Rennes

Ça y est : je rédige ce billet depuis mon nouveau chez-moi, à Rennes ! \m/

Officiellement, j’étais en vacances les trois dernières semaines.

En réalité, je n’ai pas eu une seconde à moi, entre les derniers cartons, le déménagement, l’emménagement, le déballage, les virées chez Ikea, le ménage, le bricolage, les kilomètres en voiture, les kilomètres en train, les chèques signés plus vite que mon ombre, les diverses formalités, sans parler des miaulements inquiets de mon chat les premières nuits…

De la place pour tout le monde

Les vacances, ça sera pour l’année prochaine. En attendant, je savoure déjà le cri des mouettes au petit matin, l’air qui sent bon, le silence absolu, les sublimes couchers de soleil en direct live de notre cuisine, les spécialités locales, le pas léger avec lequel je foule mon nouveau terrain de jeu, et ce sourire presque impertinent que j’affiche sans arrêt, à la simple pensée que, ça y est, je vis en Bretagne.

Le plus beau coucher de soleil

Ce n’est que le début de ce nouveau chapitre, pourtant je ressens déjà que notre qualité de vie a fait un grand bon en avant. Je suis heureuse d’être là, ici et maintenant ; je ressens que tous mes efforts ont fini par payer, et franchement, ça fait du bien.

Le mois dernier, je vous faisais part de mes réflexions sur le fait de ranger, de trier, de jeter ; mais, en août, ça a été mille fois pire.

Alors qu’on emballait les cartons, je jetais deux-trois trucs, certes, mais cela n’avait rien à voir avec les dizaines d’énormes sacs poubelle que j’ai remplis, qui avec de la paperasse, qui avec des bidules accumulés depuis mes années d’études (!)…

Un grand vide libérateur, pour repartir sur de bonnes bases – c’est sans doute un vœu pieu, comme une bonne résolution, mais j’y crois !

Shera

Mes classeurs sont bien étiquetés, les éléments similaires sont rangés ensemble et ne sont plus dispersés, j’ai trié le bon grain de l’ivraie niveau CD et DVD, je me suis débarrassée d’un bon nombre de fringues et de chaussures qui n’avaient plus vu la lumière du jour depuis plus de deux ans – autant de sacrifices réalisés sur l’autel de l’entropie.

Sur le moment, j’ai eu quelques pincements au cœur et ai vécu des flashbacks stupéfiants (relire des lettres écrites de la main de personnes qui ne font plus partie de ta vie est toujours un peu dur…) ; mais, le lendemain matin, je me sentais rajeunie, délestée. J’étais devenue le réceptacle d’une énergie nouvelle.

Mes petits bouteilles mauves

Les petites rues médiévales de Rennes sont un régal pour l’imaginaire et pour les yeux. Je prends plein de photos pour immortaliser tout ça, profitant de la belle lumière de l’été indien. Je continuerai à les publier sur mon blog dans les prochaines semaines.

De notre nouvel appartement, on a une vue imprenable sur le ciel et sur ses nuages immenses ; plus de vis-à-vis comme à Paris, simplement le haut des toits d’ardoise et le bleu du ciel qui recouvre tout de sa belle couleur.

On peut même se payer le luxe de faire la sieste au soleil, se laissant bercer par cette chaleur bienfaitrice et rassurante. Les nuits sont paisibles ; je n’ai plus besoin de boules Quiès pour trouver le sommeil.

J’ai déjà hâte que l’automne arrive, et trépigne d’impatience de voir les couleurs changer, et la lumière avec elles. Je pense à ces prochaines promenades qui nous tendent les bras, ces échappées qui sentent bon le sel et les algues, les eaux fraîches qui caressent pierre et terre.

Démenti officiel à propos de la météo bretonne

Un changement de perspective – un nouveau souffle dont j’avais – bon sang ! – tant besoin. Maintenant que le plus dur est fait, je vais prendre un malin plaisir à savourer, encore et encore.

On dit souvent que les gens quittent un endroit pour mettre de la distance entre eux et leur vie. Pour moi, c’est l’inverse : j’ai le sentiment que je commence seulement à me rapprocher de mon idéal, après tant d’années passées à tâtonner avant de trouver ma voie.

J’ai cette intime conviction que plus je me rapprocherai des océans, plus je serai au bon endroit.

L’aménagement de mon nouvel atelier n’est pas encore complètement terminé, mais je me régale déjà de la place dont je vais pouvoir disposer. Shera est également très contente de son nouvel arbre à chat (« kratzbaum » en allemand !), qui lui permet d’espionner les autres chats du quartier…

Chelfie

Le mois de septembre va être une nouvelle aventure à lui tout seul, avec la prise d’un nouveau rythme, la découverte d’un nouveau cadre de travail, de nouveaux visages… Je me fais la promesse d’avoir toujours mon appareil photo sur moi.

Les clés du fort
Un de nos nouveaux voisins
La sentinelle
En voiture

Marie

12 commentaires

  1. C’est cool d’avoir de tes nouvelles :) Je comprends ce sourire béat que tu ne peux t’empêcher d’avoir dans ces moments tant attendus te paraissent encore irréels et que tu savoures !

    Par contre, tu parles de vis à vis et de boule quiès pour Paris. Je crois que j’ai de « la chance » pour mon appartement, car c’est super calme (un bon vitrage et je donne sur la cour). Quant à la lumière, je n’échangerais pour rien au monde mon 6ème étage (sans ascenseur mais je le vis bien), pouvoir voir le ciel et les nuages n’a pas de prix <3 Manque que l'espace, donc je comprends la joie de pouvoir penser à un atelier rien qu'à toi !

    Ton billet m'a donné envie de refaire du tri chez moi ! :p

    Caresse à Shera et courage pour cette rentrée toute particulière :)

    1. Merci Ally ♥︎

      Pour ce qui est du bruit à Paris, j’imagine bien que cela dépend d’un tas de facteurs, comme la qualité de tes fenêtres, la localisation de ton appartement, ou le type d’activités qu’il y a dans ton quartier.

      Même en vivant dans un quartier réputé mort (le 15e), j’ai subi une intensification du bruit ces deux dernières années ; à la longue ça a fini par me taper sur le système !

  2. Ah la Bretagne, le grand air, l’iode. Très bonne installation j’espère que tu y trouveras la qualité de vie que tu recherches. Toi aussi tu aimes l’automne et la pluie apparemment, bonne respiration :)

    1. Salut Julien ! :)

      Merci beaucoup ! Oui je suis fan de l’automne (un peu moins de la pluie, mais toujours plus que de la canicule), des cieux changeants et de la fraîcheur, du coup je ne me fais pas de souci pour la météo bretonne.

      Ça va être une respiration physique, mais aussi intellectuelle et existentielle… Je pense que c’était pile le bon moment pour le faire !

  3. Oh Miaourie ! Que je suis contente pour toi !
    Tu as l’air délivrée de tes chaines, épanouie, *heureuse*
    C’est merveilleux ce que tu as choisi de vivre…et de le vivre ♥

    Plein de bisous à toi et des gratouilles à Shera

    PS : comme je te comprends pour ce rapprochement indispensable de l’océan/air marin ;)

    1. Merci Delphinette ! ♥︎

      Tu as l’air délivrée de tes chaines, épanouie, *heureuse*

      Se libérer soi-même est un vaste programme ; j’ai encore du chemin à faire, mais oui, ce changement d’environnement va me faire du bien je crois…

      PS : comme je te comprends pour ce rapprochement indispensable de l’océan/air marin ;)

      Oui je crois que quand on y a goûté, on a ça dans le sang et on a du mal à s’en passer. Genre là ça fait au moins 6 mois que je n’ai pas vu la mer, je peux te dire que je suis fébrile lol

  4. Hiii! Comme je t’envie d’en être à ce stade là: installée, plus qu’à terminer. Dans deux semaines j’en serai là aussi. En attendant, y a presque plus qu’à… J’oscille entre excitation diurne et angoisse nocturne. J’ai l’impression d’avoir quinze tonnes de projets (et pas une thune, normal). Bien qu’habitant là depuis presque un an, en squat (appelons un chat un chat) chez un pote, je prends ce déménagement comme un renouveau aussi. Du tri et plein d’idées. Plein d’envies.

    Ton acclimatation a l’air facile! C’est bon de se sentir chez soi! Profite-bien, et une caresse au chat! :D

    1. Salut Nolwenn !

      Je pense que ton déménagement a eu lieu depuis, et j’espère que tout s’est bien passé. C’est normal d’être stressé-e dans ces moments-là, ce sont quand même de gros changements.

      Mais une fois que c’est passé… On savoure ! :)

  5. Hello!

    ça fait du bien de te sentir pleine d’énergie positive! Tout de bon pour ce nouveau départ et j’espère que Shera s’est habituée à son nouveau milieu.

    1. Merci <3

  6. Bonjour Marie,

    Ca sent bon le positif dans ce billet et ça c’est très agréable !
    Et quelle bonne nouvelle que le tri pour respirer à nouveau et faire de la place, à ton être plutôt qu’aux choses, à l’essence.

    J’aime beaucoup quand tu parles de « Pour moi, c’est l’inverse : j’ai le sentiment que je commence seulement à me rapprocher de mon idéal, après tant d’années passées à tâtonner avant de trouver ma voie. » car c’est exactement ce que j’ai ressenti quelques mois après notre arrivée à Montréal. J’allais en vélo chez une amie pour un brunch, il faisait beau, fin août, ni trop chaud ni trop froid, la lumière commençait à avoir ces teintes particulières qui annoncent le début de l’automne… et d’un seul coup je me suis sentie chez moi. J’ai eu l’impression que la ville elle-même m’accueillait et m’ouvrait les bras.
    Et cette sensation ne m’a jamais quittée depuis 2 ans que je vis ici.

    Etrangement, la mer me manque énormément (c’est en fait un des plus gros manques avec la famille et les amis) mais je me sens malgré tout chez moi ici alors que jusqu’à maintenant je cherchais toujours ma maison, un endroit où me sentir bien.

    Nous attendons une petite fille pour décembre et je suis de nouveau chatouillée par une grande envie de faire du tri et du vide pour lui laisser plus de place, à elle, quand elle sera là.

    Tu as l’air heureuse et c’est tout ce que l’on peut te souhaiter ! Très bonne continuation !

    ps: j’en discutais justement avec une amie ce soir, depuis 2 ans que je vis ici, je me dis tous les jours que j’ai de la chance de vivre ici et d’être heureuse. Tous les jours, sans exception. Et ça, ça vaut tout l’or du monde !!!

    1. Bonjour Mathea !

      Merci pour ton commentaire, c’est toujours un plaisir de te lire !

      depuis 2 ans que je vis ici, je me dis tous les jours que j’ai de la chance de vivre ici et d’être heureuse. Tous les jours, sans exception. Et ça, ça vaut tout l’or du monde !!!

      Oui, en effet, cela doit être bien agréable de se sentir bien « ici et maintenant », d’apprécier le moment présent à fond, sans regretter la passé ou fantasmer le futur.

      Je pense que c’est le début de la sagesse : apprécier à 100% ce qu’on a, en profiter, sans arrière-pensée.

      J’aime quand même l’idée qu’on peut bouger et changer d’air quand on veut… Avoir conscience qu’on peut le faire, avoir la chance de pouvoir le faire aussi financièrement, intellectuellement (car cela demande de la ressource, mais je ne t’apprends rien !), ça a un côté appaisant, qui personnellement me permet d’autant plus d’apprécier ce que j’ai.

      Nous attendons une petite fille pour décembre et je suis de nouveau chatouillée par une grande envie de faire du tri et du vide pour lui laisser plus de place, à elle, quand elle sera là.

      C’est génial ! Une petite fée pour Noël, quelle jolie perspective ! Félicitations :)

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents