conçois, n’ayant pour le moment pas de temps à consacrer à l’instantané « juste comme ça ».

        Quand je regarde mes dessins, je me demande bien ce qui a pu prendre autant de temps…

        Me life.

        Mais l’envie est encore là, bien sûr. J’ai improvisé un croquis de mon bonhomme en train de roupiller pas plus tard que la semaine dernière. C’était même plus simple que du croquis d’obs habituel, parce que j’étais à la maison. Faut avouer que devoir trimballer son carnet et devoir mettre pour l’occasion des lentilles… ça fait trop de « devoirs » à mon goût pour ce qui devrait être un plaisir ^^;

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents